dimanche 6 mai 2007

TEXAS CHAINSAW MASSACRE THE BEGINING


Annoncer ça comme une prequelle au remake du film de Hooper qui avait déjà eu 3 suites, c'est déjà un peu tordu, mais lorsqu'on voit le film on se rend compte que cette prequelle est en fait un remake déguisé... Et là c’est carrément pervers ! Une tronçonneuse, une maison, des jeunes, y’a matière à trouver des histoires, mais en fait non… On refait le même film ad nauseam ! L'intérêt s'émousse donc fortement après les 20 premières minutes d'exposition, et lorsque l'histoire se répète et qu'on a la même que dans le remake sorti récemment... on se dit que les remakes de remake ça commence à devenir un peu reulou !
Alors Si l'image est plutôt chiadée, le montage un peu trop cocaïné sabote pas mal de plans intéressants qui auraient pu rajouter un peu de fond à l'ambiance visuelle (je pense notamment au plan sur le soleil qui se lève, métaphore de l'arrivée de celui qu'on appellera par la suite Leatherface : plan trop vite expédié).
Donc le film est censé nous expliquer comment les personnages en sont arrivés là où ils en sont dans le remake, intérêt tout relatif ceci dit, surtout lorsque finalement ça se réduit à une accumulation d'anecdote un peu artificielles (les dents pétées du sheriff, les jambes coupées du tonton...) C'est un peu con parce que seules les 20 premières minutes auraient méritées d'être étirées sur un film en entier. Tant pi, on regarde donc poliment ce survival sans aucun suspens (on sait que personne ne survivra à l'avance) patientant donc gentiment devant une resucée de resucée de resucée avec pour unique intérêt : comment et quand vont ils se faire buter, ces 4 jeunes pénibles... Le scénario balourdement répétitif fait qu’il est difficile de s'intéresser à ce qui se passe même si intrinsèquement, le film de Liebesman est au final presque meilleur finalement que le remake de Nispel ! Le choix de centrer l'histoire autour du personnage du "père", le shérif, pourrait être chouette mais trop de scènes d'action inutiles dissipent l’intérêt qu’on pourrait avoir pour les personnages…
Après une exposition racontant les racines de la famille entre 39 et 69, le film continue donc avec l'histoire de ces 4 jeunes qui ont des démêlés avec des motards... Franchement ridicule, la méchante motarde ferait passer les figurants de Mad Max pour des personnages aux profondeurs shakespeariennes ! D'ailleurs Mad Max est cité/plagié pour tout cette séquence : De l'arrivée des motards (Mad Max 1) à l'accident (Mad Max 2) et jusqu'au fusil canon scié de la motarde... c’est la compile ! Les jeunes évidemment semblent sortir du plateau d’American Pie 4, mais sûrement pas du Texas de la fin des sixties (jeans taille basse...)
Le reste comme je l'ai déjà dit, c'est du 1000 fois déjà vu, pas trop mal fait, mais bon... calibré quoi. Sans âme, ni boyaux. Le final qui reprend la voix off de l'intro de l'original et qui nous sort que la famille Hewitt a buté 33 personnes entre 69 et 73 achève le film dans sa démarche mercantile faussement révérencieuse...Continuer d’appeler ça "Texas Chainsaw" c'est vraiment l'arnaque ! Quand on se rappelle de l'original, de la poisse, de la folie furieuse et de la beauté poétique qui s'en dégage... Reformaté par les studios, il ne reste donc qu'un gars une tronçonneuse et des jeunes, c'est à dire pas grand chose !
Un bon film d'horreur pour ceux qui kiffent les comédies romantiques quoi... et un film fadasse pour le reste des gens. Sa meilleure qualité : il s’oublit très très vite… moins d’une semaine après on pourrait jurer ne jamais l’avoir vu !

3 commentaires:

Tikituu a dit…

Il est plutôt bien fait, le film....

Korok a dit…

Pas vraiment d'accord, j'ai trouvé ce film ainsi que le remake sorti peu de temps avant assez plaisants à regarder... L'ambiance est quand même bien plus proche du premier film que les opus 2 à 4.

junko a dit…

Et bien je ne suis pas du tout d'accord, et même si c'est assez rare, je suis un grand fan de l'esprit du second, un peu raté, mais bien plus intéressant que ces remakes archi rabâchés.