mercredi 26 novembre 2008

BABYLON A.D.


Voilà donc Babylon AD, le sixième film de Kassovitz qui depuis la Haine a enchaîné les flops artistiques mais tout restant un réalisateur bankable apprécié d’un public tout aussi amnésique qu’indulgent. Un petit retour rapide sur la carrière du nouveau génie français d’il y a 15 ans : Après Métisse (un quasi téléfilm primesautier) et La Haine (célèbre film de « société ») il y eu l’ambitieux mais pénible Assassin(s), les grotesques et pataudes Rivières pourpres et l’inodore Gothika.
Et ? Ben c’est tout. Au bout du compte c’est à se demander si Kassovitz n’a pas gardé son aura qu’en oubliant de tourner des films !

Il fut un temps où Babylon AD nous avait été annoncé comme le film de Science Fiction qui allait révolutionner tous les films de SF. Nanti d’une note d’intention plutôt enthousiasmante, Kasso avait ainsi excité tous les fans d’un genre injustement passé en désuétude ces dernières années. Quelques mois plus tard, une fois le film débarqué sur nos écrans, ce même Kassovitz déverse sa bile contre un système de studio autiste et incompétent qui nous aurait mutilé son oeuvre. Il ne resterait donc rien de sa vision dans ce film mutilé, renié et honni !
Un fois n’est pas coutume je vais être beau joueur, et je vais me ranger docilement à l’avis de Kassovitz, il a totalement raison : son film est complètement nul. Pas un peu nul, pas raté, pas décevant, non non, il est juste nul, la plus parfaite et cristalline expression de la nullité dans toute sa déplorable et affligeante ampleur. Il réalise même l’exploit d’être à peu prêt aussi naze que le grand absent de ce blog : 10.000 BC, probablement l’un des plus mauvais film jamais réalisé. Babybel AD est digne d’un navet cultivé à Pripiat, c’est au cinéma ce que la merde est au caca, c’est une aberration qui mériterait que les projectionnistes se mettent en grève, c’est une insulte qui justifierait que les spectateurs aillent casser la gueule aux guichetiers ! C’est une saloperie qui donne envie d’acheter du pop-corn pour pouvoir se venger en huilant les accoudoirs. C’est le genre de film où c’est presque un devoir que de discuter et d’aller pisser toutes les deux minutes pendant la projection. C’est finalement l’inverse exact de ce pourquoi on aime les films. Du cinéma voulu et pensé pour que les gens désertent les salles obscures et se mettent à aimer le foot.

Au-delà de la valeur intrinsèque honteuse du produit présenté, j’ai tout même essayé de mobiliser toutes mes facultés pour imaginer comment quelque chose d’intéressant aurait pu être façonné avec les éléments épars qu’on pioche durant l’heure et demie où l’on est pris en otage par un film se révélant être une véritable agression au lobe occipital !
Passons sur l’histoire incompréhensible mais rocambolesque d’un mercenaire forcément cynique qui est chargé par un mafieux évidemment russe et détestable de ramener une jeune forcément bombasse à une secte cheulou alors que celle-ci s’est faite enfanter par un ordinateur et qu’elle porte en elle des jumeaux qui seront le salut de l’humanité. A ce niveau c’est tellement con que finalement le film gagne à ne pas plus livrer les intentions d’un scénario qui semble pourtant en garder lourd sous la pédale. Avec un truc pareil on pense immédiatement à une production Besson, le crossover parfait entre Banlieue 13 et Le Cinquième Elément.
Et là on se dit, parce qu’on est un peu joueur et qu’on a le sens de l’humour, que si au moins le film avait été réalisé par Pitof on aurait pu enfin savoir ce qu’aurait donné du Max Pecas boosté aux CGI, ou alors on se dit que s’il avait été tourné par Jan Kounen on serait au moins allé sucer des cactus en regardant le film le dos tourné à l’écran. Ou alors carrément, on se dit aussi que s’il avait été shooté par Olivier Megaton on aurait pu directement oublier que le film existe, comme on a tous oublié son premier film et seule autre adaptation de Dantec le facho… La Sirène Rouge vous vous souvenez ? Non ? C’est pourtant le premier film du réalisateur du Transporteur 3. Ok, c’est facile de se moquer, revenons plutôt à nos moutons (électriques).
Avec une telle histoire, un tel scénario et de tels dialogues, on peine vraiment à imaginer que ça soit possible d’en tirer autre chose qu’une pantalonnade grotesque ! Ce qu’on se demande surtout c’est si le scénariste Eric Besnard n’a pas voulu se venger du monde du cinéma, venant tout juste d’être viré de la production de Mesrine... Ou alors c’est purement et simplement un suicide artistique, ou alors je ne sais pas, c’est le Xavière Tiberi de la profession !?

