lundi 14 mai 2007

300


Bon, voilà une chronique un peu plus longue que d’habitude, mais c’est normal, elle porte sur LE film de merde de l’année : 300 du tâcheron Snyder, adaptation du gros con Miller. Avec des cadors pareils, on était presque sûr d’avoir de la bonne, de la gluante, de la bien refoulante, bref, en un mot comme en cent, de la bouse de compétition !
Si le trailer, qui a rencontré un succès incroyable sur internet pendant quelques mois, était efficace, il laissait poindre un parti pris radical : celui du tout numérique. Ce parti pris graphique semblait intéressant et regroupait tous les espoirs de millions d’amateurs de films qui bastonnent.
Hélas, trois fois hélas. Ce film touche les abysses de la nullité, et ce, à tous niveaux !
On a pu d’abord craindre que politiquement le film fut un peu ambigu, voir carrément réac… Miller étant connu pour tenir des positions d’une grande finesse, n’hésitant pas à nous faire part de ses brillantes analyses, comme par exemple lors de cette interview à la radio américaine NPR :

NPR: Hum, et quand vous dites que nous ne savons pas ce que voulons, quelle en est selon vous la raison?
FM: Bon, je pense qu'en partie c'est lié à la façon dont nous sommes instruits. On nous dit constamment que toutes les cultures sont égales, et que tout système de croyance est aussi valable qu'un autre. Et en général l'Amérique est connue pour ses défauts plutôt que pour ses qualités. Quand vous pensez à ce que les Américains ont accompli, en construisant ces villes incroyables, et à tout le bien qu'ils ont apporté au monde, c'est plutôt un crève-cœur de voir autant de haine contre l'Amérique, pas seulement à l'étranger, mais même chez nous.
NPR: Nombre de personnes vous diraient que c'est ce que l'Amérique a fait à l'étranger qui a provoqué ces doutes et même la haine de ses propres citoyens.
FM: Bien, OK, alors finalement parlons des ennemis. Pour une raison quelconque, personne ne semble parler de ce que nous combattons, ni de la barbarie du sixième siècle qu'ils représentent. Ces gens décapitent la tête des gens avec des scies. Ils asservissent les femmes, ils mutilent le sexe de leurs filles, ils ne se comportent selon aucune des normes culturelles auxquelles nous tenons. Je parle dans un micro qui n'aurait jamais pu être un produit de leur culture, et je vis dans une ville dont trois mille de mes voisins ont été tués par des voleurs d'avions qu'ils n'auraient jamais pu construire.


Et ce ne sont pas les déclarations de Snyder à Mad Movies (n°193) qui pourraient nous rassurer :

Zack Snyder : (...) Lorsque je travaille sur ces comics, j’estime qu’il n’est pas de mon ressort de commenter leurs orientations politiques. Beaucoup de réalisateurs pensent le crontraire, et considèrent qu’une partie de leur tâche consiste à donner un point de vue politique dans leur adaptation. Mais ce n’est pas mon cas (…) je dois restituer les intentions de leurs auteurs, c’est ma responsabilité (…) pour moi il était essentiel de respecter à la lettre l'esprit de la bande dessinée. Frank n'a absolument aucun problème pour donner ses opinions politiques. Que ça plaise ou non, il n'en a rien à foutre !
Mad Movies : Il travaille toujours sur Batman versus Ben Laden ?
Zack Snyder : Oui, il est super hardcore !


Les choses semblent claires, mais si il revendique ce coup ci une honnêteté dans le traitement du matériau de base, Snyder fidèle soutien de la NRA, oublie de nous expliquer pourquoi il a trahis Romero dans l’adaptation criminelle de Zombie, transformant l’un des plus grand brûlot contestataire des années 70 en daube fadasse… Comment transformer un vieux calendos qui refoule en portion de vache qui rit ! Snyder, l’homme qui a inventé la pierre philosophale qui transforme l’or en merde !
Dans cet état d’esprit plutôt soupçonneux, on découvre en Janvier dernier une preview dans Mad Movies dans lequel on peut trouver l’édifiante interview de Snyder. Cédric Délelée n’y va pas par quatre chemins : « on entend déjà la presse bobo s’élever contre le point de vue du métrage en le taxant de facho (Sparte) et d’homophobe (les Perses ne sont pas très virils et Leonidas ne se gêne pas pour le faire remarquer) mais qu’importe : oui, 300 est un film d’hommes. Pas des Dieux, juste des hommes. Qui luttèrent jusqu’à leur dernier souffle et répandirent leur sang sur la terre de leurs ancêtres pour sauver leur famille et la liberté de leur peuple, préférant mourir debout l’épée au poing plutôt que de vire une existence à genoux. » Passons sur le style, assez grotesque, pour noter que si on tique sur les aspects réac ou homophobe on se retrouve dans la catégorie « bobo », genre p’tites pédales ne comprenant rien aux vrais films d’action. Donc voilà, pas grave si c’est réac, faf et homophobe, c’est parce que c’est un film d’ « hommes », pas un film de femmelettes, pas un film de pédés, un vrai film qui parle à tes couilles et, pas de soucis, pas à ton cerveau. Laisse donc chouiner tes potes intellectuels, qu’ils aillent se branler plus loin ! C’était donc bien parti, mes couilles et moi, on était prêt à se manger ce monument de furie réactionnaire, ce monstre de violence dantesque et de barbarie patriote !
Ben en fait, après visionnage, je me suis rendu compte qu’il fallait pas en faire un gros flan de ce « truc »… Snyder est tellement mauvais que même si je craignais un film bien réac, le résultat est pas franchement grave, et même si il y a des allusions un peu puantes tout au long du film, ça n’est absolument pas gênant vu la bêtise crasse du film.
D’abord visuellement, le film est d’un kitsch absolu… Le film avance comme une succession de tableaux, moches la plupart du temps, parfois réussis, mais le plus souvent d’un pompier à mourir de rire ! La scène des Oracles renvoie directement à un remake d’une pub Carte Noire, volute de fumée et éclairage compris. Les scènes récurrentes (répétitives plutôt mais ne commençons pas à être méchant) dans les champs de blé m’ont fait penser à une excellente synthèse de ce que nous avaient offert les créatifs d’Ovomaltine et de Kelloggs…
L’essentiel du film étant composé de bastons, vendues comme homériques et inédites, on se dit au diable l’emballage, ruons nous donc sur le contenu ! Alors, ben ici aussi c’est la Bérézina ! Elles ont beau être parfois joliment chorégraphiées, elles restent souvent plates et peu efficaces, et c’est souvent dû à leur répétition et la systématisation d’un « bullet time » des plus incongru… Par cette hyper chorégraphie numérique, la violence reste totalement abstraite, on a affaire à de la danse, pas à de la baston, un ballet de silhouettes sans consistance. En prime on a un sang digital qui s’efface en suspension et qui n’a aucune texture, aucune existence, une hémoglobine au bon goût de pixels… De plus on assiste à une sorte de syndrome « Seigneur des Anneaux » : En plan large, on nous montre des milliers et des milliers de soldats mais en plan resserré ils ne sont plus qu’une quinzaine, clairsemés. Des 300 Spartiates, on en verra une douzaine… Ils massacrent à tour de bras, mais par terre, pas de trace de sang et très peu de cadavres… Le sol est aussi clean et plat que celui d’un gymnase, on n’arrive pas à imaginer autre chose que le studio dans lequel le film a été tourné. Ca fait penser à ces jeux FPS, où les cadavres disparaissent au fur et à mesure.
Le film a beau être « décollé » de la réalité, ce manque de crédibilité nuit totalement à la cohérence du film. Lorsqu’il cite, en pure perte, Excalibur, avec la scène de l’empalement, on ne peut s’empêcher de se souvenir que le parti pris « irréaliste » de Boorman faisait naître la poésie et le mystère, là c’est juste nul. Il a beau citer Conan (« quelques hommes contre de nombreux », la bravoure de l’Homme contre les Dieux) à aucun moment on ne se sent impliqué comme on peut l’être lorsque Conan et Subotai affrontent les troupes de Thulsa Doom… Snyder peut jouer la surenchère, il n’arrive pas à la cheville du mètre étalon de Milius, toujours invaincu depuis 25 ans.
Ici, la succession des faits d’arme intervient sans qu’on y comprenne grand chose… La mise en scène, les décors incohérents et l’écriture des scènes en roue libre rend tout ça très très confus pour finalement aboutir à un final d’un grotesque achevé. C’est le règne de la frime instantanée, comme par exemples ces plans faits pour figurer dans les bandes annonces ou les photos d’exploitation et qui ne sont là que pour appâter le gogo. Je pense par exemple à la scène des éléphants (deux plans) ou à celle du rhinocéros géant (un plan)… De l’esbroufe.
Alors même si je trouve que les scènes de fight sont globalement totalement loupées, le reste me ferait penser que Snyder aurait du se focaliser uniquement là dessus ! Les passages à Sparte sont peut être expédiés à une vitesse folle, Snyder trouve quand même le temps d’accumuler les clichés les plus ridicules… La scène de la Reine devant le conseil est digne des pires Nanars italiens des années 80. Les scènes dans les champs de blé sont à se pisser dessus tellement on a l’impression d’être pris pour des cons (mais si trop bonne idée ! La liberté symbolisée par le vent dans les champs de blé ah ah ah ! Bête à manger du foin, ça m’a fait penser au Cercle des Poètes Disparus uh uh uh)… Les scènes du Roi Perse pourraient renvoyer à celles d’Hérode dans la Passion Du Christ (déjà bien tartes) mais arrivent à peine à la hauteur de 2 heures moins le quart avant Jésus Christ et on se met à regretter que le rôle de Xerxès n’ait pas été confié à Michel Serault ! Xerxès, le seul truc qu’ils ont trouvé, c’est de lui donner la voix de Darth Vader pour faire style, un peu comme le souffle d’androïde des Immortels (ouuuuh c’est inquiétant tout ça… ouuuuuh qu’est ce qu’ils ont l’air méchants !)
La psychologie des personnages atteint un tel niveau que j'ai l'impression que les bad guys de Mad Max 2 ressemblent à des personnages de chez Kubrick !
En conclusion, ce film a un souffle épique d’asthmatique cancéreux, il a des punch lines en carton ondulé… Ca n’a aucun goût, c’est plat, c’est nul. Du cinéma de fast food qu’on n'a même pas à digérer vu que c’est déjà de la merde !

