mardi 29 juillet 2008

FRONTIERE(S)


Comment éviter d’accumuler les poncifs paresseux que l’intellect presse de sortir lorsqu’on veut parler d’un film tel que Frontière(s) ? Faire un texte « à l’image de » pour souligner la fatigante fainéantise d’un script qui semble avoir été rédigé lors d’une soirée passée à chevaucher le dragon avec Luc Besson ? Aligner un tombereau d’insultes d’analphabète pour pointer la désespérante vulgarité de dialogues écrits visiblement par trois collégiens puceaux ? Enfiler les fautes de syntaxes et les virgules, points et points virgules pour paraphraser une grammaire filmique pensée lors d’une soirée défonce à l’éther et éclairé au stroboscope ? Chiche ? Ok tentons le coup !
Alors, d’abord l’histoire… Vu comment Gens s’est foulé à écrire son histoire, pour en parler je citerai donc des extraits de mes précédentes notes sur, dans l’ordre, Les Ch’tis, The descent, Hitcher le remake, TCM Begining, Hills have eyes 2, A l’intérieur :
-Bien sûr que vous vous en doutez, ce film est nul (…) Ce qui m'a le plus marqué c'est le nombre de références qu'il y a dans ce film, tellement qu'au bout d'un moment on se demande si ce sont vraiment des références ou si ce n’est pas plutôt la seule solution que Marshall Gens a trouvé pour remplir son film. Le scénario anorexique ne sera sauvé ni par l’imagination (absente) ni par l’originalité (nulle)… Il reste au spectateur le temps de retrouver les films qui composent donc tout ce fatras (…) Le résultat de cette entreprise de refonte de nos classiques préférés n’aboutit qu’à une conclusion, leur réévaluation. S’il s’agit de les faire briller par comparaison en produisant des étrons calibrés comme des saucisses, c’est une réussite totale ! (…) Une tronçonneuse scie circulaire, une maison, des jeunes, y’a matière à trouver des histoires, mais en fait non… On refait le même film ad nauseam ! L'intérêt s'émousse donc fortement après les 20 premières minutes d'exposition, et lorsque l'histoire se répète on se dit que les remakes de remake ça (…) pourrait être sympa, con et décontracté et finalement rigolo mais non, même pas… c’est carrément nul dans la nullité ! Bon, sinon ben rien d’autre à signaler, la violence graphique est rare et peu crédible et totalement dégagée du moindre enjeu. On voit finalement très peu les cannibales et on s’en branle assez vite, le récit profondément inintéressant se tricote avec des ficelles totalement abusées et progresse d’inepties en inepties avec une foi inébranlable. (…) Il reste tout de même à sauver une ambiance sonore pas trop naze et surtout une scène d’introduction assez bien foutue et qui a le mérite d’avoir la seule ligne de dialogue bien écrite : «connasse tu fais moins le malin fils de pute, einh ? Tu fais moins le malin enculé ! ».
-Ensuite les dialogues du film, ou plutôt la délicate confrontation entre la gouaille fleurie propre aux populations suburbaines et les grognements dans la langue de Goethe que développent les populations cannibales nazies du Nord de la France… Produit par ces enculés de bouffons d’Europa Corp, on est pas surpris de voir des cailleras parler comme des bouffons, niquer des fils de putes d‘enculés de keufs en les traitant de fils de pute et d’enculés et que les meufs soient forcément des putes, sauf celles qui font des chiards pass’ke quand même ma mère c’est pas une pute ! Heil Frushtuk ! Cette salope d’Estelle Lefébure elle est troooop bonne sa mère la pute quand elle joue la chaudasse qui se fait enculer schnell schnell ! Et gruiiiiik cette grosse Knoblauchwurst de Le Bihan gruiiiiiik joue trop bien le gars trop stoko qui va tout fonceder mais scheise les nazis c’est vraiment tous des pédés qui bouffent leurs morts ma barole, la breuve ? Ils ze font tous enguler bar une meuf enzeinte ach ach ach la teuhon sur leur race d’enculés de fils de pute !
-Parlons du filmage, de l’image et des couleurs de l’écran, très raté par l’accumulation,! de filtres, tous très moches. Le montage est parkinsonien, on rien du tout ! N’a pour le spectateur de compréhension de l’ensemble. Surtout.! Très moche, très, moche des nuits américaines moches sont, très moches. Moches. Très., Moches très moches. Le film, brille par l’accumulation encore plus de trop de trucs inutiles, de montage dyslexique où on conrien prend à ce qu’on boit. Bourré ? Nooooon ! la mode c’est de ! Aujourd’hui. LKa camérfa esvt secfoué danzzs, tous less ens, pa faaacile d’e suivre !