On peut légitimement dire que c’était déjà bien mal parti pour « le film de SF ultime » mais lorsqu’on voit le casting défiler sous nos yeux on aimerait avoir quelques explications : comment quelqu’un a-t-il pu sérieusement proposer ces idées ?! Je veux dire autrement que dépouillé à l’éther pour faire rire ses potes un soir de beuverie ! Ou alors c’est une blague qui a été mal comprise, voir un mémo rédigé un premier Avril qui aurait été pris au premier degré par une stagiaire albanaise autiste ?! Parce qu’il a de la gueule « le film SF ultime » ah ah ah ! Imaginez Depardieu en mafieux russe, Charlotte Rampling maquillée comme une groupie de Klaus Nomie et Lambert Wilson déguisé avec un costume que n’importe quel gamin refuserait d’enfiler pour carnaval. Rajoutons là-dessus Michelle Yeoh en nonne karatéka (elle a une tête de chinoise, alors comme toutes les chinoises elle fait évidemment du kung-fu, même si elle est autant crédible quand elle tape que Laurent Deutsch le serait dans le rôle de Bruce Lee !), la vierge effarouchée est « jouée » par Mélanie Thierry (elle joue aussi mal que toutes les égéries de Luc Besson mais je découvre que c’est en fait une actrice accomplie qui a remporté un prix au festival international de Luchon, respect) et gardons le meilleur pour la fin, le mercenaire bad ass est évidemment le sympathique quoiqu’un peu raide Vin Diesel qui pour ce film a préféré tourner à l’économie, faisant jouer sa parka à sa place sur la plupart des scènes.
Je n’ose même pas évoquer la caractérisation des personnages vu que le script s’arrête bien avant que le concept même de « personnage » n’intervienne.
Le pompon c’est que Kassovitz a du se dire que pour réaliser son « film de SF ultime » il ne suffisait pas d’avoir un pitch con, une bonnasse et un gros tout gonflé, non, il fallait aller plus loin, il lui fallait quelque chose de plus, quelque chose que les américains n’ont pas, la botte secrète, la fameuse « french touch’ », ceux que tous nous envient à savoir les… Yamakazis ! Ils jouent ici une troupe d’on ne sait trop quoi, qui sortent de temps en temps des phrases que personne ne comprend, pas même les autres personnages du film, et qui repartent aussitôt en faisant des bonds. Puisqu’ils sont payés pour ça ils ne peuvent pas courir normalement et sont probablement obligés, par contrat, à faire des galipettes par terre dès qu’ils doivent traverser un couloir. C’est là toute la différence entre rater un film, et insulter les spectateurs. Entre bousculer quelqu’un sans faire exprès et lui coller son poing directement dans la gueule.
Résumons, donc Vin Diesel et sa parka, entre Klaus Nomie et un Dipardiou hilare, accompagné des Yamakazis, du grand prix d’interprétation de Luchon et d’une chinoise (malaysienne pour être exact) qui fait du viet vo dao en agitant les bras, tout ça c’est pour Kassovitz une base intéressante pour pondre son fameux « film de SF ultime »…
Pour la SF je ne sais pas, mais pour la comédie c’est de plus en plus évident qu’il y a un potentiel énorme en France, c’est juste pas fait au bon endroit ni au bon moment. En fait il faudrait juste redistribuer un peu les cartes, franchement, vous ne trouvez pas que Frontière(s) aurait du être réalisé par Dany Boon ? Laugier ne ferait il pas un excellent réalisateur de seconde équipe sur Plus Belle La Vie ? Et Xavier Gens il ferait pas un cadreur formidable pour Un gars une fille, non ?

Bref, c’est évident qu’il y a quelque chose qui ne tourne vraiment pas rond dans le cinéma français.

