mardi 8 janvier 2008

I AM LEGEND

I am legend ou Robert Smith a la messe

I Am Legend aura connu plus de rebondissement dans sa production qu'il n'y en au final dans son scénario. Il y a 10 ans de ça, le film devait être réalisé par Ridley Scott avec Arnold Schwarzenegger sur un script de Mark Protosevich. Jugé trop coûteux le projet fut abandonné, puis repris par l'inénarrable Will Smith. Un temps prévu pour le truculent Michael Bay, puis pour le fantasque Guillermo Del Toro (qui préfère se consacrer à Hellboy II, qu'on retrouvera probablement dans ces colonnes) il finit par être réécrit et produit par le détestable et détesté Akiva Goldsman, coupable des scripts catastrophiques de navets comme The Da Vinci Code, I Robot ou encore le haut en couleur Batman & Robin... Celui qui se retrouve parachuté à la réalisation de ce film c'est Francis Lawrence adulé par les musicologues amateurs de bidons de lessive (il a réalisé des clips pour J-Lo, Britney Spears ou les pénibles Green Day), et célébré par les croutophiles et les bousophages de tous poils pour Constantine.

D'emblée, passées les premières minutes du film, on commence à craindre le pire, anticipant un naufrage prévisible. Car dans New York déserté, dévasté, entièrement abandonné aux animaux sauvages le jour et terrain de chasse pour vampires la nuit, Will Smith est Robert Neville, le dernier survivant, the last man on earth, l'ultime rescapé du retrovirus qui aura décimé quasiment toute la population.
La première partie de ce film ultra conservateur impressionne grâce au décor bluffant des vastes rues de Manhattan rendues à l'état sauvage, même si ce monde post apocalyptique a finalement un rendu très propre : pas de cadavres, pas de trucs qui pourrissent, ça reste très calibré pour le "grand public"... Et parfaitement en adéquation avec cet esprit consensuel, le personnage de Will Smith agace. Et il agace très très vite !
Le soucis c'est qu'on ne se retrouve pas tant avec Will Smith jouant (même mal) un personnage, mais qu'on se retrouve avec un personnage "devenant" Will Smith. Si dans un film comme MIB, ça fonctionne, le film étant écrit pour lui, dans I Am Legend, ça fait disparaître toute l'ambiguïté du personnage original par une caractérisation consensuelle et attendue... Mais ça, on commence à avoir tellement l'habitude qu'on ne simulera pas la surprise, lassé par un fatiguant sentiment de déjà vu.
On se retrouve donc avec un Neville super "cool", qui fait du sport tous les jours, a des abdos de malade, joue au golf sur une aile d'avion de chasse et roule comme un ouf dans Manhattan en Ford Mustang ! Il est bien sûr intelligent et doué, il est attentionné avec sa famille, c'est évidemment un militaire accompli mais strict doublé d'un scientifique rigoureux, il chasse le daim mais reste un grand tendre lorsqu'il voit que la lionne dans son viseur est accompagné du papa lion et de deux lionceaux trop choupis. Il sait faire des piqûres comme il sait utiliser son fusil d'assaut. Il est beau et il kiffe Bob Marley parce que Bob Marley, comme le président des USA, ne prend pas de vacances contre les méchants. La première demie heure est une publicité nous vantant la coolitude d'un Will Smith toujours fidèle à lui même, évoluant dans des univers interchangeables.
Fatalement, lorsqu'on essaye de montrer Neville comme ayant des failles psychologiques, on n’y croit pas une seule seconde. Parfaite illustration d'un casting qui se tire une balle dans le pied. Il assure tellement Will Smith qu'on ne s'inquiète pas une seule seconde pour lui, le film prend ainsi un rythme très ronronnant, pas forcément désagréable mais dégagé de toute implication.
Si on est saisi par les décors qu'offrent NY rendu à l'état sauvage, il faut reconnaître qu'on est carrément pétrifié par l'incompétence carabinée (et c'est peu de le dire) des responsables des bestioles en effets numériques... lions, daims et surtout, et c'est quand même beaucoup plus grave, vampires ! Tous semblent sortir d'un film d'il y a au moins dix ans. Ces fameux vampires, ou hémocytes pour faire celui qui s'y connaît, sont incroyables de laideur. Eclairés n'importe comment, animés comme dans un Tex Avery, ils sont en plus affublés d'une dégaine de merde au design complètement nul qui semble avoir été dessiné vite fait par un débutant paresseux qui aurait mal recopié des trucs déjà vus (entre Golum et les créatures de The Descent, c'est dire si c'est intéressant). Et pour rajouter la cerise sur ce gâteau faisandé, ces hémocytes sont d'une pénibilité assommante, cabotinant comme des crétins, toujours à faire des grimaces, à hurler pour rien et, malgré le premier degré sérieux dont le film prétend se draper, ils sont affublés d'un traitement des plus fantaisistes. Maigres comme s'ils revenaient de Pologne en 45, pâles comme des geeks qui seraient restés six mois à se branler sur des jpg, ils ont des capacités physiques totalement surhumaines et improbables ! On voit quand même deux spécimens renverser une voiture en donnant un coup de tête dedans ! Ils grimpent aux murs comme Spiderman, font des bonds comme Jack Nicholson dans Wolf et jouent comme les vampires de 30 jours de nuit... Le traitement scénaristique de cette belle brochette numérique souffre, à l'instar du film entier, de la réécriture contradictoire du script. Présentés tour à tour comme des animaux enragés ou comme des êtres doués d'intelligence, ces sévères approximations (et il n'y a pourtant pas grand chose d'autre à raconter dans le film) sabordent toute la complexité du matériau de base. Ces hémocytes sont ils si "sauvages" ? Neville est il si "humain" ? Cette interrogation aurait probablement emmerdé les hordes de fans de Will Neville (ou Robert Smith ? uh uh uh) venus se délecter de la prestation de leur idole. C'est là la différence entre film de consommation rapide, calibré pour faire de la maille et l'oeuvre d'un auteur. Et on se prend à rêver à ce qu'aurait pu donner ce film si il avait été pensé comme autre chose qu'un produit marketing à l'idéologie de bazar et au propos véhiculant une affligeante bêtise. La scène du piège est emblématique du mépris évident d'Akiva Goldsman et de sa réécriture de bouseux. Originellement, Neville commençait à onduler sérieux de la toiture et se prenait les pieds dans son propre piège, puis ainsi capturé, il était ramené chez les vampires et découvrait une civilisation en train de naître. Il commençait ainsi à comprendre la nature philosophique de sa situation de "chasseur de vampires" et l'on pouvait retrouver l'interrogation du roman de Matheson, n'est ce pas le nombre qui fait la normalité... Foin de tout ça, un fois réécrit le film montre juste Neville capturé par un piège tendu par des animaux enragés, d'une idée intéressante on en fait une péripétie idiote ! Idiote comme l'idée des chiens mutants dressés, idiote comme la mort attendue du clébard trop mignon sonnant un tournant hardcore en carton pâte pour des crétins ne voyant le cinéma uniquement que comme un divertissement léger à consommer entre les frites et le coca, idiote comme la réalisation minable de ces scènes d'action sinistres de platitude et dépourvues de tout suspens, illisibles "à la mode d'aujourd'hui", on secoue à fond la caméra, pensant que décollera l'intérêt du spectateur. Rien de bien nouveau c'est toujours la même odeur de merde qui suinte.