Finalement ce que je n’arrive pas à comprendre, c’est que pour arriver à tourner son premier film, Gens a fait des courts métrages, il bosse depuis plus de 10 ans dans le cinéma, depuis qu’il a 20 ans. Ca semble être son énergie, sa motivation. Il semble investi par l’idée de faire du cinéma. Alors pourquoi proposer un script aussi nul ? Pourquoi monter ça n’importe comment en utilisant les pires travers du cinéma américain ? Pourquoi secouer la caméra pour faire croire que c’est violent, ou faire un montage ultra cut pour faire croire que c’est intense (la poursuite du début accumule 82 plans en 58 secondes ! -Cliquez ici pour en voir plus-) ? Pourquoi pomper le cinéma américain pour ensuite écrire ses personnages en pompant tout chez Charles Villeneuve ?!
Pourquoi vouloir encore et toujours copier le Texas Chainsaw de Hooper en reprenant les scories des films US qui brodent sans fin sur ce thème ? Pense t’il être le Rob Zombie français ? Il s’y croit à mort avec sa Estelle Sheri Moon Lefébure… Et pourquoi pas Ophélie Winter pour reprendre le rôle de Kathrine Mc Coll dans un remake tourangeaux de l’Au-delà ?! Et pourquoi pas Michaël Youn dans un remake rive gauche de The Party ? Quand on a rien d’intéressant à dire, on ferme sa gueule non ? Peut être pourrait on lui conseiller une réorientation professionnelle ?
Parce que si Gens croit au Cinéma, a foi en lui, bordel si il l’aime tant que ça ce Cinéma, pourquoi en fait-il ? Pourquoi lui fait-il tant de mal ? Pourquoi fait-il des films qui finalement ridiculisent un genre cinématographique qui entre mépris et reconnaissance tardive hasardeuse n’a vraiment pas besoin de ça !?
Alors bordel, Gens, quand tu l’as écrit, tu partais pourtant assez bien, la fuite d’un groupe de jeunes hors d’un pays sombrant dans le fascisme, c’est une idée intéressante ! Mais finalement t’es pas allé plus loin, ça ne reste qu’au niveau de l’astuce roublarde et démagogique. Et tout est la hauteur de ce genre d’arnaque : l’affiche promettant une abominable boucherie alors qu’on a plutôt l’impression d’assister à une kermesse vegan. On aura beau multiplier les plans de torture-porn et faire hurler ses actrices très très fort, ces gestes cinématographiques éculés tournent désespérément à vide. C’est comme ce titre à la con qui pousse le film dans un premier degré qui se prend très au sérieux. Frontière, frontières ?… Que voila matière à cogiter ! Quelle fine astuce !! Quelle audace typographique !!! Quelle aberrante et abyssale pauvreté intellectuelle oui… Non, c’est nul, c’est nul, nul, et nul !
Pascal Laugier avec son Martyrs a au moins tenté quelque chose, même si ça pue la prétention pédante et que le film foire, faute à une intrigue ne tenant que sur une pauvre astuce, mais au moins il aura tenté quelque chose, et si le film est raté, moche et naze en terme de mise en scène, il n’inspire pas la pitié qu’inspire Frontière(s), rejeton fatiguant de l’exécrable Sheitan et d’un quelconque remake US du film d’Hooper. Lamentable.

39 commentaires:

Simon a dit…

Je te trouve dur avec Sheitan

junko a dit…

Banned from the geeks !
Eh oui, j'ai été banni du forum Mad movies à cause d'une mauvaise plaisanterie. Le chef m'ayant conseillé de garder ça pour mon blog, les p'tits malins qui souhaitent golri de notre flamboyant échange épistolaire peuvent trouver le doc ici :
http://melvinpekatre.free.Fr/PEAV.doc

Bryan a dit…

bas .... c'etait plutot fun l'image de la petite Marion (et je crois pas avoir un humour douteux ...quoi que !!!)c'est comme Guy George president ... Bref je croyais le forum Mad un peu plus ouvert (parceque oui les blagues mashistes ...je l'ai comptes plus)Solidaire en écoutant le commando Varlin...

