lundi 6 décembre 2010

SCOTT PILGRIM VS THE WORLD


Avant de voir ce Scott Pilgrim, j’étais confiant ; le britannique Edgar Wright avait réussi avec son premier film, Shaun of the dead, à tourner une histoire d’amour qui réussit à réconcilier les amateurs de romance et les fans de zombies. Ces derniers redécouvraient les joies d’une comédie romantique légère dont la réussite prouvait également aux autres que le mythe du zombie était désormais définitivement sorti des carcans de la sous culture, et pouvait s’imposer à tous, en toutes situations.
Même si son second film, Hot Fuzz, connaissait quelques problèmes de rythme, Wright signait néanmoins là un second métrage éblouissant dont la mise en scène et l’interprétation étaient à l’unisson d’un scénario rocambolesque ponctué de savoureux dialogues absurdes. Une nouvelle réussite.

L’inverse total de ce Scott Pèlerin… ce qui pourrait nous interroger sur la viabilité des adaptations de comic célèbres sur le grand écran…
Le tout naze Kick Ass avait déjà crucifié le trop discret Defendor, prouvant par là qu’un film avec une histoire de merde, mal racontée, aux mécanismes narratifs éventés et définitivement poutré par une mise en scène ridicule pouvait s’imposer comme un film moderne, censé refléter la culture « geek ». Une culture à la con, défendue bec et ongle par des troupeaux d’imposteurs qui pensent fièrement incarner une sorte d’élite culturelle qui pourtant ne repose ni plus ni moins sur la consommation de masse. La descendance triomphante de cette guilde secrète qui défendit des films obscurs comme La Guerre des Etoiles et pesta contre le départ de Grokouik vénère aujourd’hui des œuvres aussi pointues que Spiderman 2, la trilogie du Seigneur des Anneaux ou n’importe quel film qui se dandine sur des millions de dollars. Ils jouent depuis 20 ans à des jeux videos aujourd’hui vendus à des millions et des millions d’exemplaires tout en se tripotant doucement dans les vapeurs d’une espèce de doux rêve collectif leur susurrant à l’oreille qu’ils ne sont pas comme les autres car ils sont différents et qu’ils ne sont pas de ce monde car ils sont asociaux. Bref, ils se pressent par millions dans les travées des multiplexes ou dans les rayons JV de Carrefour persuadés d’être sortis du troupeau.
Scott Pilgrim, comme Kick Ass ou Cyprien, montre la revanche de cette image de pauvre têtard boutonneux qui puisera son pouvoir dans les mondes alternatifs dont il possède les clés (il parle klingon ou sait jouer la ligne de basse d’un thème de Final Fantasy par exemple) pour accomplir une quête qui se limitera toujours à enfiler la bonasse du lycée. Les geeks d’aujourd’hui sont devenus leurs propres héros, délaissant les héros charismatiques aux pouvoirs improbables sur lesquels ils fantasmaient avant, dans la création d’un monde nostalgique idéal en se faisant caresser dans le sens du poil par la régurgitation jouissive d’une culture qu’ils aiment à penser comme alternative.

L’univers geek de Scott se résume donc à celui de jeunes blancs becs banlieusards qui écoutent du rock californien, has been depuis 15 ans et jouent à des jeux videos old school en salle d’arcade. Tout, ici, semble être affaire de nostalgie. L’histoire d’un inadapté social qui va tomber amoureux de la jeune fille mystérieuse et branchée (pauvre Mary Elizabeth Winstead) dont la coolitude réside dans un accoutrement (lunettes, rollers, mèches colorées, il manque que le walkman) qui devait dépoter dans les cours de récré, en 1988. L'histoire d'amour sera parsemée d’embûches, des confrontations avec les 7 ex diaboliques qui représentent tous un côté de la coolitude (qui parodie les icones célébrées par nos petites soeurs) que n'a pas notre héros, mais dont la vaillance du cœur alliée à une pratique intensive de la console viendra à bout. Au final, le jeune débile pécho la meuf, sous l'œil entendu de la rivale qui, elle aussi, aura appris à ouvrir son cœur.
C’est ni plus ni moins que la culture branleuse de trentenaires nombrilistes qui se sublime par une affolante incarnation juvénile tout en évoluant dans un univers aseptisé à la Amélie Poulain, où tout est propre et rose, sans culs de joints dans les cendars et sans palette de graffen dans l’entrée.

Et puis c’est surtout difficile de voir en Scott Pilgrim autre chose qu’un reliftage « geek » d’histoires romantiques cul-cul la praline jadis réservées aux fans de Hartley Cœur à Vif. Un upgrade pour les jeunes connards qui cherchent à tous prix à défendre n’importe quelle merde pour avoir, eux aussi, leur Star Wars ou leur SDA, espérant faire partie de l’Histoire, à l’instar de nos ancêtres toujours prompts à verser dans la mélancolie va t’en guerre.

Un tel ramassis de connerie pourrait passer si on avait eu un scénario assez malin pour prendre un peu de recul, y mettre du second degré ou raconter quelque chose, du moins quelque chose de plus intéressant qu’inscrire « dring » sur l’image lorsque le téléphone sonne. Raconter une histoire avec un enjeu narratif qui serait servi par des personnages qui ne seraient pas totalement unidimensionnel et aussi caricaturaux. Tout ça aiderait le spectateur à ne pas se faire autant chier, surtout si dans le même mouvement les dialogues étaient drôles et que les acteurs ne semblaient pas se demander ce qu’ils foutent là chaque fois qu’ils sont à l’écran sans avoir de réplique à donner…

Scott Pilgrim vs the world est loin d’être un bon film, c’est un film chiant, répétitif et idiot, n’ayant rien à proposer au-delà de l’invitation faite aux spectateurs trentenaires à fantasmer sur des adolescentes dans un édifiant sentiment d’autosatisfaction les persuadant au final qu’avoir passé les 15 dernières années de leur vie à jouer sur une console pourra finalement leur être utile à lever une gamine…

et c'est juste écœurant...

92 commentaires:

Anonyme a dit…

Et heureusement que tu as pas lu le manga qui est à la hauteur du film !

Coaltar a dit…

Il faut déjà avoir l'idée de se taper ce genre de films. Rien qu'à voir l'affiche, personnellement, je passe mon chemin. La surprise ne peut qu'être mauvaise, si surprise il y a... et le porte-monnaie délesté à regret.

Fujikaka a dit…

Merci mon Dieu, le revoilà!!

serow a dit…

les geek n'on rien a voir avec se que montrent ce genre de film
j'avou tater de la console un peut trop souvant mais j'ai horreur de l'himage de "minables boutoneux, sales, debiles, mais romantique" que montrent ce genre de filme et ce genre de filme tout cour en fait...
sa m'enerve!

1 guik a dit…

oué moa ossi chui tou ta fé da cor avèk toa lé guik cé pa sa du tou

Bertrand Todesco a dit…

ta critique est carrément hors sujet. tu ne fais que parler de la recente mode d'"hero-iser" les geeks dans les fictions tv ou ciné. Ensuite, tes critiques sur le film portent tres peu sur des points cinematographiques tels que le montage ou meme sur une mauvaise adaptation du comic book. la plupart de tes critiques portent sur des points qui sont dans la BD, et plutot bien adaptés pour le film. Si tu savais lire et que tu etais un peu curieu, tu aurais pu te rendre compte de cela. L'oeuvre qu'est la BD Scott Pilgrim ne fait pas pour moi l'apologie des geeks comme tu sembles le ressentir en voyant le film. D'abord, les protagonistes ne passent pas leur temps a jouer aux jeux videos. L'imagerie du film (et de la BD) est nourrie par cette culture. mais ca, c'est dans la narration. due a l'auteur. un jeune homme qui reflete sa generation, qui a grandi, a révé au milieu de cette imagerie comics et jeux videos. sans pour autant etre devenu un branleur boutonneux associal. On peut egalement trouver de la nostalgie et des objets (ou la mode) se référant a des annees passés (80s 90s). C'est sans doute car l'oeuvre est un peu biographique et que l'auteur y aura mis des elements de son passé.

bref, tu peux blamer la BD si elle ne te plait pas, mais si tu le fais, j'aimerai juste te rappeler que ton blog parle... de cinéma.

guitou a dit…

et bien moi je l'ai pas trouvé si à chier que ça... c'est pas du grand art c'est sur et puis j'ai eu ma place gratos, ca doit peut être jouer aussi.

Tu aurais pu à l'inverse nous pondre un joli article sur le bouseux Monsters....

Dark canned raccoon a dit…

T'es quoi ? Un joueur de football américain ?

Non parce que le "stun film de geek/gamer", c'est pas vraiiiment clivant, hein. Et oui, il fait référence à des choses apparues après le mur de Berlin.

Je dis pas pour autant que c'est un bon film, le début est trop décousu pour moi, notamment, mais quand je lis ta critique, je lis grosso merdo :
"HATERS ARE GONNA HATE. HATERS...."


Ps :exactement comme dans mon commentaire, t'as vu ?