Puis agacé par un film prometteur plutôt raté, on entre comme l’on pénètre sur un lieu saint dans le dernier tiers du film. Le spectateur affligé découvre éberlué le tournant confondant de connerie que va prendre toute cette histoire, il est prié d’enlever ses chaussures, de se découvrir, de mettre un genou à terre, de commencer à joindre les mains mais surtout qu'il ne mange pas le bacon, il est pas kacher ! Alors que Smith Neville décide de se suicider dans un affrontement nocturne avec les méchants vampires, deus ex machina dans ta race, une puissante lumière divine le sauve in extremis, puis il se retrouve à moitié inconscient dans une voiture sous la protection de ce rituel instrument de torture dont on parsème volontiers les paysages en terre chrétienne et qui pendouille benoîtement au rétroviseur.
On retrouve enfin le thème central du cinéma américain de ces dernières années : la recomposition de la famille. Un Noir, une Latino et un p'tit gamin Blanc pour que tout le monde puisse se sentir concerné. Pour bien nous expliquer que Neville est un peu fou, on nous montre Smith à contre emploi, brutal et un peu méchant, mais le spectateur n’est pas dupe et il sait bien que c'est parce que la croix qu'il porte seul est trop lourde ! Heureusement, le DVD de Shrek va réunir tout le monde et ô miracle ! C'est très ému que le spectateur se rend compte qu'il y a une analogie bouleversante dans le dialogue entre l'âne et l'ogre vert et la situation de Will Smith ! Quelques instants plus tard, celui ci explique que son héros c'est Bob Marley, et merci de nous coller un morceau derechef ! Le dernier homme sur Terre n'est peut être pas seul, mais il a des goûts de chiottes c'est certain ! J'imagine l'enfer que ça serait d'être seul au monde et de tomber sur un autre survivant qui triperait sur Shrek en écoutant du reggae... De quoi détricoter la housse des sièges pour se faire une corde…
Alors quelle peut être la conclusion d'un survival dont l’ambition politique est résumée par un CD de Bob Marley et où la portée mythique est illustrée par un DVD de Shrek ? On a beau craindre le pire, on ne peut pas imaginer un dénouement d’une telle beauferie conservatrice. La fille est une illuminée et est présentée comme telle. Elle explique que Dieu lui a parlé, l'a guidé jusqu'à Neville pour lui sauver la vie et l'empêcher de se suicider. Ce dernier réfute bien sûr cette hystérie théologique et explique dans une scène qu’agite les mous du bulbe comme un hochet que Dieu n'existe pas... Will Smith renie Dieu ! Oooooooh... (Imaginons les mines stupéfaites d'une partie du public) Il le renie car il a perdu la foi, et comment qu’il l'a t'il donc bien perdu einh ? Eh bien parce que sa femme et sa fille sont mortes dans un accident d'hélicoptères juste après qu'ils aient longuement prié… Décidemment les voies du Seigneur sont impénétrables… sauf peut être pour les scénaristes de la Fox !
Bref, l’aveuglement religieux de cette grenouille latino confronté à l'aveuglement scientifique de Neville était en soi une bonne idée, mais le chemin de cet antagonisme n'est évidemment pas foulé par un film qui lui ne se foule pas non plus et qui nous refourgue le coup de la Révélation. Passé l'assaut de la maison, raté comme toutes les autres scène d’action, on retrouve Will Neville Robert Smith réfugié dans son labo et qui se rend compte qu'il a trouvé le vaccin. Les vampires après avoir défoncé une porte blindée en un tour de main tentent de péter la porte en plexiglas à force de coup de boule ! Will, la brebis égarée qui aura, comme Pierre, par trois fois renié son Créateur avant le lever du soleil, va avoir une vision : "Look a butterfly" lui faisait sa fille Marley (sic) et, soudain, il aperçoit un papillon sur le cou de la folle, puis les éclats de la vitre dessinent deux ailes.
En voulant vaincre le cancer les scientifiques ont osé défier les plans du Seigneur, une fois de plus l'humanité a pêché par son orgueil démesuré (et c’est souvent à cause du pouvoir scientifique ou fédéral, source de tous les maux dans les films yankees). Heureusement un soldat de l'exemplaire armée des USA saura être le bras armé de Dieu et saura se sacrifier pour racheter toutes nos fautes. Neville a une Destinée qui le dépasse, son sang est le remède qui sauvera les Hommes de ce qu'ils ont eux mêmes provoqué. Le vaccin enfin découvert, Will Christ hurle aux vampires "je peux tous vous sauver" et il finit par admettre à l'illuminée qu'il avait tort... "Je sais pourquoi vous êtes là", il offre la fiole contenant son sang telle une sainte relique. Ce revirement de situation donne donc raison à la fille et par là même on conclut que toutes les inepties qu’elle a déblatéré sont a prendre au premier degré, elle a bel et bien tapé un bout bavette avec Dieu qui lui a raconté la fin du film et qui lui a révélé la présence d’une nouvelle colonie d’immunisés, purs d’entre les purs.
La conclusion de cette bobine bénie nous montre donc cette envoyée de Dieu, cet ange aux ailes de papillon arriver aux portes de la Nouvelle Communauté, sorte de petit village WASP implanté sur une colline où trône fièrement une église immaculée, entouré d'un mur d'enceinte et de soldats armés. Une bible dans un main, un fusil M16 dans l’autre, Dieu comme copilote et c’est parti pour de nouvelles aventures. Un véritable fantasme pour fondamentalistes religieux, un paradis pour redneck... A l'image de l'Amérique voulue par les neo cons.
Grâce à Dieu, la société est préservée. N'ayez plus peur, entrez dans l'Espérance. Amen.
Bordel, à la fin du film j'avais l'impression de sortir de la Messe…

Alors on peut se laisser charmer par le spectacle, si on est pas bien difficile, si on accepte les plus grosses incohérences (comment la meuf fait elle pour arriver sur Manhattan alors que tous les ponts sont pétés, comme parvient elle a traîner Smith dans sa voiture alors qu'elle est assaillie de vampires et comment fait elle pour survivre à l'explosion qui aura soufflé le labo... La main de Dieu probablement) et le j'm'enfoutisme général qui émane de ce film, on ne peut pas décemment fermer sa gueule devant le calibrage de ce genre de productions qui véhiculent une version conservatrice, religieuse et profondément détestable de la société. Pour traiter tout ça à la légère, ne pas y voir de propagande religieuse obscurantiste ou penser que l'on peut voir ce film sans prendre en compte le contexte de l'époque, il faut être sacrément idiot.
Ou sacrément bouché.