Coline Gerbouse a dit…

C'est vrai que c'est nul Sheitan, incroyablement nul.

Coline Gerbouse a dit…

c'est vrai que c'est nul Mad Movies, incroyablement nul.

Dgilo a dit…

Toujours rageant de se battre contre des sans cerveau depourvus d arguments comme de logique.
Vaincu par la bêtise...

Wurgebloarf a dit…

10 ans pour en arriver a cela, 'aurait mieux fait d'en attendre 20.
Notre présent cinématographique est un cloaque nauséabond, et les perles sont au fond.
Au fait, merci a ciné FX d' avoir ressorti Les rats de Manhattan de leur trou, ça c' est de l' anthologie.
Et toutes mes condoléances.

Gernier a dit…

Euh...

Autant j'aime le concept de films de merde (et ça me fait marrer) autant je trouve certaines de tes critiques d'un mauvaises fois assez crasse. Enfin l'égout et les odeurs ne se discutent pas (ou alors très difficilement) Je suis quand même intrigué...

Quels films ont ta bénédiction instantanée ?
Pitié ne cite pas Kubrick, c'est classique (même si le bougre est un grand cinéaste)

Pour ma part, dans les productions récentes j'avoue avoir apprécié 300et le Labyrinthe de Pan, que tu descends avec délectation, la bave aux lèvres, d'une manière absolument sadique! Pourtant des films réussi sur les faëries d'un côté et la mise en scène homérique de l'autre sont plutôt rare. Dans la fantasy ça nous change un peu des "pourfendeurs de Trolls".

"A l'Intérieur" est certe bourrin mais ne me semble pas mérite les vannes méchantes que tu distribues prodigalement. Le premier acte est plutôt réussi (on s'en fout du contexte politique ici, indemne dans 300, ce n'est pas le propos_) même si l'histoire caffouille sur la fin.

J'ajoute enfin que la critique est un chemin facile et qu'il est souvent plus courageux de faire. Certes certains ont plus de moyens que d'autres mais bon.

La critique de Spartatouille m'a bien fait marrer!

En matière de vrais films de merdes je te conseille de zieuter Nanarland ou les films de Sergio Martino!

Allez, bonne bourre!

junko a dit…

"Quels films ont ta bénédiction instantanée ?"

bien écoute, je te citerai Kubrick je pense, c'est classique mais le bonhomme est un grand cinéaste.


"Pour ma part, dans les productions récentes j'avoue avoir apprécié 300et le Labyrinthe de Pan, que tu descends avec délectation, la bave aux lèvres, d'une manière absolument sadique!"

Quoi Pan ? Désolé mais j'ai pas l'impression d'être très dur avec un film qui aurait mérité surement pire. M'enfin je vois bien que le film a ses adeptes, des générations de gens qui ont probablement grandis avec Fort Boyard et qui kiffent d'aller chercher des clés dans le ventre de crapaud géants...



"A l'Intérieur" est certe bourrin mais ne me semble pas mérite les vannes méchantes que tu distribues prodigalement. Le premier acte est plutôt réussi (on s'en fout du contexte politique ici, indemne dans 300, ce n'est pas le propos_) même si l'histoire caffouille sur la fin."

euh, je suis pas sûr de tout comprendre m'enfin bon, qu'est ce que tu veux que je te dise ? Tu kiffes A l'intérieur et 300 ? Bien. J'y peux rien moi...


"J'ajoute enfin que la critique est un chemin facile et qu'il est souvent plus courageux de faire. Certes certains ont plus de moyens que d'autres mais bon."

Bon, c'est indemne que toi, je suis perdu sur le chemin hasardeux qu'on prodigale lors du du commentaire de blog. D'autres ont moins de facile mais c'est plus.


"En matière de vrais films de merdes je te conseille de zieuter Nanarland ou les films de Sergio Martino!"

Merci du conseil, mais regardes dans la liste de liens...

gernier a dit…

J'aime pas vraiment Fort Boyaux mais un peu plus la fantasy... Enfin je peux comprendre qu'on préfère les masturbation de pépé Godard à ça!! En tout cas si ce film te fais vomir, abandonne toutes idées de plonger dans la Fantasy, voire même dans un film d'horreur... Je te conseille plus belle la vie ah! ah! ah! ah! Trassos!!!!

junko a dit…

tu kiffes passer ta vie à raconter des trucs inintéressants et refiler des conseils de merde ou t'es juste pénible ?