Hypraïon a dit…

Troller les geeks, cette nouvelle mode ! Ce cycle vicieux dans lequel les trisomiques du monde entier, anciens geeks ne s'assumant plus parce que ça ferait sale sur leur CV de parfait néo-connard, s'engouffrent avec l'objectif (grillé à quinze kilomètres) de passer pour de nouveaux héros lucides, bien loin de cette horde de boutonneux à laquelle ils regrettent tant d'avoir appartenu deux ans plus tôt.
Être à ce point débile pour ne pas voir que Scott Pilgrim n'est pas un film geek (gnagnagna culture geek mes couilles) mais simplement un film ancré dans sa génération, parfaitement réalisé et fourré aux moments objectivement cultes relève de la gageure. Vous êtes, monsieur, un génie.

Moryce a dit…

pour ma part, j'ai bien aimé ce film

et si je peux me permettre de raconter un peu ma vie, je n'ai pas lu le comics mais j'ai par contre fais le jeu vidéo éponyme avec 3 amis

au vu de la réponse que tu donne à guitou, je suppose que je dois également avoir "des gouts de chiottes"
néanmoins, si mon mauvais gout m'a permis d'apprécier ce film, alors je préfère garder ça plutôt qu'avoir le même niveau d'exigence que toi

je ne vais pas essayer d'analyser ce qui selon toi en fait un mauvais film, chiant, répétitif et idiot, ni essayer de défendre ce dernier, mais je dirais simplement que mes amis et moi avons passés un bon moment, et d'après IMDb, je ne suis pas le seul :)

junko a dit…

Guitou a surtout le gout de chiotte de ne pas avoir aimé Monsters...

Louis-Guy de Longueverge a dit…

Selon certains chercheurs, le cerveau aurait un sexe. En admettant que ce "sexe cérébral" soit l'exact pendant des organes génitaux proprement dits, il est logiquement "masturbable". Ce qu'avait déjà pressenti le commun des mortels, nommant expressément l'activité susdite : "masturbation intellectuelle". Cette conception nébuleuse a donc maintenant, selon toute vraisemblance, un support physique concret. Si l'on connaît bien les effets indésirables, à plus ou moins long terme, de l'onanisme (surdité, entre autres et non des moindres), les conséquences exactes de la masturbation cérébrale sont encore bien mal connues et nécessitent une étude d'ampleur afin de fournir des conclusions positives. Aussi, en attendant celles-ci, ne saurait-on recommander avec excès l'application du sacro-saint "principe de précaution" (si cher à nos gouvernants). Allez-y mollo, donc.

PS : pour les "branlomanes", il est tout au moins déconseillé de pratiquer les deux en même temps... Oui, c'est exact, encore faut-il pouvoir. Mais on ne sait jamais...

serow a dit…

mea culpa...

Darkmore a dit…

« geek ». Une culture à la con, défendue bec et ongle par des troupeaux d’imposteurs qui pensent fièrement incarner une sorte d’élite culturelle qui pourtant ne repose ni plus ni moins sur la consommation de masse.
C'est comme les rillettes : tout est là. Si en plus en écrivant ça t'as pensé aux mecs auxquels je pense en le lisant on est décidément fait s'entendre (non rêve pas je te drague pas).

Anonyme a dit…

C'est l'hôpital qui se fout de la charité. Tu fais un GROS blog de geek, mec ! Mate les références qui parsèment tes notes, tes liens, (où est MAD MOVIES ?) les daubes que tu regardes et qui finiront chiées sur ton blog. Est-ce qu'il y a un métrage d'art et d'essai de merde dedans, le dernier Dumont, etc ? Non. Parce que tu mates Spiderman, KickAss, Watchmen. Ton blog est geek. Tu es un GROS PUTAIN DE GEEK.

Greta Garbit a dit…

Eh bien ! Le "geekisme" déchaîne les passions ! Avec nettement moins de panache que la querelle des Anciens et des Modernes, toutefois... Question d'époque, je suppose.
O tempora, o mores...

junko a dit…

>ANONYME du 6 Décembre
Oué, j’ai pas lu le manga et je m’en fous un peu, toutefois, je pensais qu’il s’agissait d’un manga plutôt bien vu et depuis que le film est sorti j’en entend pas mal de mal ici et là…

>COALTAR
Il s’agissait avant tout de voir le film du réalisateur de Shaun of the dead et de Hot Fuzz, quelque soit son sujet…

>FUJIKAKA
Je ne suis jamais vraiment loin

>SEROW
Ah bon… En tous cas oui, vu ton orthographe je pense aussi que tu tâtes ta console un peu trop souvent

>BERTRAND TODESCO
Bon, effectivement je parle beaucoup de cette manière d’héroiser les « geeks », je vois ça dans des trucs aussi différents que Kick Ass, Scott Pèlerin ou même The Social Network. Sauf que dans Scott Pilgrim je trouve ça particulièrement pénible et particulièrement nombriliste.
Ensuite je m’en fous qu’un truc que je trouve merdique soit « bien adapté » d’une BD tout aussi merdique (apparemment). Les commentaires sont là pour que ce genre d’informations soient relayées, je salue donc ton geste.
Par contre sous entendre que je n’ai pas lu la BD parce que d’un je ne sais pas lire et de deux je ne suis pas curieux, c’est assez déplacé et mon cher Bertrand, la pénible suffisance dont tu enrobes involontairement ton commentaire de premier de la classe ne rend pas service à tes propos antipathiques.
Dans ton commentaire, tu nous expliques que les persos ne sont pas des geeks parce qu’ils ne jouent pas aux JV continuellement et que l’imagerie dans lequel baigne le film vient plutôt de la nostalgie de l’auteur… Avant de nous dire que l’œuvre est sans doute un peu « biographique ».
Tu remets de l’ordre dans tes idées et ensuite tu reviens nous expliquer ce qu’il faut comprendre Bertrand ?!
C’est fou comment les premiers de la classe autoproclamés comme toi Bertrand sont invariablement toujours aussi pète couille.

>GUITOU
Peut être que ça joue, je ne sais pas… En tous cas je peux dire que t’as vraiment des gouts de chiottes à t’amuser devant un tel spectacle de branleur satisfait et laisser passer un petit chef d’œuvre comme Monsters, magnifiquement shooté, bien monté et si bien dialogué.
C’est toi le bouseux !

>DARK CANNED RACCOON
Désolé je comprend rien à ton commentaire, même si j’en salue la relative brièveté.

>HYPRAION
Passons sur ton premier paragraphe, mais ne vas pas croire que je n’apprécie pas que tu viennes ici m’insulter pour défendre l’honneur de ta confrérie de golios ;)
Donc Scott Pèlerin n’est pas un film geek mais un film ancré dans sa génération, et de quelle génération on parle ? Celle qui va voir Spiderman 2, qui joue à WOW ? Celle à qui on parle dans le film ? Celle qui va s’amuser qu’un perso tape une ligne de basse de Final Fantasy ?
Passons…
Mais revenons sur un truc étrange, la fin de ton commentaire. Pour toi Scott Pilgrim n’est pas un film geek mais simplement un film ancré dans sa génération, parfaitement réalisé et fourré aux moments objectivement cultes.
Déjà tu laisses tomber « objectivement », parce que ce n’est que ton avis, et l’avis des geeks hargneux… « Parfaitement réalisé », oui, quand le téléphone fait dring, y’a marqué « dring » sur l’écran, je sais qu’avec des astuces pareilles Wright va mettre de son côté les phylactèrophiles et les neuneus de ton espèce mais c’est pas suffisant, je pense, pour que le terme « parfaitement » soit ici convoqué.
Pour finir, je ne peux m’empêcher de te reciter,
Et je saute une ligne pour appuyer mon effet :

« Scott Pilgrim est un film (blabla) parfaitement (bla) fourré »

Fuck Yeah !

junko a dit…

>MORYCE
Ecoute, l'essentiel est là ! ;)

>DARKMORE
Une p'tite bise ?

>ANONYME
Ben oué, mais j'ai pas aimé Watchmen, j'ai strictement rien à foutre de Spiderman et je me suis fait chier devant cette merde de Kick Ass, je ne joue pas aux JV, je ne fais pas de GN, j'ai rien à foutre des MMORPG, je déteste Tolkien et je conchie cette merde de trilogie, j'ai du voir 3 épisodes de Star Trek à 12 ans et j'ai pas aimé Bob l'éponge...
Je suis un geek, mais un geek du côté obscur ?

Garance a dit…

C'est bien parce que vous êtes hargneux,atrabiliaire et hilarant que je vous pardonne de ne pas aimer Tolkien.
D'un autre côté, vous vous seriez sans doute torché le cul de mon pardon, alors...

Anonyme a dit…

OH OUI CE BLOG N'EST PAS MORT !!! Le père noël existe !

baal-ammon a dit…

Bon, je suis largement d'accord avec les remarques que tu fais sur la commercialisation du phénomène « geek », je doute qu'il y ait quoi que ce soit d'autre derrière ce label que j'ai toujours refusé d'utiliser, mais une de tes phrases m'a fait tiquer :

« L’univers geek de Scott se résume donc à celui de jeunes blancs becs banlieusards qui écoutent du rock californien, has been depuis 15 ans »

What. C'est quoi le problème d'être has-been ? (D'ailleurs, à la relecture, je m'aperçois qu'il y a en plus une ambiguïté par rapport à ce qui est censé être has-been).