76 commentaires:

capillaires changeants a dit…

bin moi j'ai adoré, et là je ne parle que des effets visuels extraordinaires. Après que sont auteur soit un ... euh ... truc, je m'en fout

junko a dit…

"extraordinaires" ?
oui... extraordinairement laids !

Anonyme a dit…

J'ai pas pris le temps de lire toute ta critique car au bout de 500 à 800 mots c'était barbant de lire la suite.
Je suis d'accord que le film est loin d'être fidèle aux fait réels. C'était plus de la baston qu'un cours histoire mais malgré ça je l'ai vraiment apprécier.

1 Pour les scènes d'action
2 Pour l'atmosphère et le décor que dégageait le film
3 Et un peu pour l'histoire

Sinon vos critiques de films sont vraiment "casse-couille" quand il s'agit de les lire, trop long.

junko a dit…

ben désolé, je te force par à les lire...
t'as qu'à l'imprimer si tu veux tout savoir...
Par contre je peux te faire un résumé en quelques mots...
"300 est une daube sans nom, les scènes d'action sont à chier,l'atmosphère refoule sec et le décor est aussi beau qu'une succession de fond d'écran windows, par contre l'histoire a la décence d'être inexistante."
voila, un court résumé...

Miko a dit…

"Batman versus Ben Laden"

Pu-tain on aura tout vu ! C'est désopilant !

Lili a dit…

pour moi c'est pas une critique du film ... 80% de ce que tu dis porte sur son réalisateur et d'autres oeuvres de lui mais pas de 300... par contre le peu de critique que tu fais n'est pas très productive... enfin, ça c'est ma propre critique ^^

Anonyme a dit…

"critique productive" ahah, ça veut rien dire... C'est censé produire quoi une critique ?

junko a dit…

"pour moi c'est pas une critique du film ... 80% de ce que tu dis porte sur son réalisateur et d'autres oeuvres de lui mais pas de 300"

bon je suis déjà pas d'accord mais quand bien même ?! J'ai essayé d'expliquer le contexte dans lequel ce film évolue... Après pour le film en lui même, je te renvois au commentaire numéro 3 !

rum a dit…

je te conseille de lire la bd dont est tiré ce film,ça t' evitera de dire n' importe quoi...

junko a dit…

tu peux développer ?
parce que la BD je l'ai juste feuilleté, pas lue. Recelle t'elle les clés qui m'auraient permi de comprendre ce "film" à sa juste valeur ?

Anonyme a dit…

Tres bonne critique. ce film est en effet une bonne grosse merde avec a la clé une moral de merde dennonçant bien la mentalité de merde de ceux qui l'on pondu.sans parlé des acteurs de merdes(surement recruté dans une sale de muscu). je pense qu'il a sa place sur ce site et qu'il merite d'y rester.

Anonyme a dit…

tu est un véritable bouffon, n'ayant assuremment aucune culture cinématographique. de la merde.

junko a dit…

Oh oh ! Cette argumentation touche juste, ta conjugaison qui n'a pas assimilé les leçons du premier trimestre de CE1 me fait vaciller sur mes certitudes et tes insultes m'anéantissent. Je fais donc pénitence, désolé. Par contre si tu pouvais m'expliquer qu'est ce qui te permet d'apprecier 300, ça nous serait utile ! Parle nous donc de ta culture cinématographique, c'est quoi ? Quake 3 de Cassavetes ? Duke Nukem de Kubrick ? Pacman de Peckinpah ? Boulderdash de Malick ?

Levia a dit…

Là aussi je n’avais pas du tout saisi le rapport « Spartiates gentils américains trop forts mais en faible nombre » contre « Perses méchants arabes qui puent et qui déferlent !!! » ^^’
J’ai juste savouré le film que, contrairement à toi, j’ai trouvé sublime, graphiquement parlant.
Evidement, maintenant que je connais l’orientation politique, cela me laisse perplexe… Pourtant je l’ai adoré, quand même ^^’
Même si c’est vrai qu’il dit franco un truc un peu homophobe alors que dans la bd ils sont tous à poil, virilement à faire des pompes, hem…
Bref…
Je suis une fille, pourtant… Ai-je des couilles à qui ce film aurait parlé ? ^^’
Je ne suis pas d’accord sur le fait que tu mettes l’accent sur le fait que la baston soit chorégraphie, que le sang fasse faux en disant qu’il était pixélisé. Ce n’est pas parce que c’était en image de synthèse que c’était pour autant mal fait, ou que ça ait moins de valeur. Je préfère voir un film de bataille justement chorégraphié, magnifié, comme un tableau, comme un ballet qu’une vraie baston qui ferait vrai. Ce serait moche et gerbant…
Pour l’incohérence du film due au fait qu’il n’y ait pas de sangs, pas de cadavres, je ne l’avais pas du tout remarqué et puis il y avait à un moment l’éléphant qui glissait à cause des cadavres justement, et la barrière de cadavre aussi, ils étaient plutôt présent, j’ai eu l’impression…

Bref, je suis allé voir ce film en étant quasi sûr de passer un bon moment (même si j’avais eut de mauvais retours). Honnêtement, je pense que tu n’as pas tord, je fais très certainement partie d’une groupe de la population un peu kéké qui se satisfait d’esbroufes de poseurs en carton ondulé de fast food, mais je l’assumé !

Je reste quand même mitigé, pour le côté politique…

Mais avec mon copain on était tout les deux trop foulioule, limite j’ai cru qu’il devenait gay ^^ Et après, en festival BD, dès que quelqu'un criait : « Spartiates, quel est votre metier ?! » On se mettait tous à hurler « Ougaaaaaaaah !!! » comme des teubé, ça m’a fait penser à la période « Wazaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!! » mais en mieux ^^

junko a dit…

"J’ai juste savouré le film que, contrairement à toi, j’ai trouvé sublime, graphiquement parlant."