I am Legend clôture cette année de films de merde d'une belle manière. Nauséabond et détestable. Idiot et réalisé n'importe comment. Superficiel et incohérent.

Epilogue
: 330 millions de dollars engrangés plus tard, on entend parler de I am Legend 2 !!!
Vous me direz, il n’a fallu que trois jours à Jésus pour ressusciter…

68 commentaires:

Anonyme a dit…

Je suis tout à fait d'accord trop d'incohérences.
Sans compter que l'illuminée latino arrive au "village du bon dieu" au volant d'un 4x4 qui est strictement identique à celui ruiné à coup de boule par golum et sa bande lors du suicide raté.

Anonyme a dit…

"comment fait elle pour survivre à l'explosion qui aura soufflé le labo.."

ca c'est la porte de son four crematoire est faite pour resister a des temperatures incroyables. Ce qui est vraiment incroyable par contre c'est que neville n'est pas eu l'idee de s'y refugier aussi apres avoir lancé sa grenade, au lieu de se peter avec...une overdose de bob marley certainement.

L'Héliographe d'Eironeia a dit…

C'est que... ça donnerait presque envie d'aller voir le film pour se marrer un bon coup!
En tous cas bravo pour ce blog, bravo pour ces critiques taillées au scalpel dans de belles tranches d'ironie...
Moi j'adhère!
Bonne continuation!

Anonyme a dit…

Merveilleux Junko ^^

Captain Z a dit…

Ouah, ça c'est une critique de fin d'année ! Pour parler du film, effectivement, la comparaison en adaptation crétine est à faire avec I-Robot. Même équipe, même degré de trahison d'un classique de la SF. Ce qui m'énerve un peu, c'est que Matheson a cautionné l'affaire. Peut-être pensait-il que l'ampleur de la nullité de l'adaptation précédente (une débilité des années 70 avec Charlton Heston) ne pouvait que laisser espérer de meilleures images. Pas gagné.

Anonyme a dit…

déjà récemment j'ai eu un léger renvoi gastrique quand j'ai revu le livre dans une fnac avec la couv' du film dessus...

c'est quand même très triste quand on pense que le bouquin de Matheson va désormais être assimilé à un truc aussi stupide.

Comme je le craignais, ça donne un "film avec will smith dedans".

Encrenoire a dit…

captain z> Rooh, the Omega man, la version avec Charlton Heston, n'était pas si nulle que ça.
Bon, ça devenait chiant à la deuxième moitié du film, mais la première moitié restait intéressante.

Anonyme a dit…

Si je peux me permettre, je te mettrai en bonne place dans mon blog sobrement intitulé "le blog des blogs de merde".

Mais de rien, c'est naturel.

Hellchicken a dit…

C'est fou je savais que c'était mauvais et que ça foulait au pied le génial bouquin de Matheson, mais là ça dépasse l'entendement.

Merci d'avoir visionner ce film à ma place ^^

junko a dit…

pour l'anonyme de 19:03...
chiche !

Marion a dit…

J'ai fais exactement la même critique sur mon blog OO *sidérée*
Nan jviens pas faire ma pub, chui pas un boulet attention ><
Juste pour te dire que je partage ton avis à 16705 % :)

Anonyme a dit…

Il y a tout de même un point commun entre toi et tous ces médiocres sur lesquels tu aimerais cracher : une belle naïveté. Ils sont persuadés de savoir faire des films comme tu es persuadé de savoir écrire.
La différence, c'est que pour s'en assurer et continuer à produire du caca, ils ont besoin de 300 millions de dollars, quand tu te contentes des quelques commentaires admiratifs de sagouins encore moins gâtés que toi.
Ainsi, et c’est bien ça qui t’exaspère, les « bousiers » parviennent à (très bien) vivre de leurs merdes , et n’ont surtout jamais mendié l’attention d’un public fantôme sur un blog à la con.

Quel monde mes amis ! Les méchants américains fanatiques ont encore fait des leurs ! Vite vite, je plonge dans la caricature à mon tour avec ma « critique » pro-formaté-pur-produit-de-la-France-actuelle.

Je préfère ce monde où la merde se vend qu’un monde parallèle où les gens paieraient pour te lire ! (Ce qui signifie que tu es une sous-merde, si tu m’as mieux suivi que tu n’as compris le film).

Pour finir, moque-toi bien du redneck moyen, mais je suis sûr que lui au moins a réalisé que ce n’est pas SON sang que Neville donne à Anna…
Trop con le gars.

PS : stop le complexe sur Will Smith, t’es une tarlouze refoulée ou quoi ?
Et y’a vraiment pas de quoi pour ces propos grossiers ; à la lecture du « remarques pénibles sorties par des casse-couilles » j’ai bien compris que tu adorais te faire insulter.
Alors bonne continuation gros connard.

Black Sharne a dit…

Pas que je veuille prendre parti mais dans le genre connard aigri il est quand même bien plus marrant à lire que toi...

Anonyme a dit…

quand je vois la longueur de ton post (assommant pensum à l'image du film, probablement), je m'interroge tout de même. Mais quand trouve-t-il le temps, cet esthète aux goûts si sûrs, de regarder de beaux films, à côté de tout ce temps passé à descendre des films sans intérêts? Tu vois autre chose que des films de merde? Ce serait intéressant de connaître tes réalisateurs préférés, tes acteurs fétiches...parce que la merde comme ça, merci, pas besoin de toi pour savoir que c'en est.

Levia a dit…

Ce qui est bien avec ton blog c’est quand on doit allé voir un film qui ne nous tente pas de base, avec un ami, et que c’est encore pire après la lecture de ton poste, ben, au final, on ne passe pas un moment trop à chier, lol ‘^^

Green Lantern a dit…

Anonyme du 13 janvier 2008 14:30... Je peux comprendre, la constipation ça rend méchant. J'espère que tu vas mieux, ne prend pas les dragées Fuca c'est hardcore pour l'anus, et surtout surtout couvre toi bien toi et ton cake nerveux.

Je t'aime (à jamais).


Signé:

Green Lantern.

Anonyme a dit…

shelby gt 500 pas ford mustang

Lomig a dit…

J'ai beaucoup ri en lisant ta critique. Tu as tout-à-fait raison. Peut-être pas sur tout, t'emballe pas.

Mais je me suis bien marré à lire ta critique. Tu es super exigent.

Moi j'ai vu ce film pour ce qu'il était: un divertissement pour beauf.