Personnellement, je suis has-been depuis ma naissance, et je peux vous dire qu'être has-been a ceci de supérieur à être dans le coup que ça ne disparait pas avec le temps (histoire de paraphraser Gainsbourg).

Typhon

Knightben a dit…

Ba pourquoi tant de haine sur un film qui pour ma part ma plus esthétiquement...Je trouve de plus en plus des critiques négative sur tout et toute chose.

Je regarde beaucoup de film de genre différent toujours en essayant de m'adapter pour passer un bon moment (bon il y tout un tas de bouse qu'il m'est impossible de regarder), le tout c'est de ce faire plaisir? Non ?!...

Quand on vois des film comme "twillight" qui marche super bien , on peut s'inquiéter du niveau de ce qui adore ça ;
Mais de cette réflexion, somme nous pas nous même perdu dans ce sentiment d élitisme que tu déplore tant chez les "Geeks" !
De quel droit pouvons nous juger des autres, leur œuvres, la façon de s'exprimer, leur goût, la manière d'interpréter quelque chose, et l'innocence face à cette société manipulatrice.

La vie est bien assez dur, alors pourquoi doit on taper encore plus fort sur ce système et devenir à notre tour les bourreaux de la civilisation.
Tu as droit de pas aimer et de t'exprimer mais pourquoi tant de haine ?!

Une approche plus humoristique aurait était surement une bonne chose pour le moral en ces temps difficile !

Ne voit pas tous ça comme un jugement de ma part (ce qui contredirai mes dires) mais une remarque sur la façons dont je vois les choses.
Sur ce là ou je suis d'accord,c'est que Defendor est un film intelligent avec de l'émotion; il faut le voir !! N'empèche que kick ass je me suis quand même bien marrer dessus ^^ !

Allez bonne continuation ;)

PS/ désoler pour les éventuels fautes !

legob25 a dit…

oué ta tro réson ceu film é tro nul mdr

Anonyme a dit…

En parcourant ton blog, je me suis dit qu'il fallait absolument que je lance un site "les blogs de merde".

Smiley.

junko a dit…

>BAAL AMON
Rien de grave à être has been, dans ma phrase le terme rock caligornien has been allait de concert avec jeux videos oldschool.
Mais n'ayant aucune sympathie pour le rock californien, j'ai trouvé l'épithète "has been" plus pertinente que celle de "oldschool"...

>KNIGHTBEN
C'est ton avis, mais ici il n'y pas la place pour autant de tempérance ;)

>LEGOB25
On me sort des blagues du genre continuellement, soit c'est toi qui revient jours après jours, soient vous êtes nombreux à avoir un humour de crétins...

>ANONYME
Si tous les connards de ton espèce avaient un tant soit peu de suite dans les idées, ou juste un peu de dignité, il y aurait 1000 sites de la sorte.
Tu as du ricaner, content de ta trouvaille, c'est simplement dommage que c'est la première vanne à laquelle n'importe quel trou du cul qui passe par ici.

Au moins, les tétards, proposez moi la prochaine fois une sorte de combo entre la vanne éculée du "blog des blogs de merde" et celle tout aussi désastreuse du gars qui écrit en texto...
Je sais pas, faites moi rêver les bouseux.

Knightben a dit…

...pas de place pour la tempérance ... sa veut dire queje peut me lâcher ??!!^^

Bande de grosse merde allez vous faire foutre chez les Bonobos avec vos saloperie de tête et vos comportement irascible de fourbe. Vous êtes aussi péteux qu'un macaque prit de sévère flatulence. Allez chier sur une autre planête votre stupidité de pute scato péruvienne.
Baisser la tête,... regarder vos pied,et prenez conscience que même eux sont moins con que vous !!!!
Pffffffffff ça fait du bien :))
Je repasserai à l'occase pour une autre séance XD

Valentin Ottone a dit…

Bonsoir à toi,
Par où commencer... Le film ne t'a pas plu, certes, mais... étrangement, il doit y avoir quoi, 10 lignes, sur le film en lui même, 5 sur le COMIC (oui, l'auteur est un américain, donc... c'est un COMIC)
Ensuite, insulté le public visé n'aide en rien dans la critique... ce qui fait que le rendu de cette dernière est vraiment... vide et.. chiante a lire, a la rigueur je préfère même encore lire un article politique dans les inrock's, eux au moins, savent de quoi il parle...

Oui, la "culture geek" est d'actualité en 2010, et ce n'est pas parce que tu n'y adhère pas que tu dois cracher dessus...

L'adaptation du film est fidèle à l'oeuvre originale, Edgar Wright signe pour moi son meilleur film depuis Shaun... il y a des répliques qui sont cultes, les effets sont plutot sympathique, et la bande son a tombé (notons qu'elle est signé par Beck, Godrich, Frank Black, Metric, et j'en passe)

M'enfin, je suppose que tu ne tiendras pas compte de ce commentaire..
c'est triste...

je reste ouvert a toute réponse bien sur, mais evite le ton condescendant, ça m'énerve :)

junko a dit…

Salut
Pour la réponse, ça me fait une belle jambe que tu y sois ouvert ou non, ça sera le même tarif.
Et ensuite évite de me donner des conseils sur le ton à utiliser, ça m'énerve...

En tous cas tout ce que je peux dire à la lecture de tes "remarques", c'est que toi t'es pressé de te faire traiter...

La note entière est sur le film, compte les lignes si ça t'amuses mais tes mathématiques de l'à peu prêt ne sauveront pas de la fumisterie ton commentaire prétentieux de petit con qui se la ramène.

5 lignes sur le comic ?
Y'en pas une seule, mon ptit biquet tu confondrais pas avec le scénario quand même ?

Bon, là je te cite :
"(oui, l'auteur est un américain, donc... c'est un COMIC)"

Je passe sur ton art consommé dans le tirage de conclusion débiles pour te faire noter que non l'auteur n'est pas américain (contrairement à l'éditeur...)
T'as peut être pas remarqué que l'intrigue concerne des jeunes de Toronto ? Sais tu où c'est Toronto ? Allo mcFly y'a quelqu'un ?

Alors c'est gentil de venir donner ton avis mais à ce niveau, ça tient plus du spam intellectuel que du commentaire. J'ai eu une volée de coms laissés ici par un bot russe qui étaient plus pertinents que ce jus minable que mon interface reconnait inexplicablement comme "commentaire"...


Bref, continuons :
"Ensuite, insulté le public visé n'aide en rien dans la critique... "ce qui fait que le rendu de cette dernière est vraiment... vide et.. chiante a lire, a la rigueur je préfère même encore lire un article politique dans les inrock's, eux au moins, savent de quoi il parle..."

("ils parlent", au pluriel, s'il te plait, mon cerveau a déjà pris la fuite mais là c'est mes yeux qui saignent)
Merci, "en politique les inrocks savent au moins de quoi ils parlent".
Celle là rentre par la grande porte dans mon bêtisier de l'année.


"Oui, la "culture geek" est d'actualité en 2010, et ce n'est pas parce que tu n'y adhère pas que tu dois cracher dessus..."

Ah ah ah, pauvre con. Alors trois coms au dessus je me fais traiter de geeks par un petit malin qui a remarqué que j'aime bien les zombies et mad max... Aujourd'hui c'est toi qui vient me dire "la culture geek est à la mode"...
T'as lu ma chronique ou pas ?
Mon clavier peine à transcrire les onomatopées que je taperai bien sur ton cul et ta gueule de petit connard avec mes paras.


"L'adaptation du film est fidèle à l'oeuvre originale, Edgar Wright signe pour moi son meilleur film depuis Shaun... il y a des répliques qui sont cultes, les effets sont plutot sympathique, et la bande son a tombé (notons qu'elle est signé par Beck, Godrich, Frank Black, Metric, et j'en passe)"

Oh ! Eh ! Tu te crois où là ? Dans le courrier des lecteurs des Inrocks ou quoi ? Ton avis je m'en tamponne... même si ton point de vue sur la zik est amusant, la bande son a tombé... quoi ? la bande son à tombé son pantalon ? a tombé par terre ? (ah ah ah)
Tu parles comme une merde, tu racontes de la merde, à mon avis toi t'es une merde alors t'étonnes pas de te faire traiter comme de la merde !

et donc :

"je reste ouvert a toute réponse bien sur, mais evite le ton condescendant, ça m'énerve :)"

Valentin Ottone, je t'emmerde.

Farfa a dit…

Bien bien cette note. Ça m'a aidé à mettre le doigt sur des trucs qui me gênaient dans plusieurs films vus récemment (Zombie land, pour l'exemple).
C'est flippant, quelque part, tous ces commentaires ici où on lit le mot "culte" (entre autres)... putains de générations perdues.