Pour moi c'est juste pas possible de trouver ce film "graphiquement sublime"... C'est irrationel ! Ou alors c'est que tu kiffes à mort l'esthetique de la pub Carte Noire, que tu sois une inconditionnelle de l'univers Ovomaltine ou que tu ne te sois jamais remise de la mise en scène de Double Dragon sur Amstrad !

"Je ne suis pas d’accord sur le fait que tu mettes l’accent sur le fait que la baston soit chorégraphie, que le sang fasse faux en disant qu’il était pixélisé. Ce n’est pas parce que c’était en image de synthèse que c’était pour autant mal fait, ou que ça ait moins de valeur."

Je dis que les chorégraphies sont nazes et qu'elles rendent les bastons totalement aseptisées...
De plus le faux sang qui disparait dans les airs ça renforce l'aspect fadasse du tout... Je critique pas les images de synthèses en tant que telles mais le résultat final

" (les cadavres) étaient plutôt présent, j’ai eu l’impression…"

revois le, tu verras comme le film est totalement aseptisé, vide, lisse... Avec des abdos peints à l'aérographe et des boucliers en plastique quand on était en droit d'attendre des boyaux, des tripes, du sperme et des flots de sang ! On aura eu à la place un bon chocolat chaud, un ptit café et un grany...


"je fais très certainement partie d’une groupe de la population un peu kéké qui se satisfait d’esbroufes de poseurs en carton ondulé de fast food, mais je l’assumé !"

mais y'a pas de soucis, c'est pas grave...

"Et après, en festival BD, dès que quelqu'un criait : « Spartiates, quel est votre metier ?! » On se mettait tous à hurler « Ougaaaaaaaah !!! » comme des teubé, ça m’a fait penser à la période « Wazaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!! » mais en mieux"

Ah si... en fait oué, c'est quand même un peu grave !



De toutes façons, aujourd'hui ce film est défendu par de nombreux irréductibles... J'aimerai voir leurs têtes et leurs avis quand on en reparlera dans quelques années quand le temps aura définitivement rendu kitschissime cet étron boursouflé. C'est déjà très con, le temps l'achevera et finira de leur rendre totalement ridicule...Ahou ! Ahou ! Ahou ! ah ah ah !
Ceci dit, c'est quand même la première fois que je voyais un acteur, Butler, jouer un rôle uniquement avec ses dents... Rien que pour ça tu me diras...

Anonyme a dit…

Junko est un petit comique qui pense avoir le monopole du goût en ce qui concerne le cinéma ^^. La première règle, petit bonhomme, quand on fait la critique d'un film c'est avant tout de rester objectif... Il te reste encore beaucoup à apprendre...

Anonyme a dit…

"La première règle, petit bonhomme, quand on fait la critique d'un film c'est avant tout de rester objectif"

La première regle, quand on commente un blog, mon petit chéri, c'est d'en comprendre le principe !

junko a dit…

Ah ah ah... Pauv'con, "la première règle quand on fait une critique c'est d'être objectif"... Ca sera la connerie de la semaine ! Tu peux nous dire dans quel manuel, et à quelle page tu as lu ce suprême commandemant pauvre tétard !?
"Objectif"... Pffff... ah ah ah !
"Il te reste encore beaucoup de choses à apprendre" : alors toi t'es un champion... C'est pas qu'un blog des films de merde, c'est aussi le festival des commentaires de couillon ! Merci pour ta participation ! Je vais donc m'épargner de t'expliquer le but de ce blog vu que tu m'as l'air sacrément mal comprenant ! Le petit bonhomme il t'emmerde, il est chez lui et il t'invite à aller regarder dans un dictionnaire la définition du mot "objectif", ensuite tu pourras aller te faire foutre !

Levia a dit…

Ben merci pour avoir répondu à mon message ^^

En général, je ne regarde pas un film une deuxième fois trop rapidement, ça me gaverait, mais j’y penserai la prochaine fois ! :p

Je ne défends pas non plus corps et âme ce film, il y a des moments que j’ai trouvé un peu lourd, comme quand la femme se fait violer puis quand elle embroche le traitre, etc… Ou le loup du début, que je ne trouvais pas très bien fait.
Et je ne suis pas une fan de la pub carte d’or car ça parle d’amour a donf et qu’il n’y a rien de glauque alors que dans la scène de la fille qui dance dans 300, elle est drogué et entouré de prêtre consanguin qui ont du la piner à mort (quant aux champs de blé, je ne m’en rappelle même pas ^^’).

La scène que j’ai trouvé la plus jolie, c’est quand les hommes glissent, se font pousser et tombe au ralenti de la falaise, la bd a beau être bien dessiné, le film la surpasse…

Quant au fait que les années rendent kitch quelque chose, je ne vois pas vraiment où est le mal. C’est même plutôt drôle. Prend Buffy contre les Vampires, c’était déjà kitch à l’époque mais maintenant ça l’est encore plus et en plus c’est trop mal fait et pourtant les gens adorent toujours, même ceux qui ont pas vu à l’époque aiment.

Et le générique de fin, tu ne te rappelles pas comment il était bien fait ? Avec la belle musique enflammé, etc ?

lou a dit…

salut junko, je me suis retrouvée à mater ce film entourée d'une bande de gars eructant "ouha c'est trop chanmé" je ne te raconte même pas le bon moment que j'ai passé! j'entends régulièrement "allez un film pas trop dur à comprendre/sympa/d'action... une fois de temps en temps ça détend," et bien non, moi ça ne me détend pas, ça m'énerve, j'ai l'impression de perdre mon temps, il y a déjà tellement de bons films à voir, de bons livres à lire... le vie est trop courte! bref 300 est une sombre merde et les gens vraiment graves! allez kenavo!

ouikik a dit…

eu mais en fait...t'aime quoi au juste??? ou alors tu n'aime pas les films qui marche dans les salles de ciné?? pasque visuellement 300 est enorme!

junko a dit…

j'aime les commentaires iditots et désespérant... tu reviendras dit ?

Anonyme a dit…

bah moi je vais te dire, au lieu de critiquer, fait nous un bon film.

D'ailleur je trouve tes critiques pas très constructives, malgrès la tonne de merde que tu écris.

junko a dit…

"D'ailleur je trouve tes critiques pas très constructives, malgrès la tonne de merde que tu écris."

pas très constructive... halala... toi aussi t'as tout compris uh uh ! Tu crois vraiment que je vais me faire chier à tailler des films de merde pour contruire quelque chose ? Dis moi mon gros malin ? Tu voudrais quoi ?

A moins que ces critiques ne servent à construire un édifice à la gloire des nigauds avec comme mortier des commentaires comme le tien !

veroni_k a dit…

Il faut admettre une bonne fois pour toute, que ce film n'est pas un chef d'oeuvre !

J'avoue que plusieurs fois j'ai bien pouffé de rire devant certaines scènes complètement ridicules.
-La scène de cul entre le héro et sa gonzesse. J'ai vraiment eu l'impression de voir deux personnes exerçant mécaniquement quelques positions du kama sutra ! Et la levrette: des barres de rire !
- La tete du prince perse. Sérieux, je n'ai pas compris pourquoi ils en ont fait un géant de 3 mètres 20 avec une voix de robot ! Trop bizarre.
- La scène de l'oracle. J'ai ressentit la même chose. C'était complètement débile, digne d'une pub carte d'or. Tu ne pouvais pas mieux la décrire !

Ce film a le seul but d'etre distrayant mais surement pas de figurer dans la lignée des chefs d'oeuvres cinématographiques de ce 21 eme siècle. Et franchement, trop de numérique tue le numérique.

Merci pour ce blog, je me marre comme jamais en lisant entièrement chacune de tes critiques. Que je ne toruve pas du tout chiantes par ailleurs. Et puis chacun a le droit de donner son avis !

bye !