Et ça marche: tu t'amuses, tu aimes le chien-chien, tu sens l'émotion monter quand tu le vois imiter Shrek. Ah, la beauté.
Et puis tu te prends à essayer de comprendre un message plus profond dans le film.
Contrairement à toi, qui vois l'obscurantisme religieux comme le héros, moi, je le vois comme l'aveugle.
Tout au long du film, il est répété que ce sont des monstres, totalement désocialisés, qu'ils ont donc aucune forme de culture, de technique, et autre, mais tu te rends compte qu'ils montent des pièges, qu'ils dressent des animaux, qu'ils vivent entre eux sans s'entretuer, bref, qu'ils fondent une civilisation différente, une forme d'altérité: Eh bien cette altérité sera déniée, sera massacrée tout au long du film, sous prétexte de barbarie. Et là tu penses à Lévi-Strauss "le barbare, c'est celui qui croit à la barbarie".
ET il me semble que c'est bien un révélateur de notre temps: une communauté "mormone" (c'est métaphorique) qui se referme sur elle-même, communautariste, qui hait la différence, qui est raciste, etc.
C'est notre époque, pour le meilleur et surtout pour le pire.

En m'apprenant que dans le roman, le personnage apprend à connaître ces êtres, je suis déçu que ça n'arrive pas dans le film.

p.s: les films de Del Toro sont pour moi des bijoux (je n'ai pas vu "Hellboy", mais les autres sont très stimulants pour l'esprit)

p.s2: Même ce que tu considérerais comme le meilleur film du monde (y'a bien des gens qui aiment tarantino ou Lynch) pourrait subir une critique aussi vive que celle que tu infliges à I am Legend.

BastaRudeBoy a dit…

Je suis souvent d accord avec toi sauf que la...
On s est motive ce week end pour aller voir ce film apres avoir longtemps hesite, vu que j avais bien kiffe le livre quand j etais ado (ca se trouve, je le relirai maintenant j trouverai ca pas terrible...) et que je redoutais une sombre merde comme tu la decris!... Sauf que perso j ai trouve le film pas mal du tout, y compris Will Smith (et pourtant c etait pas gagne) du moins jusqu a la "mort" de Neville juste avant d etre "sauve" par des mystiques. Le reste est clairement pourrie, inutile et en contresens avec le livre. Mais ces 2 1er tiers respectent assez bien le bouquin je trouve avec le heros qui sombre dans la folie et des vampires/mutants qui sont montres, contrairement a ce que pense neville, comme "humains"... Bref pas si mal si on oublie la fin (encore que ca pourrait presque se tenir si le film s arretait avec l explosion du labo).
Continue en tout cas!

G.rèm a dit…

J'adore te lire mais la ca devient vraiment difficile...
Je m'explique, tu a pas trouvé pire que l'écriture blanche sur fond noir pour faire ton blog ???
Nan parce qu'au bout de 10 lignes j'ai les yeux qui pleurent...
C'est bien dommage parce que ton blog est vraiment bien sympa :o/

theycallmepat a dit…

J'aime bien tes critiques, mais là:
a) c'est trop long (au moins 2x plus long que les autres films) et
b) ça fait mal aux yeux.
Un peu dommage...

G.rèm a dit…

Comme quoi chui pas tout seul a penser que ca pique les yeux la police blanche sur fond noir :o/

cha a dit…

Pour ceux qu'ont mal aux yeux, un ptit ctrl A et tout se suite c'est mieux ;)

G.rèm a dit…

Merci Cha c'est une très bonne idée...

J'en profite pour te dire que je fréquente souvent ton blog et qu'il me fait bien marré ;o)

junko a dit…

Bon, désolé pour le temps à répondre, j’ai pas mal de taf en ce moment…
Alors, on va commencer par « l’anonyme du 13/01 14 :30 » (vous voulez pas laisser un nom, même fantaisiste, ça me saoule à force de préciser les anonymes)
Alors bon, premier paragraphe, je ne comprends pas grand chose à ce que tu me racontes. De plus tu dis que les gens qui font des films ne mendient pas l’attention du public ? Tu veux dire qu’ils ne dépensent pas des millions de dollars en affiches, pubs, trailers, sites internets, passages TV, merchandising tout ça ? Bon, passons…
J’aime bien le second paragraphe, on dirait du Finkelcrotte, ceux qui critiquent l’attitude de la Fox, des neo cons ou de l’ordre moral républicain sont bien sûrs anti américains, et sont donc bien sûr proche de leur terroire et amateurs de JP Pernaud. Merci pour ta remarque…
Le 3ème paragraphe est celui que je préfère. Tu sous entends que je n’ai pas compris le film, mais tu compares à de la merde (enfin je le comprends comme ça)… Ca va sinon ?
Pour le quatrième, halala… Bravo, tu as trouvé une erreur… Bien sûr que ce n’est pas son sang, c’est le sang du vampire transformé en vaccin, transformé en vaccin grâce à son sang quand même… Ca ne change absolument rien au fond, mais je te l’accorde cette approximation se devait d’être relevée, je fais amende honorable, mais t’envois te faire foutre quand même.
Et si je deviens malpoli, c’est un peu à cause du PS et de sa remarque « tarlouze refoulée », autant je m’en branle de me faire insulter par des abrutis comme toi, autant j’aime quand ils essaient d’avoir un minimum de panache. Parce que se faire traiter ainsi parce qu’on doute de la qualité de jeu de Smith, c’est pas qu’homophobe c’est surtout très bas de plafond. Mais ainsi donc, grâce au choix de ton champ lexical, je comprend d’un coup tout à fait pourquoi tu prends la défense des rednecks américains moyens, et si t’aimes les consanguins je te conseille de faire des p’tits à ta sœur (ou à ton frère je ne connais pas ton sexe et je ne veux absolument pas savoir à quoi il ressemble) ça t’occupera et ça te fera des potes pour boire des bières !

Pour l’anonyme du 14 Janvier 14 :24
Oui assommant, un peu comme cette question qui revient sans cesse… Alors oui, j’ai autre chose à foutre, et je le fous merci. Quel est l’intérêt à descendre des films de merde comme I am Legend, parce que ce film m’a foutu les boules. Est ce que je mate autre chose ? Evidemment, de toutes façons, à part quelques cas, je sais pas comment je trouverais le film… J’ai vu des films pensant à l’avance les foutre dans mon blog pour finalement bien les aimer, et j’y ai mis aussi dedans des films que j’espérais être bon. L’un des prochains (il faut que j’écrive la chronique mais je n’ai pas que ça à foutre tu vois) c’est 30 Jours de Nuit, si grosse déception que de le pourrir calmera la peine que j’ai ressenti devant ce navet…
Si tu veux savoir ce que j’aime bien, tu as la liste de liens sur la gauche, ça te donnera quelques idées, mais de toutes façons petit polisson, est ce si intéressant que ça de savoir ce que j’ai kiffé ?!