Revenons rapidement à Babyboule AD, on se disait donc qu’avec un tel scénar’ et un casting aussi carton, Kasso n'hésite pas à essayer de nous faire croire que bien sûr c’est la faute à la prod’ s’il n’a pas réussi à concrétiser le chef d’œuvre qu’il sentait à portée de caméra ! C’est la faute à la Fox, et puis la faute à Vin Diesel aussi ! C’est à cause d’eux que tous les plans sonnent faux, que les bastons sont probablement les plus mal filmées, les plus mal montées et les plus illisibles jamais réalisées ! Et ce n’est pas un euphémisme, Pathfinder à côté c’est du Eisenstein ! Le crêpage de chignon entre Diesel et Lebanner (un boxeur ultra hardcore, fan de cinéma et aperçu dans Asterix 3 et Disco –sic-) est un monument : Deux personnes dans une cage et on ne comprend rien. Et attention, Kassovitz le réalisateur le plus doué de sa génération ne foire pas que ses scènes de pif paf, pour la scène de poursuite en moto neige il arrive à faire pire que la poursuite en ski de Rien que pour vos yeux (c’était en 1981…) Des problèmes de continuité et de logique (les personnages rentrent dans un sous marin après des dizaines de réfugiés, en arrivant directement dans la salle de commandement, remplie uniquement du capitaine et de trois marins), des effets spéciaux bâclés et un art-design incohérent (par contre la machine à botox est belle me souffle mon ami dédé) une musique absurde qui te balance un hip hop pouilleux et hors sujet sur l’intro, massacrant la seule scène qui aurait pu être acceptable, du Sepultura servi n’importe comment, à la fin on regrette que la prod’ ne soit pas 100% française parce qu’il ne manque plus que Vitaa ou Doc Gyneco au générique pour parachever le tout. Comble de la malhonnêteté, Kassovitz a finalement fustigé « la bêtise et la violence du film », rappelons que celui-ci est PG-13, c'est-à-dire qu’il doit y avoir trois gros mots, on doit y voir un dos nu, un bout de bisou ainsi que deux ou trois baffes. Ca veut en gros dire que la violence et le radicalisme du film sont du niveau d’un Crocodile Dundee 3 quoi…

En voyant le film on comprend cependant l’idée géniale de Kassovitz. Pour lui, faire son film de SF ultime, c’était en fait pomper à tous berzingues Alfonso Cuaron en y rajoutant une louche de Ridley Scott par-dessus. La conclusion on la connaît, même Kassovitz a honte du résultat. Que ce soit par la faute de la production ou que ce soit la faute à une incompétence généralisée, le spectateur aura juste la satisfaction de savoir ce qu’aurait donné Children Of Men réalisé par un lieutenant de Besson, ou, et je crois que c’est peut être encore pire, ce qu’aurait donné Blade Runner tourné par Enki Bilal.

Pitof, Kassovitz, Megaton, Gens, Richet, si le cinéma était vraiment populaire, vous auriez les tribunaux que vous méritez.

39 commentaires:

Merle a dit…

Belle suite de passes magistrales pour une mise à mort élégante et sans appel. Voici une critique qui mérite bien ses cinq oreilles et ses quatre queues en trophée (s'il y en a autant, c'est pour faire plus SF...).

Anonyme a dit…

Excellente critique, ça fait longtemps que je n'avais plus autant ris!

guy2tramont a dit…

de veau?

Anonyme a dit…

je trouve tes critiques à pisser de rire, je jubile à les lire, enfin un véritable critique cinéma ! génial !!!
morbak

Marko a dit…

y'a pas cornillac ou Jean Reno? même en poster... merde

GROQUICK a dit…

Quelques explications du pourquoi-du-comment le film est une bouse, par le principal intéressé. Ca n'excuse rien pour Kasso (qui a eu les yeux plus gros que le ventre, qui pensait niquer l'industrie du cinéma US sans qu'elle s'en rende compte) mais ca permet de saisir un peu l'envers du décors :

http://www.mauricedantec.com/virtuelle.php/page/itwkassomgd/entretien_croise_avec_maurice_georges_dantec_et_mathieu_kassovitz

GROQUICK a dit…

http://www.mauricedantec.com/virtuelle.php/page/itwkassomgd/entretien_croise_avec_maurice_georges_dantec_et_mathieu_kassovitz

GROQUICK a dit…

Impossible de poster un lien en commentaire ? C'est quoi ce bordel ?