G.rèm a dit…

Un vrai film ou ca se castagne bien, c'est Fight Club ^^

Pour 300 j'ai été tres decus, trop aseptiser a mon gout ;o)

Black Sharne a dit…

Ah oui, 300 était fade! La bande-annonce en vo m'avait bien motivée, mais en fin de compte ce ne fût pas la folie folle. (Bon en même temps, j'avais un gars derrière moi au téléphone, deux devant qui tapaient la discute et quatre racaillous sur ma gauche qui hurlaient dans tous le cinéma pour faire de bonne blagues, héhéha, donc je ne sais pas, ça a pu jouer.) En tout cas j'ai été déçue, je m'attendais à être saisie aux tripes, à être toute retrournée par d'énormes scènes d'actions, et au final je me suis retrouvée avec un sourcil tellement haut perché tout au long du film que j'ai failli chopper une crampe. Ah par contre, j'ai kiffé la scène Carte d'Or! Je l'ai trouvée sublimissime! (Mais un peu déplacée.) Donc au vu des commentaires ici, je me dis que j'ai des vieux goûts de chiottes. Bon certes, oui, avec le recul ça manquait de saveur, ça faisait cliché glacé, mais bon, ben quand même bon hé hein. Et je n'ai pas trouvé l'esthétique du film gerbante. En fait j'aimais bien le concept, la façon dont les images étaient travaillées. Bien que je n'y connaisse strictement rien. Alors c'était peut-être un peu insipide, mais pas déplaisant. Enfin tout ça pour dire que la platitude des dialogues et les clichés auxquels on a eu droit m'ont fait pffffeuter à plusieurs reprises, moi qui viens toujours au cinéma pleine d'indulgence et de circonspection(alors c'est pas le bon mot, mais c'est pour dire que je viens voir un film en me disant "bon, ne jugeons pas tout de suite, laissons venir.")et que j'ai pas vibré, et que beuh.

Mais quand même: "MADNESS! This is Sparta!" parce que j'ai bien aimé ce coup de pied.

Et puis voilà, quoi.

konrad a dit…

Faut pas abuser non plus, on peut pas dire que ce film soit graphiquement moche. A part le sang qui disparait en l'air tu n'as rien d'autre à critiquer. L'ambiance général et les effets graphiques sont très bien réussi et rappelle la BD ce qu'un film tourné normalement n'aurai jamais fait.

Après pour ce qui est du scénar, je suis OK c'est pas du tout évolué.

Enfin je trouve tes critiques trop dure, pourrait tu nous dire quels genre de film apprécie tu réellement? Si ce sont de grands classiques ou plutôt des films à caractère politique ou avec une morale...

pia a dit…

allez un casse couille de plus.
(pour un vieux commentaire...
1.être objectif n'est pas possible en critique artistique à moins de juste faire un résumé
2.pas eu l'impression que le blog ait pour but l'objectivité)

Enfin merci junko de te fatiguer à mettre des mots sur ce que je n'avais pas formulé.

pas d'histoire, graphisme cliché balourd, homophobie et sexisme latent, ne parlons pas de la transposition politique puante, sublimation de la violence qui évacue toute violence.

Est ce que quelqu'un dans ce monde a t-il ressenti quelque chose à part "tiens c'est joulie" pour certains?

bref rien

Dragases a dit…

Je n'ai découvert tes critiques que ce soir, Junko, et j'en ai patiemment lu plusieurs pages, car il me semble que pour bien saisir les axes d'appréciation d'un critique, quel qu'il soit, on ne peut pas se baser sur un seul article. J'ose espérer qu'on ne pourra pas me taxer de trop de partialité... plusieurs des films dont j'ai lu tes critiques sont des trucs que je n'ai pas vus, mais un peu de curiosité quand à l'opinion d'autrui ne gâche rien.
Je ne chercherai même pas à débattre des points que tu "développes" dans tes articles. Ce serait stérile, vur qu'à chaque fois que Bob dit "blanc" Jack peut dire "noir" et que chacun restera sur ses positions. C'est le principe même du débat télévisé, ça occupe les gogos pendant une heure trente sans rien résoudre (Aujourd'hui dans Ca se discute, "chéri je veux devenir danseuse de bar").
Par contre, il y a une constante que je ne peux que souligner dans toutes tes charmantes bluettes.
Tu es simplement haineux. Il faut beaucoup de haine pour abuser à ce point d'adjectifs injurieux et d'images scatos à deux balles le quintal juste pour donner son opinion sur un film. Oh, bien sûr, comme c'est *ton* blog, il serait assez idiot de prétendre t'en empêcher. Et inutile, aussi, car je soupçonne que plus on te contredira, plus tu insisteras dans cette veine. Comme un certain Shyamalan le faisait apparemment, selon ta propre brillante analyse de l'ensemble de son oeuvre.
Tu es visiblement un mordu de ciné, car bon nombre des références que tu sembles respecter sont, en effet, des valeurs sûres d'un cinéma qui savait encore se regarder dans la glace... mais tu t'en sers bien mal, et être un mordu ne fait pas de toi un bon juge en soi. Tu joues la carte du zorro armé d'un seau de purin et qui inonde d'immondices des films quelquefois inavouables, quelquefois non, mais toujours avec un enthousiasme rageur de petit frustré. Je choisis ce dernier terme à dessein car tu sembles vraiment furax de ne pas contrôler le septième art au delà de ton probable home-cinéma.
Qu'un film puisse être laborieux, minable, chiant, même, ou carrément ridicule: le gars a essayé. Il peut mériter le mépris pour son incompétence, mais certainement pas une attitude pareille. Si tu jouais dans un film (improbable, tu te ferais virer au bout de 5 mmn pour avoir gavé le réalisateur qui ne tournait pas "comme il faut") ce serait sans doute "Ayatollah Junko lance sa fatwah". Un qui doit être bien soulagé dans sa tombe, c'est ce pauvre Ed Wood, car question effets pourris et scénarios creux, il a su forger sa légende... et OUF! Il n'a pas eu le malheur de te connaître. Sauvé par la Faucheuse.
J'ai connu d'autres oiseaux de ton acabit: des oiseaux généralement funèbres, dont le seul talent (?) est généralement une verve inépuisable dans l'usage d'un verbe assassin. Tu parles de cinéma, mais ça aurait tout aussi bien pu être la littérature. Encore que. Lire, ça demande un sacré effort. Toute ton énergie se concentre sur le débinage sans pour autant apporter quoi que ce soit en terme d'analyse. Car franchement, désolé: tu passes les films au crible comme un étudiant de fac en première année qui aurait pris l'option "Histoire du Cinéma" pour se la péter et parce qu'il y a plus de filles qu'au cours de portugais troisième langue.
Penses-y la prochaine fois que tu iras siffler un demi-menthe ou toute autre improbable brouet estudiantin au Café de France qui perche près de ton CROUS local: des comme toi il y en a plein les cafètes de facs. Et aucun ne fait un trou dans la lune par son incroyable maîtrise des ficelles du Septième Art, même lorsqu'ils attirent l'attention de leurs condisciples en créant un pauvre blog. Sinon au passage: ne te moque pas trop des éventuelles fautes de français des commenteurs: j'en ai relevé d'atendrissantes dans beaucoup de tes critiques.
A ta santé!