Je viens souvent faire un tour ici, je m'exprime rarement, mais là, t'as osé un joli décalage que je ne me rappelle avoir lu précédemment dans tes articles. Pas dur d'oser, mais fallait y penser ...

Anonyme a dit…

"Allo mcFly y'a quelqu'un ?"

T'es vraiment un gros... GEEK !

Jacques le Majeur (dans ton cul) a dit…

Tu as adoré "Les Fils de l'homme", toi, non...?

junko a dit…

>Anonyme
allons bon, me voila démasqué !

>Jacques le majeur dans mon cul
qu'est ce que ça peut te foutre et qu'est ce qui est donc passé par ta tête pour motiver de laisser un commentaire de cet acabit ? C'était pour montrer à tout le monde que tu étais capable de te trouver un pseudo aussi spirituel ?
Junko, mon tibia entre tes oreilles.

Jacques le Majeur (dans ton cul) a dit…

Loin de moi cette idée, mon petit. Tu es bien ombrageux. Il s'agissait simplement de... te sonder ! Je suppose que ce commentaire donnera encore lieu à tout un chapelet d'invectives, insultes et autres noms d'oiseaux... Tu prends ta mission au sérieux, hein ? Brave bête.

junko a dit…

Ouuuh le petit coquin, il veut juste sonder, mais en profite pour être désagréable...
T'as encore des leçons de trollage à prendre...

Zakobar {copyright} a dit…

Jacques le majeur,je tiens à te faire part de certaines choses qui te définiront à merveille:

Ignorance et arrogance ne riment pas seulement, ils vont souvent de pair.

Quant à ceux qui font profession d'une orgueilleuse ignorance, ils voudraient que tout le genre humain fût enseveli dans l'oubli où ils seront eux-mêmes.

La psychanalyse est un remède contre l'ignorance. Elle est sans effet sur la connerie.

La jalousie part toujours d'une
profonde ignorance.

Comme ton ignorance est plus grande
que ton savoir, ne parle et n'écris pas beaucoup !

Synonymes: abrutissement
analphabétisme ânerie aveuglement
bêtise candeur idiotisme imbécillité impéritie impuissance incapacité incompétence inconscience inculture inexpérience ingénuité innocence
insuffisance lacune maladresse
méconnaissance naïveté nullité
obscurantisme simplicité sottise.

Bien à toi, Jacques le majeur(dans TON cul)

Knightben a dit…

Que l'ambiance est bonne enfant ! ^^
Chacun y va de sa petite crotte pour garnir ce blog et petite mouche que nous sommes,réjouissons nous de sont agréable fumé !

Sur ce, passez tous de bonnes fêtes les mouches à merde. ;)

Zakobar {copyright} a dit…

Parenthèse: Peu importe que ces interventions soient qualifiées par un individu lambda de "petites crottes" ou de jugements bien... sentis. Le fait de s'éloigner du sujet central peut être bénéfique à la progression de la discussion et bien plus encore. J'en veux pour exemple Jack "the middle finger"(in your ass),qui en sait un peu plus sur lui-même,ce qui serait susceptible de le mener à tenir un propos mieux ciblé et constructif,ici,ou ailleurs. Mais le thème principal reste le même.Fin de parenthèse.

knightben a dit…

ba ce n'est rien qu'un peu d'humour !
ET lambda toi même, je suis important moi ! ^^
Sinon pour en revenir au film, ça reste quand même une bonne détente, et j'espère revoir ce genre d'esthétique plus exploiter la prochaine fois !

Zakobar {copyright} a dit…

1-Et bien j'avais en effet compris que ce n'était qu'un peu d'humour.A aucun moment je n'en ai doutais.
2-J'avoue que face à telle réplique,je cite:"ET lambda toi-même,je suis important moi ! ^^" J'avoue ne pas avoir la répartie nécessaire pour vous contrer ô_O Un délai de réflexion conséquent me serait utile afin de pouvoir en tirer l'inspiration nécessaire à ma rétorque. :)
3-Je suis d'accord, revenons-en au film,Junko risque de ne pas apprécier que l'on use de son blog pour autre chose que pour ce à quoi il est destiné. Bien à vous

knightben a dit…

T'as vu comment c'était puissant ma réplique.faut dire j'ai mis un moment pour la sortir ! XD

Bon pour pas être totalement hors sujet :
La référence au fiLm Eternal sunshine of spotless mind est au moins la démonstration d'un certain bon gout, NON ?
Les dialogues qui ce suivent avec fluidité entre chaque plan...

Je trouve que l'on peut soit détester un film soit l'aimer selon comment on le perçoit.
Après ce que j'en dit ...

Zakobar {copyright} a dit…

Oui, j'ai aimé Eternal Sunshine of the Spotless Mind pour plusieurs raisons.Gondry traite ses sujets d'une manière qui me parle,tant artistiques que techniques.Il me donne l'impression de rendre cet "artisanat", ses bricolages et ses trouvailles totalement indissociables du film,ils le servent réellement.
Je te cite:"on peut soit détester un film soit l'aimer selon comment on le perçoit" Et bien je suis assez en phase avec ton point de vue,mais force est de reconnaitre que certaines oeuvres ne méritent pas les louanges et le succès reçues,car quand leurs faiseurs annoncent à l'avance leurs objectifs artistiques,techniques et encore plein de trucs en "ique" et qu'on se retrouve comme des branles b.... à se taper un navet qui traite de tout sauf de ce que le cinéaste avait utilisé comme arguments pour nous le vendre, j'ai vite fais d'oublier ses promesses et de m'en remettre à mon esprit critique.Si l'on estime un film comme étant une grosse daube infâme,on ne doit pas s'en tenir à dire que le film ne nous a pas plu; je préfère être plus catégorique et sincère en affirmant que c'est en effet une grosse daube infâme.Je ne parle même pas d'adaptation,ça frise parfois la peine de mort.C'est en cela que je trouve l'objectif de ce genre de blog sensé et juste.J'ai souvent eu affaire à de joyeux lurons provocateurs qui se plaisaient à me balancer leur suicidaire:"ouais-d'façon-toi-si-on-t'écoute-t'es-meilleur-que-lui-ben-vas-y-t'aurais-fais-quoi-à-sa-place?" Ceux-là oublient une chose: le cinéma nous passionne certes,mais personnellement je n'ai jamais nourri l'ambition de faire des films.Nous sommes donc SPECTATEURS critiques,pas cinéaste; de ce fait je m'en tiens à ma fonction et m'en porte très bien. En clair c'est aux réals qu'il faudrait confier ce secret,trop souvent gardé,en lui chuchotant au creux de l'oreille de "changer de job"
Un film est une oeuvre d'art supposée nous représenter la vision de l'artiste. Je pense que si ce dernier n'a aucune vision,ou qu'il n'aura pas su la mettre en images,bigre ! Nous serons là pour l'enfoncer :)

Zakobar {copyright} a dit…

Oui, j'ai aimé Eternal Sunshine of the Spotless Mind pour plusieurs raisons.Gondry traite ses sujets d'une manière qui me parle,tant artistiques que techniques.Il me donne l'impression de rendre cet "artisanat", ses bricolages et ses trouvailles totalement indissociables du film,ils le servent réellement.
Je te cite:"on peut soit détester un film soit l'aimer selon comment on le perçoit" Et bien je suis assez en phase avec ton point de vue,mais force est de reconnaitre que certaines oeuvres ne méritent pas les louanges et le succès reçues,car quand leurs faiseurs annoncent à l'avance leurs objectifs artistiques,techniques et encore plein de trucs en "ique" et qu'on se retrouve comme des branles b.... à se taper un navet qui traite de tout sauf de ce que le cinéaste avait utilisé comme arguments pour nous le vendre, j'ai vite fais d'oublier ses promesses et de m'en remettre à mon esprit critique.Si l'on estime un film comme étant une grosse daube infâme,on ne doit pas s'en tenir à dire que le film ne nous a pas plu; je préfère être plus catégorique et sincère en affirmant que c'est en effet une grosse daube infâme.Je ne parle même pas d'adaptation,ça frise parfois la peine de mort...

Zakobar {copyright} a dit…

C'est en cela que je trouve l'objectif de ce genre de blog sensé et juste.J'ai souvent eu affaire à de joyeux lurons provocateurs qui se plaisaient à me balancer leur suicidaire:"ouais-d'façon-toi-si-on-t'écoute-t'es-meilleur-que-lui-ben-vas-y-t'aurais-fais-quoi-à-sa-place?" Ceux-là oublient une chose: le cinéma nous passionne certes,mais personnellement je n'ai jamais nourri l'ambition de faire des films.Nous sommes donc SPECTATEURS critiques,pas cinéaste; de ce fait je m'en tiens à ma fonction et m'en porte très bien. En clair c'est aux réals qu'il faudrait confier ce secret,trop souvent gardé,en lui chuchotant au creux de l'oreille de "changer de job"
Un film est une oeuvre d'art supposée nous représenter la vision de l'artiste. Je pense que si ce dernier n'a aucune vision,ou qu'il n'aura pas su la mettre en images,bigre ! Nous serons là pour l'enfoncer :)

Zakobar {copyright} a dit…

Putain,désolé Junko j'ai lamentablement merdé sur ce coup. A supprimer.

knightben a dit…

Zakobar je suis bien d'accord avec toi !