Bref, si ca vous intéresse, passez par la : www.surlering.com

Toxic Avenger a dit…

Junko, tu n'y est pas: L'Instinct de Mort et Babylon A.D. ne sont pas des films français! Ils ne sont que de très moyens films hollywoodiens, ce qui en fait déjà, par définition, de super mauvais films. Ils ne devraient donc même pas avoir le droit de cité dans ton blog (a part pour nous faire marrer), un peu comme le nombre incommensurable de bouse infâmes et crétines qui ne passe jamais l'Atlantique, pas même en DVD!

Anonyme a dit…

Babybel AD... Babylone AD, quelle différence? Ça reste un truc que les enfants aiment bien et qui du coup font chier leur parents pour qu'ils en prennent...

Merle a dit…

Babybel AD... Babylone AD, quelle différence? Ça reste un truc que les enfants aiment bien et qui du coup font chier leur parents pour qu'ils en prennent...

Ça fait quand même cher la portion de fromage re/décomposé

junko a dit…

>Merle et Guy2tramont, je me désolidarise totalement du champ lexical de vos blagues !

>Groquick : Ca va, tu vas t’en sortir ?! Merci pour le lien en tous cas, ça pourrait être utile pour un éventuel « blog des films que si c’est de la merde c’est parce qu’ils ont des bonnes excuses » eh eh eh

>Anonyme du 1er Décembre : Un truc rouge à l’extérieur et tout mou à l’intérieur ? Vous parlez de JF Richet ?! Non ? oups…

Ettab a dit…

Non, le babybel faisait plutôt référence à un truc qu'on trouve sympa jusqu'à ce qu'on s'aperçoive qu'il s'agit d fromage recyclés...
Je ne sais pas où proposer des films nuls, mais il y a steak (grosse bouse même pour les fans de eric et ramzy) et Le clandestin, film aussi connu qu'il est bien fait.

Anonyme a dit…

La dernière phrase est anthologiesque ! Par contre, c'est Alfonso Cuaron, pas Alfredo (le papa de).

junko a dit…

Ouuuups c'est vrai !
Merci cher anonyme, l'erreur a été corrigée !

le caissier fait la gueule a dit…

Quelle babylonnade en effet
mais si tu veux vraiment casser la gueule du caissier pour ça alors que son connard de patron le paie au lance pierre pour vendre de la merde à des blaireaux rappelles toi qu'il n'a pas choisi de programmer le film ?? Hein dis t'y as pensé? Et comment t'aurais fait pour aller voir mesrine avec dédé et la bande a baader avec le stal??
Ou tu vérifies que je lie ton blog ??

Robot blues a dit…

Bon, j'avoue, j'ai lu un peu en diagonale car, bien que totalement d'accord avec tes conclusions, je trouve un peu dommage que tu privilégies la forme sur le fond alors qu'il y avait tant à dire. Y a de la métaphore, de la comparaison, tout ça, tout ça, mais Kassovitz sert quand même tout le nécessaire à sa rossée sur un plateau. L'insupportable scène de jet-ski, ok, mais c'est bête d'omettre ces incroyables tirs de missiles au cours desquels notre héros sera courageusement blessé, le bousillage du chasseur ET, top du top, les gunfights urbains sur fond de costards noirs et motos. La classe. Ah, évidemment ne pas oublier le retour d'investissement parce que bon, tant qu'à avoir l'hypertrophié Vin Diesel, autant ne pas tout gâcher en planquant la marchandise sous une doudoune informe tout le long du film (Qui a dit "rôle de composition" ? Pardon ? "contre-emploi" ???).
Après ça, concernant Michelle Yeoh, on peut supposer qu'elle n'a été recrutée que pour ses scènes de baston vu que c'est quand même sa
spécialité. D'ailleurs je tire mon chapeau à Kassovitz pour la totale absence de crédibilité de ces scènes. Fallait y arriver.

Quant à l'origine du scénar, tu n'es pas très loin de la vérité puisque le générique indique que c'est tiré du prétentieux Babylon Babies de l'illuminé Dantec (entre autres joyeusetés).

Anonyme a dit…

Une fois de plus tu continues a nous casser les couilles avec tes critiques de merde, continue comme ça et plus personne ne te lira.