junko a dit…

Mon cher Dragases...
D'abord, excuse moi mais tu peux te détendre, tu fais un commentaire sur un blog tu sais, alors mon grand s'il te plait, nous sers pas une dissertation! Donc pas la peine de te la péter « j’espère pas être trop partial » ou « j’ai peur que ce soit stérile »…
Pour le second paragraphe de ta brillante logorrhée, excuse moi, mais tu as tout à fait raison : il serait bien inutile d’essayer de m’empêcher de faire quoi que soit… Si mon ton te paraît "simplement haineux", ou si tu trouves que j’abuse d’images scatos, c'est normal, tu comprends ? Et si tu as du mal à entraver, je vais te rappeler le titre de mon blog, au cas où lancé dans ta prose tu l’aurais oublié : « LE BLOG DES FILMS DE MERDE »… Tu saisis ? Alors tu vois je te réexplique, comme aux autres mal comprenant précédents, tu serais sur le blog des films qui font plouf, je parlerai de film qui font plouf en mettant des palmes, tu serais sur le blog des recettes de gratin, je te parlerai fromage et patates, en tapant avec mes gants de cuisine, là, t’es sur le blog des films de merde, alors t’imagines bien que ce ton haineux, c’est un peu fait exprès… Tu saisis ? Ouh ouh McFly ? Et je te rassure, je ne suis pas « que » comme ça dans la vraie vie, j’aime plein de films et je n’insulte pas tout le monde tout le temps… Là t’es dans un espace précis où ça m’amuse de déverser ma bile sur des films qui m’ont énervé, déçu, écoeuré… Donc oui, tu serais très idiot de me demander d’en parler avec des fleurs dans la bouche… Je prend le temps de t'expliquer parce que tu m'as pas l'air bien vieux et je sais que les enfants d'aujourd'hui ayant grandis avec internet, ils n'ont pas beaucoup de recul sur le monde réél.
Ensuite… Ah ah… Alors moi je fais des chroniques de films de merde, mais toi t’es assez fort dans le commentaire de merde, parce que passé ton introduction poussivement universitaire avec ton petit air de pas y toucher genre je suis propre je mets pas les coudes sur la table et avec ton style de j’ai un ptit pull à col en V avec une chemise à carreau en dessous, là tu te lâches complet ! Je trouve que tu as un ton bien haineux en fin de parcours ! Donc, s’il te plait, t’inquiètes pas pour moi… Je te le répète, ne prends pas tout pour argent comptant, ne va pas croire que internet et la vraie vie c’est pareil, ne va pas imaginer que c’est parce que j’insulte Sam Raimi dans une chronique que j’insulte tout le monde tout le temps autour de moi… Tu devrais te rappeler que ceci n’est qu’un petit blog, tu sais mon grand ? Ni plus ni moins ! Tu fantasmes à mort sur ce que je pourrai être (et paye ton fantasme, quelle originalité, quel esprit brillant... si tu as une copine, j'espère qu'elle a un amant, sinon c'est que t'es maqué à une huitre), c’est chouette ! Ca me prouve que mon blog, même s'il est loin d’être aussi bien que j’aimerai qu’il soit (le temps me manque) est quand même rudement efficace pour faire sortir du bois des crétin dans ton genre ! Tu as connu des oiseaux de mon acabit ? Uh uh uh, pauvre merde, ton commentaire prétend à la magnanimité de celui qui sait mais ne fait que se vautrer dans la prétention et l’idiotie crasse.
Et puis arrête de me parler de fac à tout bout de champs s’il te plait, tu sembles bien connaître les cafets de facs, mais désolé j’ai plus l’âge de t’y croiser. Tu ferais d’ailleurs mieux d’y retourner pour t’entraîner à draguer des meufs, je pense que pour toi, tirer un bon coup serait plus profitable que de scotcher sur l’ordinateur, trouve toi une vie dans la réalité parce que virtuellement, t’as une sacrée verve de puceau.

Anonyme a dit…

Au fait, dragases, "attendrissantes", c'est pas comme "têtard", ça prend 2 "t"...

Vincenzo a dit…

J'ai vu 300, la semaine dernière en dvd, et c'est le film le plus mauvais que j'ai vu depuis bien longtemps.

Je m'attendais pas à un docu sur Leonidas, ou les spartes mais là quand même, ils ont fait fort, maintenant les spartes se battent pour la "démocratie", (j'ai failli m'etouffer quand j'ai entendu cette replique).
et les "Perses" sont des méchants gays sanguinaires (et terroristes fantiques musulmans kamikazes aussi, tant qu'on y est pourqoui se priver hein?...).

A propos de gay, pour un film anti-homo, je le trouve très gay friendly lol, (les spartes sont en string et ils ont le torse musclé/huilé tout le long du film, les perses ont des percings/tatoos pleins la gueule et ont aussi des strings etc..),

Sinon quand qq , me fais la remarque que c'est que du cinéma, il y a pas de politique la dedans etc... j'ai vraiment envie de mettre des beignes, et de dire MAIS PUTAIN OUVRE LES YEUX!!!

je passe sur les scenes de fight bidon façon matrix, deja vu 100 fois, mais apparement il y à toujours des adeptes, juste la scène du début ou il se tapent vraiment en formation spartiate qui est pas mal faite.

Bref non seulemnt ce film merite amplement d'être sur ce blog, mais il mérite d'être dans le top 10 voir top 5.

Vincenzo a dit…

Au fait très bon blog.

Hésite pas à parler des films pseudo cultes (comme 300 et tellement pleins d'autres bouses) et pas seulement les nannars sf/horreur, à part ça rien à dire.

Bonne continuation...

casse-couilles a dit…

Les Spartiates m'ont l'air au moins aussi homos que les Perses. Peut-être des homos refoulés?

Merci pour tes commentaires. Ce film est mauvais et véhicule un idéologie simpliste et dangereuse. En plus on se fait chier.

Anonyme a dit…

Je dirait simplement que votre avis sur le film est celui que j'ai sur votre soi-disant critique.

junko a dit…

Eh ben mon pauvre biquet, je te dirai simplement d'aller te faire foutre...

Dgilo a dit…

Interessant de voir à quel point 300 peut être à l'origine d'un quelconque désacord. C'est pourtant évident qu'il s'agit d'une gigantesque crotte cinématographique, se mélant à toutes ces bouses grand public. Peut être aurait il fallu que je sois moi aussi élevé dans toutes ces séries américaines dégoulinantes de conneries pour finir par aprécier ce genre de "film" qui enlève au 7ème art sa notion artistique.

Claire-kun a dit…

Hu Hu Hu
Je n'ai pas vu 300.
J'irais pas le voir.
L'idéologie "seuls contre tous sacrifions nous" ça me fait doucement rigoler.
T'a critique m'a donc fait rire (genre satisfaction personelle, bien de ne pas y aller).
Quand à l'auteur il est con, na.
Maintenant que c'est dit je trouve mesquin de s'attaquer au style décriture de ce brave Draguase (qui soit dit en passant devrait faire de la boxe thai pour se défouler au lieu faire chier son monde) sur son style d'écriture: je parle aussi comme un dictionaire, c'est une maladie hélas sans remède connu...
Merci encore de m'avoir fait rire!

Captain Z a dit…

Savez-vous que le "tacheron" Zack Snyder a été chargé de l'adaptation cinématographique d'un des chefs-d'oeuvre de la bande dessinée contemporaine : Watchmen ? On comprend pourquoi l'auteur (Alan Moore) désavoue systématiquement toutes les adaptations ciné de ses BD et refuse que son nom apparaisse au générique. La ligue des gentlemen extraordinaire, c'était déjà un nanard grandiose ; Mais si Snyder se charge de tout, bonjour la nausée...

Ma2t a dit…

Découverte de ton blog et de son principe génial, bravo pour cette critique! Dans cette époque post-modêêêêrne où tout se vaut -Kubrick et Kounen même combat-, où le consensus (quel joli mot) devient LA valeur sacrée et aseptise tout sur son passage comme une brise océane d'Air-Wick, ta prose équivaut à ouvrir la fenêtre après un week-end geeks autour d'une console de jeux… D'autant plus pour un film que j'ai pas vu mais beaucoup entendu, tes arguments me semblent carrément convainquants, et toutes les objections du genre " c trop long à lire" ou "c pas très constructif" ou "c crècrè méchant" sont à vider en tirant la chasse d'eau 1) parce que c'est marrant 2) parce que c'est pas vrai. Et là, il faut se rappeler la phrase d'un immense réalisateur que le monde entier nous envie, Luc Besson: "un film est un objet gentil qui ne vous veut aucun mal". Tout à fait, Luc, et que la Force soit avec toi… C'est pas du tout un produit qui rapporte des millions de brouzoufs à des connards imbus qui se prennent pour des créateurs tout en allant dans le sens du poil pour duper leur public. Bref, à jouer sur les deux tableaux, on s'expose aux critiques, bonnes ou mauvaises, forcément injustes et engagées quelle qu'en soit l'issue et c'est la règle du jeu.
Et pis quelle poilade de défoncer de la sorte!!
Garde le cap…

Cédric Délelée a dit…

Junko = bobo.
Retourne boire ton café-crème au Flore et torche-toi avec ton Libérama !
Et regardez ma chronique de Postman (il y a tout ce que j'aime dans ce film !) dans le MM200 des 100 meilleurs films de la décennie : un film patriotique, romantique, glorifiant l'héroïsme, valeurs jugées réactionnaires par la bobourgeoisie. "Costner croit en l'homme". Un "poème à ciel ouvert, osant convoquer une armée de cavaliers dans une charge finale ébouriffante avant de les statufier devant deux hommes qui s'affrontent à mains nues, comme le faisaient les héros de la Grèce antique". Beau comme du Brasillach ! On change pas une chronique qui marche ! Des jeux, du muscle, du sang et du pain, nom d'une teub non circoncise, comme dirait l'ami Mel. John Ford, reviens, ils sont devenus folles !

junko a dit…

halala... Cedric, dommage que tu ne sois qu'un fake...