Anonyme a dit…

J'ai le temps là!!! J'adore faire chier!!! Et peut-être que demain nous irons tous dans un train se crasher du haut d'une montagne... Ah sentir l'asphalte froide sur les restes de son cerveau à moitié explosé... E vive Rocco!!!

Seb a dit…

On dit :
"La critique est aisée...", parfois on aimerait pouvoir dire :
"Si la critique se taisait...".
[Vincent Roca]

C est pas en faisant un pavé de phrases blanches sur un fond noir , qu on se retrouve avec une "bonne" critique
Mais bon , continu , un jour tu en feras une de correcte et avec justesse

junko a dit…

Bien que je ne voie pas vraiment le rapport entre la couleur des phrases et leurs valeurs, je me permets de te dire que ce n'est pas forcément en citant les grands penseurs de notre époque qu'on fait un commentaire intéressant...

ceci dit je t'invite à venir commenter régulièrement, un jour peut être trouveras tu une citation correcte, et juste ?

Seb a dit…

Ma citation n est pas juste ?
Allons ...

Pour ce qui est d un quelconque rapport entre une couleur et une valeur ,
moi , et d autres , en voyons très nettement le lien ...
Choix d une couleur ,
d une critique inapproprié ...

Maintenant , de la a venir régulièrement ici ...
Rien que le fait d y penser me pique le yeux
Allez bon blog de merde !!!
Et a jamais

guy2tramont a dit…

Oulala, il est vachement méchant le seb, mais ô comme je me délecte de ce genre de commentaires, autant que je me suis délecté de ta critique de frontière(s), d'ailleurs.
D'autant que je l'ai vu pas plus tard qu'hier soir, et là, je dois dire que pour moi, c'est la pire des merdes de l'année, et haut la main: tout est parfait, de l'allusion en gros sabots à sarkozy, au jeu à la truelle des acteurs (la palme à le bihan dont on se demandera toujours qui est le crétin qui l'a sorti de l'anonymat), en passant par la bétise crasse d'un scénar écrit- même pas avec les pieds, ça serait trop gentil- alors disons, avec le cul, sans oublier le nombre de hurlements débiles, les dialogues minables etc etc bref je me rends compte que je paraphrase ta chronique qui est le fidèle compte rendu de cette infâme daube. Continue junko, toi tu fais du bon boulot.

Pimano a dit…

Je sais plus trop si j'ai déjà commenter un de tes délicieux articles remplis de mauvaise foi, de hargne et de bave.
Bah oui, c'est ça la critique, et il ne faut pas en attendre plus.
Surtout sur internet qui n'est ni plus ni moins qu'un espace de libre pensée sans la moindre rigueur journalistique, la moindre obligation commercial et pas de public visé. On y trouve son compte ou on passe.

Puis, c'est toujours plus acceptable moralement de ne pas faire de pub pour des films brulant en marketing le budget annuel d'un pays du tiers monde.

Sinon, j'ai adoré lire ton engueulade avec Peav'. Par moment, j'ai eu l'impression de me lire (avec une grammaire plus exact, et moins de faute d'orthographe) c'est peut être pas un bon compliment.

Bonne continuation (je souhaite ça au rédacteur du blog, pas au trois crétins qui ragent parce que leurs films fétiches ont été chambré).

gernier a dit…

Il y a un pont entre une critique que l'on dira constructive, avec arguments et contre arguments et la suffisance hautaine du parisien qui s'emmerde.... Comprennent ceux qui peuvent...

junko a dit…

Gernier, je pense que tout le monde se moque totalement des tes avis sur les films d'horreur, la fantasy ou tes ténébreuses analogies...

Gernier a dit…

Une seul chose, va te faire foutre...

Anonyme a dit…

J'approuve Junko.
"accumulation de filtres, tous très moches [...] Le montage est parkinsonien [...] nuits américaines moches [...] accumulations inutiles" etc. C'est un fait : c'est une mode de merde qui caractérise les films du moment. Faut que ça bouge dans tous les sens jusqu'à nous donner la nausée. Pas forcément utile, tous ces effets de réa. Pour masquer l'indigence du scénar ???
(+++ pour ce divin blog)

Tatie Danielle a dit…

Et encore, t'as raté l'avant première avec Gens et sa bande de gros noeuds qui s'applaudissait à chaque apparition à l'écran....