A tanto Ptit CON

junko a dit…

Pour notre ami caissier :
Oups ! Loin de moi l’idée d’inciter mes lecteurs au lynchage de nos amis guichetiers mais n’est ce pas le météorologue qui recueille le courroux du péquin énervé par la pluie ?

Pour Robot Blues :
Tu ne devrais pas lire en diagonale, enfin surtout si tu souhaites faire un commentaire, car j’ai bien spécifié que le scénario venait de Dantec… Je n’étais effectivement donc pas très loin de la vérité eh eh !

Pour Le gros têtard qui signe « anonyme »
Si tu te sens agressé parce que je dis du mal de tes films préférés, c’est déjà bête… Si en plus tu te sens obligé de venir chouiner, c’est pathétique mais en plus que tu me menaces en me disant que si je continue mon blog je n’aurai plus de lecteurs, c’est carrément stupide.
Stupide ? Tu comprends ce mot pauvre tache ?

Robot blues a dit…

Aïe ! Trop en diagonale effectivement. Mais ma remarque concernait le scénar écrit "dépouillé à l’éther pour faire rire ses potes un soir de beuverie"... Doublement dans le vrai, donc ?

junko a dit…

robot blues, je ne comprends strictement rien à ce que tu racontes !

karément a dit…

La voix de VD est remarquable je sais pas combien ils ont payer le mec qui fait l'interim surement un banlieusard vu l'accens,mais c'est un carnage la pire voix de tout les temps décideùent c'est toujours pareil avec ce genre de film plus il y a du marketing autour du film plus c'est de la merde c'est vrai on commence avec une music à chier(j'ai failli sortir ma casquette et la chaine à vélo)puis on arrive plus que difficilement à la fin sans avoir rien compris(perso) parceque c'étais plat,oui le film est plat comme une sole ou une escalope sur laquellle on se serrait acharné comme une brute l'histoire de mettre un peu d'action dans la cuisine à défaut du film.Bref une place de ciné pour voir cette daube c'est chère payer et je vous parles meme pas de l'achat en DVD blu de mes couilles c'est de l'escroquerie pur et simple si vous voulez le voir demandez à votre entourage si quelqu'un veut bien vous le preter...de toute façon il y a peu de risque pour que vous le laissiez sur votre étagère ce serait un ramasse merde de plus...

Anonyme a dit…

Je viens de le voir. En lisant la critique avant je ne realisais pas bien. Putain, mais quelle Daube!!! Faut le voir pour le croire.

Olivier a dit…

Vous pensez que c'est Kassovitz qui à choisi la doublure française de Vin Diesel? Si oui qu'est ce qui a bien pu lui passer par la tête?
Parce qu'au final ça dessert son film dans la mesure ou à la première réplique on est prit d'une irrésistible envie de rire.
Enfin bref, chapeau à l'auteur de la critique, elle est tout bonnement saisissante. Continuez

junko a dit…

ben j'en sais rien mais ça ne m'étonnerait pas que ce soit Kassovitz qui ait choisi... Le doubleur c'est Doudou Masta (ex du groupe hip hop Timide & sans complexe)
J'ai vu le film en VO, mais vu le nombre de gens qui se sont gondolés devant ce doublage me donne envie de revoir le film en VF !

srednivastar a dit…

Bonjour Junko,
Je crois qu'on a un peu les mêmes (dé)goûts cinématographiques. (Et je me dis que quelqu'un qui n'aime pas François Bégaudeau ne peut pas être totalement mauvais). Mon blog c'est:
http://laviesecretedesfilms.blog.lemonde.fr/
Sur l'affiche de Babylon AD, il y avait écrit "Kassovitz - Diesel: le choc" c'est tellement vrai....

Anonyme a dit…

De mitch07: je l'ai visionné en V.O. en espérant que ce fut a little better mais non....désastre ,pareil au dernier Bond...
Je m'en paye des navets et pas des moindres....y'en aura d'autres..

Anonyme a dit…

moi j'ai kiffé - vous faites tro de chichi

junko a dit…

c'est à chier - tu fumes trop d'kif

Anonyme a dit…

vous etes vraiment minable, vous savez pas ce qu est un bon film

votre niveau cinématographique c est arrêté au film des des années 30

CHUCKY a dit…

Putain c'est bon!
Vas y acheve les d'un grand coup de tatane dans les cotes!
Roh OUUUIIII!