Levia :
Ben écoute si ça te rend service ;)

Anonyme du 14/01 15:37
« Ah bon ?! Alors je dois t’avouer une inculture crasse en terme de voiture… Voilà ce que c’est que de chercher des infos sur internet ! Mais euh… T’es sûr de toi ?! Shelby GT 500, pour moi ça fait nom d’aspirine… »
Voilà ce que j’avais commencé à écrire avant de vérifier sur internet et de voir que la Shelby GT 500 est…
…une ford Mustang ! ah ah ah !

Lomig
Je sais pas si je suis super exigeant, mais je t’avoues que les films réacs comme ça me foutent un peu en rogne… Et ça me saoule encore plus d’entendre des gens te dire mais noooon c’est pas grave, c’est juste du divertissement… Pour moi c’est pas parce que c’est du « divertissement » qu’il faut le prendre plus à la légère que des films dits « sérieux »… D’ailleurs la propagande passe d’abord par les trucs de « divertissement » que par les films publicitaires des campagnes électorales républicaines !
Pour le premier PS, je suis moyen d’accord même si je trouve le personnage sympathique… Comme pour Peter Jackson, j’accroche pas…
Pour le second PS, peut être, mais bon… En fait je vois un peu là la limite de mon blog… Je me demande si ça serait pas plus rigolo de descendre des films que j’aime bien justement… Passke bon, défoncer I Robot ou Poltergay, c’est un peu facile… Des films comme 300 c’est un peu plus drôle vu le nombre de fans aveugles et glapissants qui hurlent au blasphème !

Bastarudeboy
Oui mais un film c’est un tout… Et surtout lorsque le film t’amène sur cette conclusion… Alors avec une autre fin, et avec un traitement des vampires différents… Oui, peut être que le film aurait été meilleur…

Grem et Theycallmepat
Oui je sais… Comment faire ? Faites un coupé collé dans word ?

« Comme quoi chui pas tout seul a penser que ca pique les yeux la police blanche sur fond noir :o/ »
Tu parles de la repression des émeutes de Soweto par la police sud africaine ? J

G.rèm a dit…

"« Comme quoi chui pas tout seul a penser que ca pique les yeux la police blanche sur fond noir :o/ »
Tu parles de la repression des émeutes de Soweto par la police sud africaine ? J"

Huhu... Tu voit j'aime bien ton humour...
Bonne continuation ;o)

jim a dit…

pas la peine de te justifier Junko
ton analyse est très juste
et bien vue
il y a des débordements et alors ?
la critique parfaite n'existe pas
heureusement
à mon avis le problème se situe plutôt là : c'est la médiocrité des autres films actuels qui rend celui là pas mauvais
j'aimais bien la solitude et le spleen présents dans Zombie de Romero. un instant j'ai pensé que I am Legend pouvait s'en approcher mais c'était juste une illusion.
bonne continuation.

banane a dit…

un film qui te plairais bien (qui m'a chaleureusement été conseiller par la mec de la vidéothèque) c'est IDIOCRATIE

mais probablement que tu t'en branle

bonne continuation

krystof a dit…

"Voilà ce que j’avais commencé à écrire avant de vérifier sur internet et de voir que la Shelby GT 500 est…
…une ford Mustang ! ah ah ah !"

elles sont fabriquées par ford
de plus, c'etait écrit dessus

krystof a dit…

http://images.google.fr/imgres?imgurl=http://www.autoclub.com.au/uploaded_images/ford-shelby-gt500-714364.jpg&imgrefurl=http://www.autoclub.com.au/2006/01/ford-shelby-gt500.html&h=480&w=640&sz=48&hl=fr&start=12&sig2=8oV-Ffx45V63ccN8nZzb2Q&um=1&tbnid=JPrfcssDxGf17M:&tbnh=103&tbnw=137&ei=moKTR6XCKaSA0gS2vNQL&prev=/images%3Fq%3Dshelby%2Bgt%2B500%26svnum%3D10%26um%3D1%26hl%3Dfr%26client%3Dfirefox-a%26rls%3Dorg.mozilla:en-US:official%26sa%3DN
oups, c'est en englais, tu y arriveras?

junko a dit…

krystof, oui oui t'inquiètes pas, je me débrouillerai...
par contre toi tu sembles avoir du mal...
alors j'ai supprimé tes derniers commentaires, c'est pas le salon de l'auto ici ! On s'en branle que ce soit une ford mustang, un renaud commanche ou une fiat tiger ! ;)

mublito a dit…

Je ne suis pas seul à prêcher dans l'obscurité !
Ces lignes de critique ajoutées aux nombreuses réactions m'ont empli d'une grande jouissance car c'est toujours un soulagement que de croiser le chemin d'yeux critiques acerbes.

Au-delà de certains pinaillages techniques, de scénarisation ou de montage, le divertissement de masse est parsemé d'une idéologie contemporaine qu'il faut savoir relever.
C'est le problème du manque d'éducation dans notre rapport à l'image. Et quoi qu'en disent certains, ça n'enlève en rien le plaisir que de décortiquer ce que l'on voit et d'y apposer un jugement au fur et à mesure des pellicules.
Par contre, c'est sûr que plus d'une fois, ça donne envie d'insulter le réalisateur/ producteur/ scénariste/ acteur... d'avoir osé pondre telle merde qui engrangera des millions sur un déferlement d'effets spéciaux et trois répliques de circonstance soi-disant décontractées.

Non, nous ne sommes pas tous des frustrés de la pellicule sans talent.
Nous sommes avant tout des consommateurs, parfois exigeants, qui sont conscients de la merde balancée aux foules aveugles (parce que pas envie de réfléchir, envie de se changer les idées, on va pas se prendre la tête...).

Cela fait longtemps que je refuse par principe de payer pour voir un film avec Will Smith en tête d'affiche. Parce qu'il sera systématiquement Will Smith (au far west, contre les robots, en flic à voiture de luxe...), contrairement à d'autres acteurs.
C'est l'effet cabotinage des vedettes engoncées dans une image à succès et incapables de se défaire de ce pour quoi on les a encensées à un moment donné.

Et puis, c'est très difficile à admettre pour moi que des chefs d'oeuvre de littérature de genre ayant connu des adaptations honorables au cinéma, soient repassées pour la énième fois au moulinet-broyeur de la modernité qui leur ôte toute substance, pour n'en faire que des produits à faire rêver l'atlantiste décérébré bombardé de clichés américains dès le plus jeune âge et dont la maturité critique est engluée dès le berceau.

Ils auraient dû appeler ce film "I AM A LEGEND OF COOL"

Sinon, pour ceux qui ne peuvent pas lire à cause d'un gros picotement, dépassées les trois lignes, il y a toujours le copié-collé sur un traitement de texte...

Allez, je vais insérer ce site dans mes liens, parce qu'il vaut quasiment autant pour les textes de junko que pour les réactions parfois hilarantes de certains anonymes.
Rien que ce qui suit vaut son pesant de merde à enfourner à feu moyen.
Je préfère ce monde où la merde se vend qu’un monde parallèle où les gens paieraient pour te lire !