Certain film sont exécrable et pourtant apprécier par beaucoup il faut donc remettre les choses en place!
Moi je part du principe qu'une œuvre est respectable tant que l'artiste le fait avec son cœur et c'est tripe et non que pour le fric ! (bon faut pas exagérai non plus)^^
Après au jour d'aujourd'hui avec toutes les conneries que la société nous sert, on n'as le devoir de faire les fines bouches, avant d'être définitivement envahie de la bêtise humaine !
Et oui Gondry c'est de la balle ! Il arrive même à donner au pub l'élégance même, grâce a une inspiration sans pareil.

Bonne Fêtes à toi ;)

Gringoteq a dit…

Junko, le retour!
Je n'ai vu que très peu des films que tu cites dans ton blog mais j'adore la façon dont tu les décris et les démontes. Je me fiche complètement de savoir si tes analyses sont pertinentes (c'était le cas pour les films que j'ai vu), c'est le ton que tu emploies que je trouve marrant. Et puis, je trouve que c'est encore plus drôle quand tes critiques blessent ceux qui ont adorés le film concerné.
Bref, j'espère que tu continueras à alimenter ce blog!

Zakobar {copyright} a dit…

Tu as vu juste Knightben, si le réalisateur s'investit entièrement dans son film, cela se ressentira au visionnage et rendra le film bien plus intéressant... même s'il est tout à fait possible qu'il ne m'accroche pas, ou peu, je saurai reconnaitre l'investissement du bonhomme. Par contre, je ne supporte plus le fait que les plus gros salaires soient reversés aux médiocres(non non je ne parle pas foot là hein)car c'est ce qui les pousse à cette médiocrité, sans compter les moyens mis en oeuvre à leurs réalisations (Avatar, Potter, Twilight! Que Dieu pardonne à ces impurs). Cameron m'avait agréablement surpris avec son Terminator (the first) et m'a profondément ennuyé avec le reste. Il a même réussi à détruire ce que Ridley Scott était parvenu à insuffler à son Alien, quel gâchis. Alors, que l'on paie les bosseurs, soit, mais que l'on engraisse honteusement les chieurs... Et comme tu l'as écris, le spectateur se plait à suivre ces mouvements d'ampleur, faisant preuve d'une totale absence de jugement. Cela lui permet de se réjouir du fait de faire partie d'une majorité, si critiquable soit-elle, juste parce-que cela lui procure le plaisir de l'effet de foule: il EST enfin! car non, ces pauvres gens n'existent pas PAR le film et le message qu'il est sensé véhiculer en s'enrichissant de ce dernier; ils n'existent que par ce qui gravite autour, l'éphémère, le superficiel, tout ce qui pue la merde quoi. Donc l'industrie exploite le filon tout en bâclant le reste, l'essence même du cinéma, et c'est lui qui en subit les conséquences. L'effet papillon en quelque sorte. Non, pas le film pitié!! Allez, soyons heureux, Coca Cola... euh... je veux dire, Noël n'est pas fini. Et bonnes fêtes à toi!

Anonyme a dit…

Ton commentaire sur le film est vraiment ridicule. En outre, ton article est littéralement bourré de ces fautes que tu es le premier à critiquer chez les autres (le correcteur orthographique, tu connais ?). Je ne m'attarde même pas sur ton manque évident de culture cinématographique : forcément, à force de passer son temps à voir des merdes et à couler dessus de langoureux étrons... On finit par répandre tant de merde qu'on se vautre dedans.
Du coup, je n'ai même pas envie de parler du film, tiens.
Sale, nul, 2 (trop culturelle, cette référence, mais c'est de ton niveau).
Au fait, je signe pas, je reste anonyme juste pour faire chier.

Anonyme a dit…

Ouuuuuhhh pas content pas content pas content pas content pas content

junko a dit…

Mon cher anonyme,
Je serais fort marri que tu me montres ce qu'un correcteur orthographique pourrait trouver à redire à mon texte, mis à part quelques familiarités...
Ensuite, reprocher aux autres ce que je peux moi même faire est un hobby délicieux dans lequel s'épanche ma mauvaise foi.

"Du coup, je n'ai même pas envie de parler du film, tiens."

Et bien ça tombe bien, parce que ton avis sur le film, j'en ai vraiment rien à foutre. Et si un jour l'envie t'en prend, va plutôt saouler tes potes...

"Sale, nul, 2 (trop culturelle, cette référence, mais c'est de ton niveau)."

c'est peut être "de mon niveau", mais c'est toi qui en parle, j'ai dû chercher pour voir de quoi tu parlais. Merci, vraiment merci de nous faire partager ça. C'est un peu la cerise de ton commentaire.

"Au fait, je signe pas, je reste anonyme juste pour faire chier."

Ah ah oué, c'est ça, fait moi "chier" en postant des commentaires ridicules non signés. Je te rappelle juste que ce que tu viens de poster est une raison d'exister de ce blog, merci d'y ajouter ta contribution, et merci de me permettre, "anonyme", de t'envoyer te faire foutre.

Anonyme a dit…

Allez, au pif...

Dois-je évoquer en premier le "b" minuscule de Britannique, l'absence de tiret dans "blanc-bec", le "à tous prix" qui devrait être "à tout prix" ou toutes les autres, égrenées dans ta lamentable prose ?

Visiblement, tu as autant de merde dans les yeux que dans la tête.

Je n'évoquerai pas les familiarités, qui pourraient effectivement être des effets de style si tu en avais un. Note : pense à faire des phrases claires et concises... La taille, il n'y a qu'un domaine dans lequel ça compte un tant soit peu.

Bien à toi, ton Anonyme d'amour.

PS : pour "sale, nul, 2", cherche encore, je vois bien que ça t'occupe sainement. Pendant ce temps-là tu arrêteras de nous casser les gonades avec tes médiocrités. Aussi peu de sens étirées sur tant de phrases, c'est une magistrale démonstration de ton goût pour les tartines à la chiasse (je te dédie d'ailleurs celle-ci : ta diarrhée verbale semble contagieuse).

Anonyme a dit…

"Aussi peu de sens étirées sur tant de phrases"

Espesse d'enculé, sai "étiré"...

Un autre Anonyme qui n'ai pas le preumier sinnon il feurai pa de fôte.

Anonyme d'amour a glissé sur sa propre merde... a dit…

Nous voilà face à l'une des plus belles preuves de ton impuissance intellectuelle, n'est-ce pas "Anonyme d'amour" ? Il est terrible pour un ignare tel que toi de se retrouver comme un con, alors que quelques heures plus tôt tu tentais de te donner confiance, en vain, cherchant un moyen de te délester du poids de ta simplicité et ce, sur le dos de celui qui t'a démontré que tu avais au mieux aucun goût, au pire, des goûts de merde. Inutile de te creuser la tête à chercher trois pauvres phrases assassines(enfin...)pour te convaincre que tu es capable d'avoir le dessus, car tu n'as pas frappé à la bonne porte. Le dernier mot, seul le maître des lieux l'aura. Ici, tu n'existes pas, tu n'es rien... Mais pourrait-il en être autrement "Anonyme d'amour" ?

Anonyme a dit…

On avait dit pas les vêtements et pas le physique...

les critiques anonymes a dit…

bonjour,
Vos critiques menstruelles alimentent régulièrement nos réunions de critiques anonymes, comme vous l'avez surement déjà remarqué,nombre de nos membres participent aux commentaires de votre modeste blog et critiquent activement vos critiques de film ainsi que les critiques de la critique du film, et caetera.
Nous voudrions cependant vous présenter nos excuses les plus sincères pour les commentaires occasionnellement médiocres. Nos membres sombrent bien souvent dans la mauvaise foi, la condescendance ou encore la masturbation intellectuelle. Heureusement, nos réunions et nos discussions hebdomadaires ont pour but de guérir ces gens malades.
Sachez que notre club vous sera toujours ouvert si vous en ressentez le besoin.

Anonymement,
l'association des critiques anonymes.

les anonymes anonymes a dit…

bonsoir,

En ces temps de fete, Les Anonymes Anonymes propose des reunions et des soirée d'aide à tout les Anonymes souffrant de leur condition et de la solitude particuliere qui accompagne cette maladie.
Les Anonymes Anonymes sont une association d'hommes et de femmes qui partagent entre eux leur expérience, leur force et leur espoir dans le but de résoudre leur problème commun et d'aider d'autres Anonymes à se rétablir. Le désir d'arrêter l'anonymat est la seule condition pour devenir membre des Anonymes Anonymes. Les Anonymes Anonymes ne demandent ni cotisation ni droit d'entrée; nous nous finançons par nos propres contributions. Les Anonymes Anonymes ne sont associés à aucune secte, confession religieuse ou politique, à aucun organisme ou établissement; ils ne désirent s'engager dans aucune controverse; ils n'endossent et ne contestent aucune cause. Notre but premier est de devenir connus et d'aider d'autres Anonymes à le devenir.