Anonyme a dit…

J'adore lire tes critiques, à chaque fois je me dis fiou heureusement que j'ai pas été le voir celui la.N'empêche je sais pas comment tu fais pour endurer tout ces nanards dépourvus d'inter^t.

l'autre a dit…

Je suis bien d'accord avec toi... C'est vraiment désespérant, comme film.

J'aime beaucoup tes critiques, même si je ne suis pas toujours d'accord, mais tu les présentes toujours de façon à ce qu'on comprenne ton point de vue.
Bonne continuation!

psylo a dit…

Si vous voulez voir un bon film avec Vin Diesel je vous conseille
XXX§ Excellent film!!! Promis juré craché!!! Sur la vie de ma mère je me suis jamais autant poilé sur un film. Bon faut dire qu'avec du cake de l'espace et des amis mexicains à chapeau c'est normal...
L'ayant revu plusieurs mois plus tard, à jeun, si j'avais le verbe aussi facle j'en ferait une critique dont ne rougirai pas Junko en attendant peut être que je me reforcerai à le revoir pour le plaisir de cracher sur Vin qui y ressemble trop à un abruti baraqué de tout sauf du cerveau pour ne pas en rire

MuDpRøDuCtIøN a dit…

Ayant lu le livre : Babylon Babies de Dantec, je suis à 20000% d'accord avec la superbe et poilante critique de cette bouse infâme que certains nomment "film".A mon avis, ce n'est pas sur une bobine que cette chose doit se ranger, mais bien sur un tube en carton d'environ 20 cm de long, d'un diamètre de 2cm, généralement généralement utilisé aux aisances...

roger a dit…

Je viens de voir ce film et de lire la critique, d'habitude tu es assez corrosif mais pour ce film tu es sans doute encore trop indulgent!
On attendait pas forcément des prouesses de Vin Diesel mais réussir en outre à faire mal jouer Yeoh, Depardieu, Lambert Wilson et Charlotte Rampling je dis chapeau...

Et même dans un bon gros navet hollywoodien on voit généralement où est passé le budget! Ici c'est un mystère total, 70M de dollars n'ont visiblement pas suffi pour accoucher d'un seul décor ou une seule scène d'action potable, à défaut de scénario...

Patrouille de Nuit a dit…

J'avais vu ce film désolant et ta critique m'a permis de purger ce mauvais souvenir en me bidonnant à tout va.
En plus, tu épargnes la gracile Michelle Yeoh!
Elle n'a qu'un seul défaut en fait, son mec... ;-))

Grishka a dit…

Critique marrante, mais peu cinématographique. Vérités assainnées coup sur coup, avec peut d'analyse et d'argument cinématographique. Pas faux dans le fond, mais désespérément vide de sens...

Anonyme a dit…

Le film est sans doute une belle merde, j'ai eut le flaire d ene pas aller le voir moi qui suis pourtant un fan de SF...Diesel acteur à la mode avait de quoi intrigué après Pitch Black...mais voir Kassovizt en tant que réa m'a refroidi.
Par contre certains arguments vols pa shaut...Michelle Yeoh l'asiatique qui fait du King-fu...heu sic, bien evidemment c'est crédible enfin bien plus de penser qu'un occidental fasse du Kung-fu c'est plus crédible?...ho wait, Jean-Claude Vandamme, ha il y a aussi cette acteur célèbre de Texas Ranger...
J'ai vu le making-of où Kasso se défausse...ne comprenant pas où il a merdé...finalement la Mélanie Thierry semble avoir le mieux compris la situation, et la Michelle semble dans le making-of assez cool...http://www.youtube.com/watch?v=zJ5-D88OaAk
est-ce que la présence d'une caméra (pour le making of) n'a pas été aussi l'élément exacerbant les portagonistes (Kasso, Diesel,...) voulant montré qu'il était là? Le vrai film semble être en réalité le making-of où chacun à oubier de faire le film pour plutôt tenri un rôle.... Bien entendu, on y voit clairement un clash entre les cultures, les Ricais pensant business et conscient que des millions sont en jeu et les occidentaux obnubilé de défendré ue utopique French Touch...l'attitude des français ets à la fin assez pathétique, ils sotn là à rire de l'échec qui est en bonne partie le leur. montrant une belle part de naiveté avoué!