Anonyme a dit…

hello, j'aimerais beaucoup passer tes chroniques dans un petit journal que je vais sortir en kiosque, style hara-kiri, envois moi un mail pour qu'on en discute...
monsieurmorbak@aol.com

Spade a dit…

Ce que j'ai trouvé formidable dans ce film, c'est la manière dont à la fin, la petite voix of nous fait une belle pirouette pour justifier le titre du film ("ceci est sa légende")en en détournant totalement le sens initial.

Certains se plaignent de la longueur de cette critique, ils devraient savoir que si toutes les trahisons et infidélité à l'oeuvre originale étaient relevées, elle serait sans doute deux fois plus longue.

Ce film est consternant, d'autant plus que le livre de Matheson est très riche, et dérangeant. En même temps, il y avait peu d'espoir... Un film où will smith ne l'emporte pas, ça ne doit pas être possible...

Simon a dit…

Le truc qui m'a le plus choqué dans ce film, c'est la scene où neville explique à la meuf qu'il a appelé sa fille Marley, "Comme BoB Marley!!"Et là!!la meuf qui sait pas qui c'est Bob!!on nage en pleine science fiction,c'est du délire.
Sinon je me risque à faire juste une remarque, à mes risques et prérils:Je te trouve quand même super agressif Junko,dans tes réponses aux comms.Je suis d'accord que y'en a qui méritent ,mais parfois, tant de haine...comment dire...mange des carottes quoi!
Voilà ,lecteur assidu de tes chroniques, j'ai enfin osé laisser un commentaire, en esperant ne pas me prendre sur un coin de la gueule une répartie cinglante dont tu as le secret, bonne continuation gars.
P.S:Bob Marley ,c'est pas si mal...

Anonyme a dit…

Tes critiques me font bien marrer même si je suis pas toujours d'accord. Par contre, les commentaires balancés par des glaireux du genre: "ah! Ouf, merci de l'avoir visionné pour moi, du coups je sais que c'est nul! Hahaha mdr!" Me font dégobiller. Junko n'est pas Panurge, alors forgez vous votre propre opinion en allant voir ces films, au lieu de bêler vos inepties...
Pikup.

Vincenttheone a dit…

C'est vrai, il y a des gens hyper agressifs, ici, ça m'épate, ça, quand même... Courage, mon pauvre Junko, tu es toujours dans mes liens, et j'espère bien qu'au moins quelques personnes débarquent chez toi grâce à moi (en tout cas, la réciproque est vrai, merci bien !)...
Et sinon (je l'ai pas vu, mais tu nous l'avais promis, alors je salive depuis au moins un mois) : c'est pour quand, cette critique de AVP2 (Requiem) ???

Bon, en même temps, comme tu dis, t'as pas que ça à foutre, je compatis... Bon courage, alors !!!

Tomawak a dit…

ben dis donc, c'est chaud bouillant ici ! quelle tension... on se croirait presque dans un tribunal tchadien... M. Junko vous êtes condamnés à 8 ans de travaux (d'écriture) forcés... Non, mais sans blague, c'est quoi ces propos tenus par cet anonyme (encore un "citoyen relais" zélé)... En fait, je pense t'avoir démasqué : tu es le fils de BHL et d'Arielle Deuxballes ; eh oui, tout concorde : un déséquilibre familial (ma mère est-elle mon père ou vice-versa ?), une propension à se prendre pour un ayatollah atlantiste et pour finir, je devine que tu as une coiffure de merde (comme papa)... Tu te la pètes, mais tu ne fais pas illusions... Allez va jouer aux GI Joe avec Papa et au GHB avec Maman...

PS : je suis impatient quant à l'autopsie d'Aliens vs Predator Requiem (je l'avais déjà demandé il y a quelques mois... hihi)

Changes rien Junko

Tonton Cristobal a dit…

Euh, rien à voir avec ce post, mais le Sblorf (le blog de Lolita Séchan) compte parmi les recherches Google un "youtube louve des SS" qui m'a bien fait rigolé.

Spencer a dit…

Si on te donne tous 0,20 € par Paypal, tu vas voir Astérix aux Jeux Olympiques à notre place ?
D'avance merci (j'adore ce blog).

junko a dit…

Mublito : « I am a legend of cool » uh uh uh

Spade : C’est vrai, mais je ne reproche même pas les trahisons par rapport au livre, certains livres sont trahis pour le meilleur (blade runner, shining)… C’est juste utiliser une moelle, une substance pour donner du goût à un blockbuster de base. Les romans ou films originaux ne servent que comme conservateur ou exhausteur de gout en fait…

Simon : Oué c’est marrant le coup de la meuf qui connaît pas Marley (à croire que cette fille n’existe pas vraiment et n’est qu’une incarnation envoyée par Dieu pour sauver l’Humanité)

Pikup : Oui tu as raison, mais mon avis ne souffre aucune remise en cause et je montre la voie, tu ferai bien de la suivre si tu ne veux pas te fourvoyer sur le chemin de la rédemption ah ah !

Vincenttheone : t’inquiètes, pas besoin d’un courage immense pour poster sur un blog ;)

Tomawak : Alors AVP2 va venir, juste je ne l’ai vu que sur un screener dégeulasse, je n’ai eu ni le temps ni les sous de le voir sur grand écran… Ce que j’en ai vu m’a catastrophé, mais j’attends un dvd zone1 pour le revoir dans des conditions acceptables pour pondre ma note !

Tonton Cristobal : Arf arf arf

Spencer : Carrément ! Mais si vous pouvez rallonger un peu pour me payer la drogue qu’il faut pour supporter ça… uh uh uh

Sinon, il y en a qui se plaignent que je poste pas assez, je suis d’accord avec eux. Juste qu’en ce moment j’ai plein de boulot (allez voir chez les Actionnaires de la révolution) si vous voulez savoir quoi…
J’enrage donc de pas faire plus de notes, surtout que j'ai 4 films sur le feu... Dont un qui a déjà été traité ici mais que j'ai revu à Noel et qui mérite un ptit aller retour supplémentaire...
Normalement d’ici un mois ou deux à tout casser je devrai revenir à un postage plus soutenu… Et puis l’approche de l’été et son tsunami de pellicules devraient charrier un bon nombre de films infects, stupides ou détestables !
En tous cas merci pour le soutien !

calude a dit…

Je ne sais pas vraiment ou le dire ni comment mais ce blog est tout simplement superbe et plein de bon sens!
Bonne continuation!