Zakobar {copyright} a dit…

"Nous voudrions cependant vous présenter nos excuses les plus sincères pour les commentaires occasionnellement médiocres." Vous avez raté l'occasion de faire l'économie du votre apparemment.

junko a dit…

>Anonyme
D’abord merci de t’être penché avec autant d’attention sur mon texte. C’est toujours fascinant de voir l’intérêt que mon travail suscite chez ceux qui le vomissent, au-delà de la perversité évidente de la démarche.

J’ai beau être désolé que l’oubli d’un tiret ou d’une majuscule ait autant gâché ton plaisir à me lire, même si j’ai un peu de mal à ne pas ricaner avec mon amie la poutre et mon amie la paille de la désopilante remarque du commentaire suivant. Comme tu me disais plus haut : « bla bla bla ces fautes que tu es le premier à critiquer chez les autres bla bla bla »… Alors voila, je vais te faire plaisir : Lorsqu’on n’est pas capable d’accorder un participe passé, on ferme sa gueule de schtroumpf à lunettes et on laisse tranquille les honnêtes gens.

Mais sinon crois moi bien que si je te laisse crotter tes commentaires ce n’est absolument pas parce que j’aurai un quelconque intérêt dans tes remarques sur les quelques fautes que tu auras maniaquement relevées ici et là, pas plus que je ne m’intéresse à tes avis ou à ton outrecuidante velléité à me donner des conseils.
Non, la seule chose qui m’intéresse c’est que tu viennes, que tu reviennes et que tu reviennes encore me dire que t’as rien à foutre de mon blog de merde. Parce que mon couillon, c’est à ça que servent les commentaires ! C’est pour ça qu’ils sont ouverts et c’est pour ça qu’ils sont regroupés sous la mention décalée de « remarques pénibles laissées par des casses couilles". Ca amuse plein de gens de voir que des abrutis comme toi n’arrivent pas à comprendre des choses aussi simples. Probablement fasciné par le caca, le titre du blog ou le logo, en deux commentaires tu n’as réussi qu’à me dire « vomi, diarrhée, chiasse, merde », à faire un concours de bite sur l’orthographe et à me faire une remarque scabreuse sur l’importance de la taille de ta queue tout en oubliant systématiquement d’être drôle ou intéressant. T’es donc un client parfait pour mon blog, et ta crainte à me voir continuer à te casser les gonades ne fait qu’entériner ta propension à ne pouvoir t’empêcher de venir me lire, scellant ton sort : Ici c’est moi qui sers la soupe, et c’est toi le clochard.

Lisa Clark a dit…

Moi j'aime bien les battles, surtout depuis que je n'ai plus Tekken 3.

Chuck a dit…

Je rejoins tout à fait le commentaire Bertrand Todesco.
Surtout en ce qui concerne le fait que tu ne fais presque aucune critique constructive cinématographiquement parlant.
J'ai par ailleurs remarqué que tu n'avais rien rétorqué par rapport à ce point de sa critique.
Du coup tout ce qu'on peut dire en lisant ces articles, hormis qu'on rigole bien parfois même si on est pas d'accord, c'est "les goûts et les couleurs...".
Je pense qu'il faudrait à l'avenir être un peu plus objectif si tu veux être pris un peu plus au sérieux (bon avec le nom du site de toute façon c'est raté, mais bon!xD)

Anonyme a dit…

>Chuck
"Je pense qu'il faudrait à l'avenir être un peu plus objectif si tu veux être pris un peu plus au sérieux"
Aïe... je ne sais pas pourquoi, mais je crois qu'il ne va pas bien le prendre...

oursvertfluo a dit…

Je ne comprends pas comment ce site peut etre si mal classe par google, je passe souvent par zataz pour arriver ici. Si c'est pour en plus ne pas trouver de mise a jour...sniff. Pas de navets en ce moment? J'ai pourtant vu une bande annonce avec un train (instopable?) qui annoncait du lourd en termes de navet.

Moi a dit…

>oursvertfluo

"Je ne comprends pas comment ce site peut etre si mal classe par google"

Sûrement dans l'intention d'empêcher les gens d'avoir accès aux contenus non consensuels et complaisants. Donc cela passe par la semi-censure d'adresses plus où moins importantes. Car oui, même ce genre de blogs peut être sujet à une certaine censure. "Allez moutons, avancez sans poser de questions" O_O

Anonyme a dit…

telecarg cet film :

www.moviebootleg.net

Maître Capello a dit…

"telecarg cet film"

...Au quai, pas deux pro blême mecque.

Bouana a dit…

Et pof, dans l'cul la balayette...!

junko a dit…

>CHUCK
Je ne fais presqu'aucune critique constructive cinématographiquement parlant...
J'ai vraiment du mal à capter ce que tu me racontes. Tu m'as pris pour un maçon ou quoi ? Tu veux que je construise quoi sur un truc qui s'appelle "le blog des films de merde" ?!

"Je pense qu'il faudrait à l'avenir être un peu plus objectif si tu veux être pris un peu plus au sérieux"

Une critique plus constructive et plus objective ? Pour être pris plus au sérieux ?! A priori tu t'es trompé d'endroit et tu peux circuler...

>Oursvertfluo
"Je ne comprends pas comment ce site peut etre si mal classe par google"

Probablement un complot hourdi par les puissances maléfiques qui me veulent du mal.

pouet a dit…

@Junko, d'habitude, j'aime bien tes critiques, mais celle la, je la trouve bien merdique, mais je sais que tu te contrefous de ça et personnellement, je me contrefous également que tu t'en contrefoutes, donc passons à quelque chose de plus constructif.

Tout d'abord, pour info, le film colle très fortement à la BD, au point d'en copier coller pas mal de dialogues. Si tu trouves que le scénario est nul/bon, c'est la BD qui est à blamer/féliciter en premier lieu.

Ensuite, que tu le veuilles ou non, ton deuxième paragraphe est simplement une liste d'insultes envers ceux que tu appelles geeks, et qui soyons objectifs (même si ce n'est pas le but ici), n'a pas de rapport avec le film.

Revenons maintenant sur le terme geek. Un geek est un gars ayant une ou des passions, capable de s'y adonner souvent excessivement juste parce que ça lui plait, et qui en général se fout de ce que les autres pensent de lui. Et si ces passions sont souvent la fantasy, la sience-fiction, le jeux vidéo ou l'informatique, toute passion a ses geeks.

Celui qui s'extasie devant Spiderman et le Seigneur des Anneaux avec son iphone dans la poche n'est pas forcément un geek.
Celui qui a lu tout Tolkien ou tout Spiderman en est un. Celui qui va passer des heures sur des jeux vidéos en est un aussi. Au même titre que celui qui se lit cinq bouquins de litérature classique par mois ou que celui qui écrit des critiques de film à rallonge juste parce que ça lui plait.
On pourrait même aller jusqu'à dire que celui qui passe des heures à faire du sport juste parce qu'il en a envie est un geek.


Bref concernant ta critique, tu ne parles pas une seconde de la réalisation, c'est dommmage, il y aurait surement eu de quoi faire, c'est pas tous les jours qu'un film utilise des onomatopées.

Tu te plains ensuite du manque de second degré et des personnages caricaturaux, alors que la quasi totalité du film est à prendre au second degré et que les personnages voulus ainsi : la fille belle et branchée, le héros maladroit à moitié débile qui tombe tout de suite amoureux, la jeune hystérique, le coloc homosexuel commère, etc.
Le film entier a vocation à être débile et les onomatopées et les quelques références aux jeux vidéos (qui ne sont d'ailleurs pas uniquement compréhensibles par les joueurs hardcores) en rajoutent une couche.


Au final, que le film soit bon ou mauvais, ça reste à débattre, mais concernant la qualité de ta critique, c'est plus facile : merdique et complètement à coté de la plaque.


Va relire tes critiques de 300 ou Spiderman 3, ça c'était du bon, sympa à lire et pointant réellement, avec un excès amusant, les défauts des films. Ce que tu nous sors aujourd'hui, c'est juste des loghorées infectes qui donnent l'impression d'avoir été pondues en deux minutes et visant uniquement à insulter certains de tes lecteurs. Si c'est ton nouveau but, c'est bien dommage.


PS : l'auteur de la BD est américain. Toronto, bien qu'au Canada, reste en Amérique, et cette BD est belle et bien un comic.

Camion a dit…

>Pouet

He Pouet, on s'en fout de ton avis.

pouet a dit…

Hé Camion, pour information, ma première phrase n'est pas destinée qu'à Junko.

En clair, j'ai donné mon avis parce que j'en avais envie, si ça intéresse quelqu'un, tant mieux.
Que tu t'en foutes ou pas, et bien je m'en contrebat le flanc gauche avec des plumes de homard.

junko a dit…

Pouet.
« @Junko, d'habitude, j'aime bien tes critiques, mais celle la, je la trouve bien merdique, mais je sais que tu te contrefous de ça et personnellement, je me contrefous également que tu t'en contrefoutes, donc passons à quelque chose de plus constructif. »

Non non je ne me contrefous pas forcément de l’avis de mes lecteurs.