Ran ! a dit…

Euh,
t'as pensé à un wiki des films de merde ?
Des articles contributifs autogérés ?
Idéologiquement ce serait au poil !

Djolbol a dit…

Hello,
perso un film ou des "Wesh Zyva" et des Nazis s'entretuent ben ça me détend bien, chacun sa merde hein...

Bryan a dit…

C'est comme même pas l'histoire de Mad qui t'empêches de nous faire une nouvelle critique ou tu vois que des bons films en ce moment

olivier a dit…

arf arf arf
bientot 2 mois que je n'avais maté les nouveaux posts et les nouvelles chroniques....
bah alors ils sont tout pas content à Mad?... et ya toujours des connards qui tiennent à donner leur avis passionné sur les merdes...
PAN DANS TA GUEULE PEAV DE MERDE

vivement l'expedition punitive aux locaux des beaufs...
putain bordel de crotte de chiotte mais qui sont ces connards qui ont besoin de ce blog pour exister (pfff merde c est ce que je suis en train de faire) surtout que Marion comme tu m'avais filé le T-shirt j ai eu le bonheur d'expérimenter la bien pensante masse qu'il ne faut pas choquer de trop hein paske non quand meme ya des limites...qui sont celles que l'on s'impose. La meme chose avec sainte ingrid on aurais fini en taule pour outrage et pour rappel: "un mec qui glisse sur une peau de banane c est pas drole ; un mec qui glisse et qui se tue la je me marre " desproges

Tim a dit…

Je viens de lire une bonne partie de ce blog et je dois dire que je n'ai jamais autant pris mon pied à te voir démonter toutes ces merdes... Immenses félicitations, j’avais pas autant ri depuis Maddox !

Seul point d'interrogation zarbi : Pourquoi aller voir des films qui sentent la merde à 1000 bornes pour ensuite dire « Haha, c’est de la merde » ? C’est trop facile, non ? Pour avoir sa propre opinion et en dire du mal en connaissance de cause ? Ok, je j'avoue... Tu te sacrifies pour nous, et c’est beau... Mais bon, tout de même, des fois ça sent quand même FORTEMENT la merde ! D'où mon seul bémol, tout petit : un manque de surprise dans le choix des films (Asterix III, Spartatouille, Phénomènes, I Am Legend...)

A part ça c’est du tout bon et du tout frais, je te mets dans mes liens dès ce soir !!! ^_^

Tiens, je suis maso : tu penses quoi d’Amer Beton ? Into The Wild ? Le 1er Halloween ? Abyss ? Beetlejuice ?

Laurent a dit…

A quand une bonne bouse a commenter? ça me manque tes critiques acides, c'est tellement jouissif =D

Djolbol a dit…

Vu que Ribouldingue dort encore : http://rotinou.over-blog.com/

junko a dit…

Bon, d’abord désolé de tout ce retard ! Depuis 2 mois je suis en vadrouille, j'ai des BDs à faire, des dessins à rendre, des pochettes de disque à faire, des articles à écrire, des concerts de punk roumain à Lyon et St Etienne, des vacances au Pays Basque, Oi polloi à Limoges, festoche à Angoulême, Le Scrawl à Paris… Tout ça fait que ce blog est un peu laissé à l’abandon en ce moment ! En Octobre tout rentrera dans l’ordre ;)

Gernier : Quelle répartie, dommage que sept mots forment une phrase déjà trop complexe pour t’éviter de faire une grosse faute !

Tatie Danielle : Eh eh eh…

Ran : Ben euh… je suis pas sûr que ça serve à grand-chose, de toutes façons, j’arrive déjà pas à tenir une moyenne respectable sur ce blog alors…

Djolbol : Hum, chacun sa merde, mais te sens pas obligé de nous balancer la tienne…

Bryan : Non absolument pas !

Olivier : ;)

Tim : Tu n’as pas tort, mais je n’ai jamais dit que je ne céderai pas à la facilité ! La facilité et la mauvaise foi sont les 2 mamelles de ce blog !

Laurent : Ca vient !

Djolbol : Merci c’était très intéressant…

Yannick a dit…

Hello junko !
Mes premiers pas sur ce blog, que je trouve quand même foutrement pertinent.
J'aurai une chose à te demander, peux-tu me contacter via mail : contact@yannick-henrion.com

Continue comme ça !