Anonyme a dit…

Moi j'ai vraiment bien aimé ce film.
Par contre je suis assez étonné que tu n'aies toujours pas fait de fiche sur Beowulf.

Si 300 est si nul pour toi je me demande ce que sera Beowulf.

Anonyme a dit…

et sinon, tu aimes quoi dans la vie??ça doit être sympa d'aller au cinéma avec toi! je parie que tu télécharge en plus, tu n'es même pas foutu de payer ta place pour critiquer..c'est vrai que la résolution d'un petit pc donne la même impression qu'un écran géant! t'est un peut étroit d'esprit je trouve...mais après je me doute que tu vas me sortir un argument décapant pour me remballer...

Anonyme a dit…

Junko,
Non seulement tu es vulgaire dans tes pseudo analyses qui ne valent pas un sou
mais tes reponses aux commentaires négatifs envers ton blog et ton style sont franchements pauvres,aggressives et situées sous la ceinture ( le "si tu as une copine, j'espère qu'elle a un amant, sinon c'est que t'es maqué à une huitre" répondu à un commentaire est....consternant , affligeant...)
Tu me diras , la violence engendre la violence..
Oui peut etre , mais pour le coup c'est toi qui l'incite..
(En passant , je m'attends bien entendu a une réponse assassine avec des "mon grand" à toutes les sauces et a des remarques sur ma virilité ou je ne sais quoi.
Ne t'inquiete , on sait a quoi s'attendre avec toi)
Bien à toi..

junko a dit…

Anonyme du 6 Février :
Toujours pas vu ce Beowulf, mais j’aime beaucoup la musique ! J’en ai entendu du bien, du mal… On verra quand le DVD sortira !

Anonyme du 4 Février :
Non, je n’aime rien. Et ce n’est pas drôle d’aller au cinéma avec moi. En plus je télécharge car effectivement je ne suis pas foutu de payer pour critiquer.
Par contre autant de clairvoyance m’intéresse, tu m’envois un mail, j’aurai besoin de savoir comment mon rendez vous chez ma référente RMI va se passer, quand est ce que je vais être payé et savoir ce que j’ai comme message sur mon téléphone que j’ai perdu à Marseille. Merci d’avance…

Anonyme du 9 Avril.
Tu trouves mes analyses vulgaires ? C’est parce que je dis des gros mots ? Je te promets de songer à soigner mon langage à l’avenir !
Tu trouves que mes analyses ne valent pas un sou ? Ben Anonyme au dessus de toi t’a fournit un élément de réponse : « je ne suis même pas foutu de payer ma place pour critiquer », je pense qu’il doit y avoir une relation de cause à effet…
Pour le reste, je te remercie pour tes conseils, j’en prend bonne note mon grand, mais avec la bite que j’ai je crois pas que j’ai de temps à perdre à subir la profonde inutilité de ton commentaire de petit être aigri et pleurnichard !
Bien à toi et au plaisir de te lire

cassecouilles n 48 a dit…

faut pas oublier les centaines de corps saillants et luisant de sueur qui frétillent sous des luerus malsaines...mmm...apétissant et c'est d'ailleur le seul interet que j'ai vu dans ce film. a la fois consternant et illarant, ou alors ilarant parceque consternant... enfin on peut se rincer l'oeil au moins.

Anonyme a dit…

Peux-tu me dire d'où sortent les citations? Parce que pour moi Frank Miller = gros con c'est déjà une surprise mais ce qu'il dit c'est carrément gerbant.
A par cela, keep up the good job: qu'est-ce que je me marre en te lisant! Tiens, en parlant de daube infâme à la violence tellement gratuite qu'elle en est idiote, as-tu vu 'Hostel 2' (avec Tarantino plus ou moins à la production... il n'y a pas de mystère!)
Vraiment il y a certains films qui ne devraient pas passer les frontières... je préfère encore Toxic Avenger. Na! (que j'avais vu au grand Rex il y a 23 ans à l'occasion de la première fête du cinéma)

junko a dit…

merci Anonyme...
Toxic Avenger sur grand écran c'est la surclasse ! J'ai eu la chance de le voir au festival du film extrème à Toulouse il y a quelques années, le panard total !

sinon voila deux liens vers des infos sur ce que tu me demandes :

la retranscription en anglais
http://www.theatlasphere.com/metablog/612.php

un truc en français, j'ai trouvé ça vite fait en faisant une recherche speed, je garantis pas ce que c'est, je suis pas allé voir plus loin...
http://www.bladi.net/forum/96745-frank-miller-raciste-300-a/

Anonyme a dit…

Merci pour cette prompte réponse! Un homme qui aime Toxic Avenger ne peut pas être tout à fait mauvais!
A part cela, Frank Miller voit vraiment la vie à la façon des comics américains. Après tout, un super héros ne serait rien sans ennemis...
Pourvu qu'ils ne massacrent pas The Watchmen comme ils l'ont fait de 300, Hellboy et les X-men! Par contre 'V for Vendetta' était pas mal à mon sens: tu confirmes ou tu m'enfonces?

junko a dit…

Ben... J'ai pas du tout aimé Vendetta ! Je me souviens plus très bien mais j'avais pas trouvé le cadre (images d'émeutes tout ça) très réaliste et le climax m'avait un peu saoulé. Le film se drapait d'un discours contestataire mais restait très très classique, un blockbuster manufacturé gout anar'...

Toxic Avenger a dit…

Faut aimer la bd aussi. Mais cela reste un blockbuster incontestablement. Sans doute le moins pire de la liste... j'attends avec impatience que tu nous dégommes Iron Man!

junko a dit…

J'ai pas lu la BD mais je me doute qu'elle soit d'un autre niveau.
Après oui c'est un blockbuster, donc c'est bien lissé... donc au final pas très exaltant

Pour IRON MAN, je suis allé le voir le weekend dernier, et bon... pfff, j'ai pas aimé mais j'ai pas vraiment envie d'en dire du mal, j'me suis absolument pas senti concerné, pour moi c'est un film assez con, calibré pour les 8/12 ans...

stiff a dit…

Avant tout, compliments sur le blog !

On est d'accord, ce film est une merde nauséabonde. mais moi je le classe plus dans la catégorie "merde lolante" que "merde affligeante". Je veux dire, Xerxès quoi ! L'empereur perse le plus glam de tout le temps, qui respire le sex appeal avec ses piercings fetish et sa voix de Barry White ! Et puis les blagues sur les athéniens qui s'enculent alors qu'à Spartes on es des vrais mecs, on se fritte en slip de cuir ! Et toute cette esthétique mochement pixellisée du corps bodybuildé parfait où on dirait que les mecs sont en train de contracter leurs abdos en permanence ! C'est juste un immense fantasme refoulé ce film, et je trouve que c'est assez pour me faire oublier tout ce que t'as dit et qui me feraient gerber mon quatre heure. Je suis trop occupé à ricaner comme un con devant l'hypocrisie naïve du truc pour ça.

Anonyme a dit…

il ne faut pas parler des fachos ca leur fait de la pub....et je suis sure que ca aurait ete le film de chevet d un type avec une ptite moustache et une grande meche...

Anonyme a dit…

c'est original graphiquement mais j'ai pas vu tout le film car j'avais grave envie de dormir. Pourquoi je saurait pas dire mais ça m'arrive jamais ce genre de situation.

Anonyme a dit…

c'est vrai qu'il est pas très très fin :

"Mostly I hear people say, ‘Why did we attack Iraq?’ for instance. Well, we’re taking on an idea. Nobody questions why after Pearl Harbor we attacked Nazi Germany. It was because we were taking on a form of global fascism, we’re doing the same thing now.