« Tout d'abord, pour info, le film colle très fortement à la BD, au point d'en copier coller pas mal de dialogues. Si tu trouves que le scénario est nul/bon, c'est la BD qui est à blamer/féliciter en premier lieu. »

Ben pas forcément… T’as vu et lu Watchmen ?! Le film a beau reprendre à l’identique des scènes entière de la BD, il change pourtant complètement le propos. …

« Ensuite, que tu le veuilles ou non, ton deuxième paragraphe est simplement une liste d'insultes envers ceux que tu appelles geeks, et qui soyons objectifs (même si ce n'est pas le but ici), n'a pas de rapport avec le film. »

Que je le veuille ou non ? Ben oué je le veux bien, c’est moi qui l’ait écrit ce second paragraphe, banane ! Et soyons objectif, tu n’es pas vraiment honnête si tu soutiens ne pas voir le rapport entre le geekisme ambiant et le film…
En tous cas j’ai dit dessus ce que j’avais à en dire, j’en ai rien à foutre des « geeks », c’est juste l’importance que certains se donnent qui m’amuse (ou m’agace). Ca n’a aucun intérêt et leurs guerres ou leurs indignations sont à la mesure de notre époque, grotesques.

Sinon ta définition est sympa, a défaut d’être pertinente, mais elle Ta définition est très sympa, à défaut d’être pertinente, mais elle enfonce des portes ouvertes à coup de fils à couper le beurre… A-t-on vraiment besoin de coller une étiquette sur quelqu’un qui s’est tapé 12 tomes de littérature fantasy merdique, qu’on est passionné par les blockbusters américains ou qu’on fait 3 heures de ping pong par jour !
Au fond, on s’en fout un peu de tout ça, ce qui est drôle c’est surtout la volonté de certains à vouloir faire partie d’un groupe servant généralement uniquement à reproduire sur un forum de jeu video le chauvinisme exacerbé mais universel qu’on retrouve dans les stades du monde entier. De « A mort l’arbitre » à « A mort Nolan », c’est toujours le même principe de paroisses, de chapelles, les unes contre les autres… Le tout emballé dans un gout esthétique très sûr qui fait que le summum des années 2000, c’est le Seigneur des Anneaux, qui fait que Del Toro est considéré comme un génie ou que Snyder a fait un remake admirable avec son armée des morts…

junko a dit…

« Bref concernant ta critique, tu ne parles pas une seconde de la réalisation, c'est dommmage, il y aurait surement eu de quoi faire, c'est pas tous les jours qu'un film utilise des onomatopées. »

Oué, c’est pas tous les jours… enfin quand Batman passait à la télé c’était un peu tout les jours quand même…
Tout ce qu’il y a dans Scott Pilgrim j’ai l’impression de l’avoir déjà vu ailleurs, mais c’est pas forcément ce que je lui reproche… Tous les films de la création n’inventent pas tout tout le temps, bien sûr. Mais pour un film qui repose tellement sur l’originalité de son point de vue et de son traitement, au point de ne pas proposer grand-chose d’autre, j’ai trouvé ça un peu court. Les onomatopées, c’était déjà dans Batman y’a 50 ans, l’adaptation live de l’outrance graphique généralement associée aux possibilités de la BD ou du dessin animé, on l’a déjà vu dans Speedracer, par exemple, avec autrement plus de virtuosité, d’intelligence et de sens. Lorsque le gamin et le singe rentrent dans le manga et se battent en sautant sur leur canapé, le temps d’une scène, j’y vois plus de dynamisme et d’intérêt que dans les 2 heures très répétitives de Pilgrim. Encore dans Speedracer, l’image des chevaux sur la piste qui prennent vie grâce à la vitesse, c’est une idée visuelle ébouriffante, au sens complexe et qui nourrit l’intrigue et le media même du cinéma, alors qu’on parle juste là d’un élément de décor ! Après bon, ok, Scott Pilgrim a de temps en temps une bonne idée. La jauge de pisse, lol. Voila, c’est un film qui dans ses meilleurs moments permets un commentaire aussi argumenté et profond que « lol ». Ah oué, marrant, il pisse et la barre diminue ah ah, quelle bonne idée ! C’est comme si Pilgrim c’était un bonhomme de jeu video et que les contingences inhérentes à cette nature fantaisiste s’appliquait à des trucs un peu triviaux comme aller pisser tu vois, y’a une mise en abyme sur le symbolisme de ouf qui parle aux geeks. C’est un peu Jung et Campbell qui sont dans les chiottes avec Pilgrim, commentant chacun de leur côté cette barre de pisse. Quelle radicalisme, quelle ébouriffante recherche visuelle… Un peu comme cette idée qu’on ne voit pas tous les jours, comme tu dis, des onomatopées !!! Vous rendez vous compte, le téléphone sonne et y’a marqué « dring », c’est fascinant ! Tu vois là c’est l’intervention de l’art séquentiel dans une autre dimension, c’est deux philosophies qui se télescopent en interrogeant notre nature même de spectateur… De la merde quoi.

junko a dit…

« Tu te plains ensuite du manque de second degré et des personnages caricaturaux, alors que la quasi totalité du film est à prendre au second degré et que les personnages voulus ainsi : la fille belle et branchée, le héros maladroit à moitié débile qui tombe tout de suite amoureux, la jeune hystérique, le coloc homosexuel commère, etc.
Le film entier a vocation à être débile et les onomatopées et les quelques références aux jeux vidéos (qui ne sont d'ailleurs pas uniquement compréhensibles par les joueurs hardcores) en rajoutent une couche. »

Oué, ben j’ai trouvé ça nul. Les clichés c’est marrant si t’as quelque chose à en dire, si en les articulant d’une certaine manière tu fais naitre du sens. Là, contrairement à ce que tu dis, ça reste très très premier degré. Le côté référencé, coup de coude dans les côtes des fans, j’appelle pas ça du second degré. Si le film avait vocation à être débile, il perd son pari en étant juste très con.

« Au final, que le film soit bon ou mauvais, ça reste à débattre, mais concernant la qualité de ta critique, c'est plus facile : merdique et piderman 3, ça c'était du bon, sympa à lire et pointant réellement, avec un excès amusant, les défauts des films. Ce que tu nous sors aujourd'hui, c'est juste des loghorées infectes qui donnent l'impression d'avoir été pondues en deux minutes et visant uniquement à insulter certains de tes lecteurs. Si c'est ton nouveau but, c'est bien dommage. »

Merci mais va relire les commentaires de 300, tu verras le nombre de têtards qui me prêtent absolument les mêmes intentions que toi aujourd’hui…

« PS : l'auteur de la BD est américain. Toronto, bien qu'au Canada, reste en Amérique, et cette BD est belle et bien un comic. »

Comic comic, c’est un comic !

Camion a dit…

"Hé Camion, pour information, ma première phrase n'est pas destinée qu'à Junko."

Tu es si bête que ça ? Pouet pouet ? Ohé, j'te cause, comment as-tu pu marcher dedans sans même réfléchir ? Tu es bien le premier à foncer droit dans le mur en fermant les yeux. Relis toi, et constates. Je vais retenter le coup, pour voir.

On s'en fout de ton avis... Alors ?

pouet a dit…

@Junko : non je n'ai pas lu Watchmen, mais dans le cas de Scott Pilgrim, le propos reste inchangé.

Le « que tu le veuilles ou non » c'est surtout en référence à un de tes commentaires plus haut où tu dis que la note entière est sur le film, ce qui n'est pas vraiment le cas.

Oui le film baigne dans un univers geek, mais pas à un point aussi extrême. Oui un gars qui a jamais touché un jeu vidéo va se faire chier, mais y a pas besoin d'être un hardcore gamer, ni un gros geek pour comprendre la barre de pisse (qui vient d'ailleurs de la BD aussi) ou les points qui s'affichent.

Pour ce qui est de l'importance que certains se donnent, on est d'accord.

Pour ma définition du geek, c'est pas la mienne, c'est la définition originale, et celle à laquelle je pense lorsque je l'emploie. C'est peut-être pas le sens auquel chacun pense, mais ça, je m'en fous.

On est d'accord aussi pour ce qui concerne le chauvinisme exacerbé, c'est drole, mais ceux qui en font preuve ne sont pas tous des geeks.


La seconde partie de ton commentaire ressemble bien plus à ce que j'aurais attendu, ça c'est sympa à lire.


Pour la suite, ben moi je trouve que c'est quand même du second degré pas trop mal (après j'ai lu la BD où les personnages sont plus développés, donc je suis surement un peu biaisé), après chacun se fait son idée.


Pour 300 et Spiderman 3, ben j'ai pas relu les commentaires, et je vais pas les relire, j'ai la flemme, mais j'avais trouvé tes critiques vraiment meilleures, plus axées sur le film, pas sur les spectateurs, et même si les réalisateurs s'en prenaient une bonne dose dans la tête, ça parlait majoritairement du film.
La ta critique de Scott Pilgrim, c'est un, on tape sur la pseudo culture geek et ceux qui apprécieront potentiellement le film, et deux, on tape un poil sur le scénario.