Simon a dit…

Pour une de tes prochaines chroniques, je ne peux que te conseiller "Cloverfield", sur lequel tu vas bien pouvoir te défouler.

benjah a dit…

je viens de lire quelques commentaires et je ne comprend pas pourquoi y'en a qui t'insulte, tes critiques ne sont pas gratuite, on peu ne pas être d'accord mais de là à insulter...
bon sinon pour ce film je suis d'accord avec toi, d'autant plus que tant de bon roman de SF ont été gaché par le cinéma et ça m'énerve. je suis casse couille mais j'assume. pour le 4x4 à la fin la nana à dut s'arréter laver sa voiture avant d'arriver telement il est propre, quand je pense que ça coute des million de faire une bouze pareil...
continue, par contre c'est domage que telerama t'ai fait un bonne critique, généralement c pas bon signe.
youkoulélé!!!!!
benjah.artblog.fr

tonton Jojo a dit…

halut melvin.
plus trop le temps de zoner, mais je suis venu recharger mes accus avec tes critiques. Changes rien ça fait plaisir de voir qu'il existe encore des personnes qui savent donner leur opinion, et c'est pour ça qu'il faut du courage, pas pour poster sur un blog. Bon, après, j'aime un peu le même cinoche que toi (Loyd Kauffman m'a ouvert les yeux), et un bon navet, c'est toujours meilleur que des tonnes de barbaque, made in France ou in USA.
Si ça te branche j'ai de chouettes photos de Melvin Junko, que Loyd m'a refilé quand je l'ai interviewé, il y a cinq ans, je crois que c'est des photos du dernier opus, celui avec la clinique de chirurgie esthétique dans un monde parallèle. Toxic Avenger IV, non?

tonton Jojo a dit…

je te les scannes et je te les envoie dès que la campagne électorale me laisse un peu de temps...
PS: passes de temps en temps poser ta crotte chez nous, ça fait toujours plaisir.

betty a dit…

diantre, je sors du ciné où j'ai vu Cloverflield, et comment dire ... monsieur des fLims de merde, je crois qu'il y a du taff pour vous :x

Thaiseb a dit…

Pas d'accord. Peut-être que le film ne respecte pas le bouquin, mais ce n'est pas à mon sens un film de merde. Ca se regarde plutôt bien.
Et toc !

junko a dit…

Thaiseb :
aaaaah p'tain me voila boulé ! Oui, effectivement, prenez en de la graine les autres et les anonymes surtout. Lorsqu'un commentaire est bien écrit et qu'il est convaincant, je n'hésiterai pas à reconnaitre mes torts. C'est vrai, je l'avoues, que ce film se regarde plutôt bien.
Je l'ai vu assez facilement, j'ai un peu cligné des yeux à un moment mais sinon ça allait...
merci.

locutus57 a dit…

Tout à fait d'accord avec ta critique. Incohérences, morale chrétienne insupportable, fin stupide, c'est l'adaptation de Matheson que j'aime le moins. Maintenant, j'attends avec impatience "i am omega" produit par ces filous de asylum. Il risque de finir également sur ce blog :-)

Anonyme a dit…

il y avait plusde place v.v"

Anonyme a dit…

mdrrr le film, il est trop marrant!! avec Will Smith qui se la pète, mais quand il faut être sportif, y'a plus personne...

Anonyme a dit…

Tu déchire tout mec! Vraiment j'ai lu presque toutes tes critiques et je peut te dire que je suis plié en 4 XD
Mes préferées sont Asterix 3 et Phenomenes (je voulais pas les raté) Tu devrais en faire une pour Indiana jones 4, j'ai été hyper deçu du film , Bonne continuation, super ton blog!

junko a dit…

merci, mais Indy 4, j'avoues que même si le film a moult défauts, j'avais la banane pendant presque tout le film. J'ai vraiment aimé la première partie, beaucoup moins la deuxième bien sûr. Ca aurait été facile de le défoncer, mais pas très honnête de ma part. Vu que tout ceci reste très très subjectif !

Anonyme a dit…

C'est comme moi, la 1ere partie rien a dire sauf le passage avec la bombe atomic, et puis a partir de la 2eme partie avec les singe qui aident Mut ça part en sucette et la fin ,mélanger Indi avec E.T, cetait abusé, quand on sait que dans les premiers opus, y avais l'arche d'alliance et le graal.
Mélanger le divin et les extraterrestres ça le fait pas ( pour l'univers du film bien sur) Sur ce, jvais encore me faire une ou deux critiques...XD

mouche a dit…

Hé tout le monde. J'ai appris qu'il y avait eu une autre fin tournée pour ce film. Apparamment elle respecte plus le ton du roman (je ne sais pas trop, je ne l'ai pas lue). Je tiens cette information d'un privilégié (et chanceux) qui l'a vu. Le spitch c'est que c'est un peu comme dans le roman: Robert Neville (le dernier homme, mon oeil!) s'excite tout seul à chercher un remède pour les soi-disants vampires (qui font rien de mal en plus, c'est lui qui les fait chier). Puis le trouve mais il est encerclé par les hémocites qui veulent péter sa vitre blindée. Et c'est là que çà devient intéressant, Neville se rend compte que sa patiente "guérie" à un tatouage de papillon (dans le cou je crois) et que le chef des hémocites lui fait le même signe que lui faisait sa fille ("regarde papa, un papillon").
En gros la fille avec le tatouage, c'est la compagne du chef des hémocites et il veut juste la récupérer mais bon il peut pas lui dire il ne parle plus "humain".
Là Neville comprend que sa quète "trouver un vaccin pour sauver l'humanité " est vaine car les hémocites sont en fait une nouvelle race d'humains, qui ont dépasser le virus et vivent en communauté tranquilles (souvenez-vous qu'ils ne se mangent pas entre eux, on ne voit pas de cadavres et que s'ils attaquent Neville c'est parce que celui-ci les attrape pour chercher un vaccin et finalement les tuer. "Pas q'un peu" il a superbe tableau de chasse, rappelez-vous son mur de photos de cobayes).
Donc en gros il se rend compte qu'il a été un gros lourd, qu'à leurs places lui aussi ne serai pas content et se décide à rendre la fille au papillon.
A la fin, il repart pépère avec la bigotte et le gosse en voiture laissant les hémocites vivre leurs vies. Il est bien un des derniers "hommes" survivants; mais un peu comme l'homme de cro-magnons et l'homme de néandertal, les hémocites sont devenus une nouvelle sorte d'humains qui ont évolués avec le virus.
Gageons que cette fin souléve plus de questions et est tout de même bien meilleure.
Mais bon, finir le film sur "je fais tout péter et cette faible femme portée par sa foi ainsi que ce pauvre bambin sans défense qui aime Schrek sauveront l'humanité" çà me donne un peu la nausée pas vous?

P.S.:Excusez ce rythme décousu. J'ai du mal à concilier résumé de film et impressions du-dit film dans une même phrase.

Princesse Brume a dit…

Héhé, cette critique est bien, j'en pense pas moins.

Déja j'avoue que j'ai été déçue par Will Smith, parce que sans trop savoir pourquoi (sans doute parce que j'ai pas vu beaucoup de ses films), c'est quelqu'un qui m'était sympathique (y'a des gens comme ça, je les trouve sympa sans raison). Et là, pas moyen, il a signé son arrêt de mort.