NPR: Well, they did declare war on us, but…

FM: Well, so did Iraq."

http://www.theatlasphere.com/metablog/612.php

trad. limitée :

"Personne ne remet en cause notre attaque de l'allemagne nazie après pearl harbor. C'était parce que nous étions entrain d'affronter une forme de fascisme global. Nous faisons la même chose maintenant.

question: Bon, ils (les allemands) nous ont déclaré la guerre, mais...

réponse : eh bien l'irak aussi."


ah, nous apprenons donc que selon lui l'irak a déclaré la guerre aux USA.. alors que meme bush a déclaré publiquement que saddam n'avait rien à voir avec 911.
Mais ce gars fait peut etre référence aux "armes de destructions massives" qu'on cherche encore.

Bref ce cher petit ne réalise pas que le fasicme global d'aujourd'hui c'est les USA et les autres nations qui les dirigent (la city de london et israel notamment).

sinon pour la critique, l'autre gars a raison tu es un petit haineux frustré... mais bon c'est pas un problème non plus. Si tu aimes chier sur le travail des autres... c'est une maladie bien répandue. Tant que tu t'en prends à des figures publiques qui se foutent de tes attaques, pas de prob... justement tu as choisi un chauvin amerloque qui rigolerait bien fort de savoir qu'il suscite la haine d'un petit critique amateur français.

Enfin pour en revenir à son idéologie, et au but évidemment politique de son projet de film sur sparta, en effet c'est bien lourd et bien nul (mais il a fallu que je lise l'interview pour m'en rendre compte).

et finalement, j'apprécie "le 5ème élément" et surtout la libération que besson a accomplie en envoyant chier la critique française et en s'exilant aux USA.

il y a vraiment un gros nuage de merde en france, et c'est de la merde émotionnelle et mentale qui sert à controler les gens, une haine diffuse qui sert de mode d'expression conformiste à une horde de... frustrés il faut bien le dire.

pire, castré... car c'est lié au fait que l'expression et l'action sont inhibées en france.

bref... vivez votre vie mes agneaux et faites attention à ce qui sort de votre bouche...

Ferme ta gueule a dit…

Pfff..vous etes super chiants vous, les gauchos...Chiants, a distribuer les bon spoints et les blames au petit monde du cinoche.
Ca vous viendrait pas a l'idee que des aueurs, des realisateurs puissent exprimer leur POINT DE VUE?( images du monde.. euh non..)

Putain pendant les eighties les bien -pensants a la mormoil nous les brisaient en couinant a mort : Eastwood/ Dirty Harry...Faccchoooooo!
Milius...Fachoooooooo
Boorman... Hitlaaaaiiiiiirrrreuh!
Peckinpah fachhoooooooo

etc..etc...Ils nous les ont brisees pendant des annees avec leur pretiention, leurs bonnes notes et leur mepris...tout ca pour se branler la nouille 20 ans plus tard en criant aux genies cultes incompris a leur epoque putain on est des bons cheri, trop bons qu'on est on adore ces mecs maintenant c'est cool!

VA TE FAIRE ENCULER!

junko a dit…

merci tétard pour ta brillante analyse...
Encore une fois, je ne suis pas contre l'invective, mais de grâce évitez de m'insulter en agitant les bras dans le vent, c'est nul.

Donc pour te répondre rapidement, Milius s'est lui même déclaré "fasciste zen", un film comme "l'aube rouge" est pour moi mauvais, mais pas uniquement parce que c'est un film super réac, il l'est parce qu'il est complètement raté.
Conan a beau être un film bien réac aussi, c'est pourtant une référence.

Là, ça ne me dérange absolument pas que les auteurs expriment leur point de vue, sauf que dans 300 le point de vue et sa mise en image est d'une nullité totale.
Alors pas la peine de citer Peckinpah ou Eastwood pour essayer d'etayer ton propos, si j'étais un gauchiste pavlovien je les vomirais, sauf qu'ils faisaient/font de bons films.
300 n'a pas besoin de la politique pour être nul, relis ce que j'ai écris, c'est au début...
Si ça te plait pas ok, mais j'ai dit suffisament de trucs pour que tu puisses me reprocher quelque chose que j'ai dit, mais bon, comme tous les pauvres réacs de merde de ton espèce, tu sembles avoir des problèmes de compréhension...

Farfa a dit…

Salut.
Ca faisait plusieurs fois que je voyais des références à ce que tu pensais de 300 dans certains autres articles. J'étais pas super d'accord, du coup, j'ai lu ça. Envie de réagir.

En gros, c'est un film de merde parce que :
1. c'est un peu réac, soi-disant, mais tu dis toi-même qu'on s'en fout un peu puisque d'autres le sont et que ça n'enlève rien à la qualité d'un film. (bon déjà c'est délicat comme propos^^)
J'suis pour le fait qu'une oeuvre une fois lâchée au public lui appartienne, donc le discours originel des auteurs .. à la rigueur ... prrrrtttt. En même temps le côté réac est pas si fini que ça à mon sens. Mais si "on s'en fout", bah je développe pas cet aspect.
2. l'esthétique. Bon, en gros, tu trouves ça moche. Présenté comme tu le fais, j'trouve que c'est très naïf comme position. Tu parles souvent d'abscence de cohérences, de beauté, etc. Alors qu'au final, ça semble plus du domaine de ta sensibilité que véritablement cérébral... (je me trompe peut-être hein, je l'ai compris comme ça en tout cas).
En gros, une envie d'un "non c'est beau" semble à première vue la seule chose à te dire sur ce coup.

Moi, 300 j'ai plutôt bien aimé. On l'aura compris. Le côté esthétique dont tu parles, et c'est sans doute présomptueux, m'a tout de suite fait penser aux souvenirs d'un vieux film que j'avais : les dieux du stade. Un film tourné en 36, commande d'Hitler, dont Mekas a dit : « Et voici ma dernière déclaration à propos des films de Riefenstahl : si vous êtes un idéaliste, vous y verrez de l'idéalisme ; si vous êtes un classique, vous verrez dans ses films une ode au classicisme ; si vous êtes un nazi, vous y verrez du nazisme. » Même si ce n'est pas très éclairant, et exactement le cas de 300, je trouve que ce film mérite d'être regardé différemment des autres films de super-héros ;)

Désolé si c'est un peu décousu ... j'écris un peu à la va-vite

junko a dit…

Salut Farfa
"J'suis pour le fait qu'une oeuvre une fois lâchée au public lui appartienne, donc le discours originel des auteurs .. à la rigueur ... prrrrtttt."

Ca, je ne suis absolument pas d'accord avec ça ! Il existe des films de droite, et des films de gauche, si je puis caricaturer un peu.
Des films qui t'explique qu'il faut régler les problèmes de manière violente, et d'autres par le dialogue.
T'as le sarcastique Starship Troopers, et t'as le belliciste Aliens. T'as la réécriture de l'Histoire amenée par les films comme Rambo ou Porté Disparu... T'as un film comme Conan, chef d'oeuvre absolu, mais qui présente et valorise des valeurs euh disons bien réac. T'as les personnages féminins des Warriors ou de Zombie qui sont totalement progressiste.
Donc dire que le film n'a plus d'intention une fois qu'il est pondu, ça, je ne suis pas d'accord.

Pour 300, le côté réac est relativement évident, le personnage féminin, la critique de la démocratie, la valorisation de l'armée, la valorisation de valeurs comme le sacrifice...
Tout ça ça va quand même dans un sens...

Pour l'esthetique, tu as bien sûr raison, c'est subjectif, encore que sur pas mal de points c'est pour moi au delà de la subjectivité. Y'a des trucs qui clairement ne fonctionnent pas : les cadavres qui disparaissent au fur et à mesure, l'aspect "millions de persos en plan général" qui passe à "3 gugusses en plan serré", c'est un peu emmerdant.
Après pour les images comme celle de leonidas à poil à la fenêtre, les champs de blé avec la mère et le gamin, la partie avec les oracles, si tu trouves ça "beau", je ne peux rien dire à part qu'on est là aussi pas du tout d'accord !
La laideur absolue de 300 est aujourd'hui sujet à débat. Ceci dit, je parie que dans 15 ans ce film sera considéré comme une purge kitchissime !

Ensuite comparer 300 aux Dieux du stade, franchement... Ca joue quand même pas dans la même division...