PS : je connaissais pas Speedracer, je vais y jeter un oeil.

PPS : tu compte nous faire Tron: Legacy ? Parce que y a dire dessus. Un bon film, mais qui a de quoi se faire taper dessus à coup sur.

Richard Stallman (Pas le vrai, mais bon, tant qu'à parler geek autant usurper l'identité d'un vrai) a dit…

"Allo mcFly y'a quelqu'un ?"

C'est geek, comme citation. Cette trilogie est certainement l'équivalent du St Esprit pour les geeks. Enfin, on s'en tape.

Mais les geeks contemporains ont autant à voir avec les geeks des années 80-90 que les hipsters actuels par rapport à ceux des années 40-50, ou les punks de MTV face aux punks à chiens.

Donc ce film n'est pas geek, tout comme le film sur facebooket kick ass ne sont pas geek. Il est peut être juste mauvais. J'en sais rien, je ne l'ai pas vus.

Emett Brown a dit…

Ok. Et le fait d'utiliser l'expression "casse toi pauv'con" dénote-t-il un "geekisme", assumé ou pas, envers la culture "sarkozyste"? Mais si voyons, vous savez, cette chose qui nous sert de président.

Macastril a dit…

Il y a quand même un problème avec ce blog et les commentaires qu'il suscite.

Les films comme Scott Pilgrim, 300, Watchmen… sont tous issus de la machinerie spectaculaire la plus puissante qui ait jamais existé, Hollywood. En exportant de tels films en France, Hollywood fait preuve d’une puissance d’invasion culturelle inégalée dans toute l’Histoire. Quand on reçoit des blockbusters dans la tronche, si en plus ils sont nuls (ce qui n’est pas forcément toujours le cas), c’est une forme de violence. Une violence contre laquelle on est individuellement totalement impuissant.

Et on trouve des types pour victimiser les auteurs de ces films ? Pour dire d’eux qu’ils ont essayé et que c’est bien d’essayer, les pauvres petits artistes ? Pour reprocher à Junko une posture un peu dure, un peu extrémiste ? Qu’on revienne aux réalités, c’est un peu les nains qui défendent le colosse !

Ce blog est une contre-violence salutaire.

dangerous.sly a dit…

">ANONYME
Ben oué, mais j'ai pas aimé Watchmen, j'ai strictement rien à foutre de Spiderman et je me suis fait chier devant cette merde de Kick Ass, je ne joue pas aux JV, je ne fais pas de GN, j'ai rien à foutre des MMORPG, je déteste Tolkien et je conchie cette merde de trilogie, j'ai du voir 3 épisodes de Star Trek à 12 ans et j'ai pas aimé Bob l'éponge...
Je suis un geek, mais un geek du côté obscur ?"

Ben, t'aime quoi alors ???
Est-ce qu'il y a un "blog des film que j'aime" ?? Car c'est bien de ca dont il est question, ton blog, ca ne devrait pas s'appeler "blog des films de merde", mais "blog des films que je conchie", plutôt, non ?

Au début, j'aimais bien ton blog, et puis au fur et a mesure, ca s'est dégradé, la limite entre ce que tu considère comme étant soit des bon film ou des films de merde s'est faite de plus en plus mince, (pour moi), en débordant de l'autre coté de plus en plus souvent. Est-ce ton passage vers un media (en étant payé) qui a fait ca ? En tout cas, c'est un peu concomitant dans le temps...

Moi j'ai bien kiffé scott pilgrim, et je joue pas au JV, mmorpg, etc etc (bon, OK, 80's baby quand même !); mais bon, c'était mieux avant!!! ;)

Reviens sur des vraies merde, SVP !!!

a+

D.S

junko a dit…

"Ben, t'aime quoi alors ???
Est-ce qu'il y a un "blog des film que j'aime" ??"

Pourquoi tout le monde me pose cette question ? Est ce que si j'avais fait le blog des films trop biens, on me demanderait continuellement "oui mais t'aimes pas quoi alors ?"


"Car c'est bien de ca dont il est question, ton blog, ca ne devrait pas s'appeler "blog des films de merde", mais "blog des films que je conchie", plutôt, non ?"

Non.
Enfin si tu veux, mais je "conchie" ces films parce que c'est de la merde. CQFD


"Au début, j'aimais bien ton blog, et puis au fur et a mesure, ca s'est dégradé, la limite entre ce que tu considère comme étant soit des bon film ou des films de merde s'est faite de plus en plus mince, (pour moi), en débordant de l'autre coté de plus en plus souvent. Est-ce ton passage vers un media (en étant payé) qui a fait ca ? En tout cas, c'est un peu concomitant dans le temps..."

Aucun rapport, et, de plus, je n'ai pas été payé, le journal ayant sombré avant :D
Je suis désolé que tu ne t'y retrouves plus dans ce blog. Je te promets de ne rien changer, et t'invites donc, à regret, à aller voir la concurrence.


"Reviens sur des vraies merde, SVP !!!"

Les vraies merdes, ce sont les films que toi t'as pas aimé ?
En fait tu aimes plus mon blog parce qu'il parle des films que t'aimes bien ?

dingdeshi a dit…

souvent vous faire paraître plus mince.Robes de mariée A-ligne sont aussi flatteuses sur les femmes petite. Robes de mariée Comme nous l'avons indiqué précédemment, cette stylelengthens le corps. Gaines semblentraccourcir un petit Robe de mariée corps encore plus, tant de femmes doivent éviter de petite robes de mariée de style gaine. Aussi évitez de Robes de mariage

Muboo a dit…

Star Wars était déjà un film conçu pour la masse.
On sent tout de suite le geek frustré de voir sa "sous-culture" s'ouvrir au monde extérieur alors que lui ne le fait pas.

Scott Pilgrim est un bon film, car une bonne adaptation de la bande dessinée.

dangerous.sly a dit…

"Reviens sur des vraies merde, SVP !!!"

Junko : "Les vraies merdes, ce sont les films que toi t'as pas aimé ?
En fait tu aimes plus mon blog parce qu'il parle des films que t'aimes bien ?"

Moi: Oui, c'est vrai, touché, ca me renvoie a mon propre commentaire !!!
Et j'aime moins ton blog car comme je l'ai dit, la limite se fait plus mince et plus débordante a mon gout.

A+
DS

Fry a dit…

"En tous cas je peux dire que t’as vraiment des gouts de chiottes à t’amuser devant un tel spectacle de branleur satisfait et laisser passer un petit chef d’œuvre comme Monsters, magnifiquement shooté, bien monté et si bien dialogué.
C’est toi le bouseux !"

"Non non je ne me contrefous pas forcément de l’avis de mes lecteurs."

"Enfin si tu veux, mais je "conchie" ces films parce que c'est de la merde."

"Les vraies merdes, ce sont les films que toi t'as pas aimé ?
En fait tu aimes plus mon blog parce qu'il parle des films que t'aimes bien ?"

Il y a un problème.
Pour que je sois apaisé, je dois savoir, est-ce que ce blog est à voir comme une vaste blague ? Ou en tout cas est-ce qu'il faut le prendre (au moins) au second degré ?
C'est une question sérieuse, j'ai le désir d'être rassuré et de trouver la paix.

junko a dit…

t'as vraiment besoin d'une réponse ? A partir du moment où tu poses la question c'est que tu dois bien avoir une petite idée :)

cyn a dit…

j'avoue qu'avant même d'avoir lu l'article, juste via le titre de ce dernier, je voulais déjà coller un commentaire du genre "enfin une personne qui a tout compris", à chier sur ce film à la con. Ce film que je me suis tapé malgré moi une bonne dizaine de fois, car j'ai fait l'erreur de le télécharger et de le faire voir à ma nenette, qui elle, on saura jamais pourquoi, a aimé au point donc de le mater une dizaine de fois (elle avait pas du comprendre la première fois, ni la seconde... etc). Alors oui, ma femme a des goûts de chiotte, mais moi aussi héhé! On en a tous! Tout est une affaire de goût, et les goûts c'est comme ça, parfois on comprend pas pourquoi les autres ont pas les mêmes que nous :p Cela dit très bon article, argumenté, écrit avec brio enfin j'arrête la vaseline là.

cyn a dit…

t'as gagné un abonné rss ! (je connaissais pas ton blog)

Anonyme a dit…

Moi j'ai aimé !

Anonyme a dit…

On frôlerait presque le pougnage intellectuel par ici :)

Jon-Bartolomeo di Guorno a dit…

Bien d'accord avec out ça, en particulier la remise à sa place de cette connerie de "culture" geek.
J'ai même pas regardé le film jusqu'à la fin, trop chiant.

harold up a dit…

j'suis pas d'accord c'est un bon film, et le comics (et pas "manga")est une des meilleurs bd jamais écrite de tous les temps, pour en savoir plus:: http:: http://www.gameblog.fr/blogs/scott-pilgrim/

Ta Mère a dit…

A chier, super déçue. t'as résumé ma pensée, je ne la rééitererai donc pas.