La Goutte a dit…

Bon buzz sur le blog de Soph'.
Je suis assez d'accord avec toi sur le fond, je souris en lisant ses strips, mais je ne peux m'empêcher de me souvenir des paroles pleines d'arrogance et de mépris entendues dans cette salle des profs du lycée où j'étais pion.
Finalement tu auras à ton tour vécu une sorte de lynchage virtuel. Ca marche en rangs serrés ces petites choses là.
Cordialement.

Anonyme a dit…

eh! t'es dans les pekatre??? je sais que tu réponds qu'a ceux qui on l'odace de te contredire, mais fais le quand meme ça srais vachement funky!!! daminator

junko a dit…

La Goutte :
Boarf, tu parles d'un lynchage, je vais recevoir trois craies et une brosse dans la figure au max eh eh...

Anonyme :
non non je réponds à tout le monde, enfin à tout ce qui appelle une réponse... en ce qui te concerne, la réponse à ta question est "oui" ;)

Anonyme a dit…

yeaaaaaaaah si ça c'est pas la classe?! alors jte dois doublement l'respect,d'abors pour ton ton blog,et pour ta conviction,parce que je trouve que déffendre les valeurs d'un cinéma aussi mal considéré comme tu le fais... franchement ta du style.(sluuurp',j'ai fini.) ,dis moi juste ou je pourrais lire ce que tu fais,ça m'interesse d'autant plus,quelque chose me dis que tu ferais surement partie de la valice production?!,jme trompe peutetre. daminator

junko a dit…

yo
Ben non tu me dois rien, ici c'est gratos ma gueule !
Pour les autres trucs que je fais, va voir le site http://actiondelarevo.free.fr

et puis sinon t'as vu juste, je fais partie du collectif Humungus
chapeauté par Valice !
;)

Garance Miriel a dit…

Hum...
Je ne crois pas avoir vu un seul des films que tu commentes, sauf Je suis une Légende qui est, effectivement à gerber, surtout quand on a lu le bouquin.
On m'a dit beaucoup de bien de Pan, et j'aime beaucoupce genre de fantaysy (au vu de la bande annonce), mais je ne vais pas sur ton blog depuis un an pour être d'acord avec toi. C'est juste pour le plaisir de te voir dégommer des films à grand coup d'arguments tranchant, de remarques dégeulasses et de mauvaise foi (c'est un compliment).
Blague, à part, ce qui me fait le plus rire dans frontière(s) dont j'ai vu des extraits, c'est quand je sais plus quel type se traîne trois heures en haletant qu'il ne va pas mourri, alors qu'il a perdu 12 litres de sang et donc qu'en théorie, il est déja mort depuis un certain temps...
Mais bon, en même temps les films gores m'ont toujours fait beaucoup rire.

Janski B. a dit…

Okay

moi qui suis plutôt en désaccord avec pas mal des dites critiques, je trouve qu'il est plutôt cool ce blog, fidèle a son nom, ça casse méchamment !!! normal

si vous voulez prendre une pause et oublier quelques minutes les petits conflits d'égo internautiques, passez voir ça :

http://janskibeeeats.blogspot.com/

a+

Blodhorn a dit…

Je suis assez d'accord avec la critique mais reste plus tolérant dans ma critique du film car je ne sais à ce jour quelle est la part de responsabilité du réalisateur dans la tournure du film. Besson/Europa a tendance à beaucoup interférer dans les films et à les dégrader changeant la fin de "Haute Tension", rajoutant une bande son typée banlieue cosmopolite sur "Ong Bak" ou en travaillant sur le montage d'un film sans l'accord du réalisateur comme dans "Transporteur 2".
Je ne dis pas que Gens est étranger à cette bouse mais que ça peut être plus complexe.
Après, et enfin, je te suis totalement dans tes propos lorsque tu fustiges le manque d'audace des réalisateurs français qui cherchent encore à reproduire et s'approprier des films comme Texas Chainsaw Massacrer sans tenir compte de notre spécificité culturelle. A ce sens, un film comme "Saint Ange" de Pascal Laugier me semble plus pertinent car il tient compte du contexte moral et politique de la France de 1958. Ce dernier film n'est pas exempt de défauts mais il est pertinent dans son approche et sa sobriété.
Bref, tant que les réalisateurs auront peur de se lâcher pour s'assumer pleinement, tant qu'ils n'auront pas la liberté artistique et la tunes pour mettre en scène leurs idées et tant que les producteurs interfèreront dans le processus créatif, le cinéma français de genre ne pourra pas grandir.