Déja, en ayant vu le film sans avoir lu le bouquin, j'ai trouvé que ce film frôlait délicieusement le nanar ... l'avantage c'est qu'après j'ai couru acheter le livre, pour me faire pardonner auprès de Matheson, sans doute, d'avoir trahi sa mémoire.

Le bouquin, lui, par contre, il m'a subjuguée. Et comme chuis vicieuse j'ai re-regardé le film, pour jouer au jeu des 7 différences ...

Le reste, ben tu l'as dit, le scénario est pitoyable, et si on compare à l'histoire originale y'a de quoi pleurer ...

Et pourtant, pourtant, pourtant ... Dieu sait que la bande annonce, avec ses plans de New York désert, m'avait fait baver.

Eh ben sans entrer dans les détails, chuis bien contente de pas avoir dépensé 7-8 euros pour cette bouse phénoménale.

Mais je regarderai la suite, par pur vice et pour rigoler.

Sur ce, je te souhaite bonne continuation, je balance ce blog dans mes liens si ce n'est déja fait, et je reviendrai !

junko a dit…

brume, je pense qu'on peut dire qu'on est tout à fait d'accord !

Anonyme a dit…

Ce film, a été un des grans succés de l'année 2008, cela ne peut pas être une merde.

Il n'y a que toi qui soit une bouse, je le sais de source sur.

junko a dit…

sûrement, mais avec ta répartie de limace tu as raison de signer anonyme, tu foutrais la tehon à ta source sûre... :)

Olivier a dit…

Tout d'abord bravo pour l'ensemble de votre oeuvre. je viens de jeter un coup d'oeil rapide sur vos commentaires et je doit dire que vous avez du style. Et cerise sur le gâteau je suis tellement d'accord avec votre sélection que j'en ai le sourire au lèvre.

Brokenail a dit…

Impossible de retrouver la fin alternative sur youtube.

Le livre s'appelle I am a legend, parce que le héros s'aperçoit que tous les vampires qu'il tuait avait une famille. Et que pour ces familles, il était donc "le tueur de zombie", un croque mitaine.

Dans cette fin alternative, il arrive au même constat, et comprend qu'il n'y a rien à sauver, que les vampires ont leur propre société désormais.

La fin crétine qu'ils ont laissé à la place est vraiment toute pourrite. Et elle sent pas bon.

Anonyme a dit…

Si la chose qu'il t'a le plus choqué c'est la façon dont Neville se fait prendre au piège c'est que tu n'as manifestement pas dû lire le livre ^^

Canigou a dit…

Très bon ce blog, en un mot je dirais : jouissif. Quel plaisir de lire ces critiques argumentées diluées à l'acide sulfurique, je me suis rarement autant fendu la gueule en lisant une critique ciné (enfin, sans me payer la tronche de son auteur).

La critique de « je suis une légende » est particulièrement le bien venue, j'ai vue cette merde maquillée au ciné, on pensait passer du bon temps : un film Post Apo, une ville dévastée, un Gus et son clébard seul dans un monde infesté de vampires: de quoi bien se divertir. Mais au lieu de nous servir une bonne bière bien chargée, on se retrouve avec une blonde industrielle qui tend vers le panaché, après une heure à siroter tranquillement on réalise qu'il s'agit en fait d'un jus de pisse avec des bulles. Bref on est sorti de la salle avec un certain dégout, mais pourtant les critiques presse n'étaient pas si mauvaises, (*** pour Madmovie). Avec ta critique me voilà rassuré, on était pas partie dans une lecture (pourtant simpliste) extravagante du film : il s'agit bien d'une grosse bouse à la morale douteuse, le pire étant effectivement la préparation d'une suite... affligeant.

En parlant de moral à la con et de connerie tout court, j'ai aussi été profondément déçu par Spiderman 3, je me suis bien maré avec ta critique.

Quelques films manquent quand même à l'appel notamment Transformer ( comment peut on investir autant dans les effets spéciaux et confier le scenar et les dialogues à un gamin de 5ans ???? )

Sinon pour s'opposer à la prolifération des merdes, la solution est effectivement de ne pas payer pour les voir, le problème c'est les films qui semblent avoir du potentiel mais qui ne sont qu'une arnaque, je repasserai donc par ici avant d'aller au ciné pour éviter la douche à merde : je suis tombé à temps sur ton blog, je voulais voir Terminator 4 qui a une bande d'annonce très prometteuse, je garde mes 7€ Merci, je regarderai la chose plus tard.

Bonne continuation M. Junko

guigro a dit…

Heureusement, le DVD de Shrek va réunir tout le monde et ô miracle ! C'est très ému que le spectateur se rend compte qu'il y a une analogie bouleversante dans le dialogue entre l'âne et l'ogre vert et la situation de Will Smith ! Quelques instants plus tard, celui ci explique que son héros c'est Bob Marley, et merci de nous coller un morceau derechef ! Le dernier homme sur Terre n'est peut être pas seul, mais il a des goûts de chiottes c'est certain ! J'imagine l'enfer que ça serait d'être seul au monde et de tomber sur un autre survivant qui triperait sur Shrek en écoutant du reggae... De quoi détricoter la housse des sièges pour se faire une corde…




Me fait toujours aussi loler ce passage. Meme si j'ai trouve le film plutot pas mal, enfin surtout au cinema, malgre les effets speciaux plutot a chier. Effectivement sur ma tele j'ai pu me concentrer sur l'insupportabilite de will smith et la belle morale. D'ailleurs d'autant plus decu que j'avais trouve le discours de willy avec ses "there is no God!" avec les veines des tempes qui resortent assez ose. Las! il fallait qu'ils se rattrapent avec cette fin toute pourrite...

viagra without prescription a dit…

I Am Legend est un film d'action très bonne et le suspense de son personnage principal est un acteur de Smit

Mathea a dit…

Quelle est la difference entre Vincent Price et Will Smith ?

Ceux qui auront vu la premiere adaptation du livre de Matheson auront compris.

Par principe (je deteste les adaptations de livres de legendes dont personne n'a jamais entendu parler avant qu'on en fasse un film de merde), j'avais decide de ne pas aller voir le film.

Avec cette critique je crois que je suis vaccinee.

Je n'ai pas lu l'integralite du blog mais si ce n'est pas deja fait... on fait la meme et on recommence avec la guerre de mondes ?

Merci pour ces articles o combien rejouissants !
Vous pourriez vous associer avec un Odieux Connard, vous feriez un duo de choc.

junko a dit…

Pour la Guerre des mondes, je suis mitigé, je trouve les 2 premières parties absolument fantastiques. La tournure que prend alors le film dans son troisième acte (à partir de la scène de la cave) fait sombrer le tout dans le ridicule achevé.
En tous cas pourquoi pas, même s'il ne le mérite pas intégralement, ça serait intéressant de s'y pencher sérieusement.