Farfa a dit…

yo.

Dans l'idée d'"oeuvre libérée". Qu'est-ce qui fait qu'un film est un film ? Sa conception ? Sa projection ? Les deux ptêt ? Je crois que c'est un ensemble de ça et qu'il n'y pas de norme établie. Fatalement chacun fait comme il sent ... En fait en écrivant je pensais à Carpenter qui est un type très réac, affirmé, de ce que j'en sais, et qui pourtant passe son temps à démolir les clichés les plus fort des usa (los angeles 2013) ou lâche des bombes comme Invasion Los Angeles ... Perso, en mattant ses films je ne me sens pas républicain, au contraire. (ni démocrate hein^^).
Pour 300, le scénar n'est pas une invention des auteurs, c'est une vraie histoire préexistente à la BD,ou mythe (j'étais pas là), d'un gars qui a défendu Sparte contre un envahisseur. On sait que les spartiate étaient des sociopathes. L'un des seuls peuples se réclamant guerrier, pur et dur. Le début du film, comme pour la BD l'annonce direct. On jette les bébés que l'on considère faibles, on envoie les mômes qui restent passer des épreuves qui font que s'ils reviennent en vie, alors ils méritent justement de vivre ... M'enfin c'est juste des malades ! Le fait qu'ils soient tous bodybuildés, qu'ils rient de la mort, etc. Il n'y a aucune identification possible, je trouve. D'où d'ailleurs, j'avance que c'est plus un film de super héros qu'autre chose (au passage Miller est surtout connu pour SinCity mais aussi pour Elektra, Dardevil cqfd).
Le perso féminin est un peu plus complexe qu'en apparence aussi. Elle est coincée dans des vérités historiques (position de la femme ... est-ce vraiment historique ?) et en même temps dégradée au rang de pute royale par un pur sophiste. Elle se débat dans la certitude de la mort de son mec, la possibilité que son peuple suive, les vestiges de contrôle sur son corps, etc., tout en devant rester une femme forte. Bien-sûr y'a un trip royaliste (donc encore moins top que le reste) mais c'est juste ancré dans une antiquité, donc pas vraiment grave.
Maintenant si je me détache des discours de Miller et de l'autre noeud, d'autant qu'avant de voir lire ça ici, je n'étais pas au courant, moi je vois au contraire une forme de pensée typique à l'insurection. Comme a dit un vieux gars ce qui prime chez l'homme c'est l'acte, pas la pensée, ni l'idée. (proudhon je crois)
Les Spartiates ne prétendent pas à la conquête ou au pouvoir, juste à leur liberté. Ils refusent qu'on leur impose quoi que ce soit de manière radicale. Perso, juste dit comme ça (hors contexte royauté et cie), je dis oui.

Farfa a dit…

La critique de la démocratie ... ben j'en ai moi-même pas mal. Une de base : c'est la loi du plus fort, déguisée en celle du nombre. Que voit-on dans 300, une poignée de gars condre une horde. Bah oui aussi. C'est pas pask'on est plein qu'on a raison.
Alors forcément tout ça perd du sens en lisant les propos de 2 auteurs, pourtant ils m'ont proposé de voir ce film, moi j'y vois ça. Si c'est pas leur message alors ils s'y sont mal pris :)(et qu'ils aillent se faire mettre)

Sur l'esthétique, j'ai donné mon point de vue sur le petit nombre d'individus. Pour les corps qui disparaissent, je ne crois pas qu'il y ait une once de réalisme dans ce film, donc quel intérêt de voir des gens enlever les corps au fur et à mesure ? Ils auraient pu le mettre, mais sans, pourquoi pas ? L'esthétisme des combats, sorte de ballet aux chorégraphies hyper répétitives est une bonne idée. Ca démontre le côté guerriers surentraînés, l'homme-machine avant l'heure, qui ne ressent rien et fait juste ce pourquoi il est programmé, et évidemment ça donne un rythme. Ce rythme est important, il est lent, comme hyptnotique, ça t'endort. Qui dit rythme dit aussi travail sur le temps, ce qui, p'tit effet de manche, ramène à la notion de passé, d'alternance guerre/paix, vie/mort, etc.

Bon la comparaison avec les dieux du stade était très osée, j'avais prévenu. Mais sincèrement, quand j'ai vu 300 la première foisj'ai été scotché par ce travail sur le corps. Un peu facile, un peu l'égal du costme de super-héros aussi, et complétement exagéré surtout. Je trouve que là où voir un corps devrait humaniser les persos, c'est justement l'inverse qu'il se produit. D'où ça m'a rappelé le film de Riefensthal, très justement appelé les DIEUX du stade. Dans 300, j'ai oublié le côté acteur grâce à ça...

(j'ai mis en 2 fois sinon ça galère)

Garance Miriel a dit…

en cours, on fait la grèce du 6 ème siècle à l'avènement d'alexandre.
Hier on a commencé les guerres médiques.
La première chose que le prof a dit à propose de la bataille des Thermophyles fut :
"et ne voyez pas dans cette guerre un affrontement racial !
on est grec par la culture et c'est tout.
D'autre part les perses ne sont pas Arabes, mais asiatiques.
Les grecs parlent de la civilisation perse avec admiration.
Et je vous rappelle que la notion de race est totalment extérieure aux grecs"
je crois qu'il en a soupé, de 300, les années précédentes !

HPL a dit…

Ah la la.

Encore une belle critique de merde.

J'ai du mal à appréhender l'intérêt de nous parler de la petite vie de Frank Miller.

Qu'est ce qu'on en à branler de sa vie ?

C'est un connard et alors ?
C'est un dieu et alors ?

Tu es si influençable que ça que tu t'intéresses à ces merdes ?

Quel intérêt de citer MadMovies

Tu connais cet excellent magazine ?
Bravo !
Mais j'en ai rien à branler de lire ce que je sais déjà, ce qui m'intéresse c'est tes tentatives visant à exprimer ta (merdeuse) opinion.

Bref, passons.

Et tout comme dans ta piteuse critique d'Avatar tu l'ouvres sans savoir ou en pensant savoir.

Evidemment que toutes les scenes avec la reine sont DE LA BELLE GROSSE MERDE, mais sais-tu au moins pourquoi elles sont dans le film ?

Ne serait-ce pas un petit fourbe de studio de merde qui les auraient fait rajouter ?

Ca te vient à l'idée de faire des recherches avant de proférer ta/tes conneries ?

Il ne me semble pas, cela serait bien que tu corriges ceci.

Et c'est marrant de voir, devant la faiblesse de ton argumentation ta conclusion pour "argumenter" sur le fait que c'est un film de merde.

Je tiens à te féliciter et j'espère pouvoir m'imprimer en quantité suffisante ta "critique" pour torcher, dans la joie, mon magnifique séant.

junko a dit…

Ah la la...
Tu as du mal à "appréhender" l'intérêt de parler de Frank Miller dans la critique d'un film qui adapte une de ses BD. Vraiment ?
Ce n'est pas une question d'être influençable, mais à partir du moment où je m'intéresse à une merde comme 300 le film, je me dit que c'est peut être une bonne idée de parler de l'auteur de 300 la BD.

Que les scènes avec la Reine aient été voulues par la production, par Snyder ou par Miller lui même, ça ne change rien au résultat. Tu vas pas me dire qu'il faut avoir un oeil dans l'arrière cuisine pour apprécier ou non le plat qu'on te sert ?! De plus, tu as du le remarquer mais je dresse plutôt à charge. Donc dans cette démarche, je fais feu de tout bois...

"Il ne me semble pas, cela serait bien que tu corriges ceci."

Non, et je te rappelle qu'ici t'as juste le droit de te plaindre, pas celui de me conseiller quoique ce soit ;)

Pour la conclusion, je ne vois pas vraiment ce qu'il y a de plus à dire sur ce navet, à part que c'est con et moche. Ma critique aurait pu, du tenir dans ces deux adjectifs qui font le tour du film de manière exhaustive.

Et si tu souhaites vraiment imprimer mon blog pour te torcher le cul, s'il te plait, envoie moi une photo.

scientifix a dit…

Ha tiens j'avais oublié de commenter ton étron de critique .


Mouais bof , tu n'as pas bien compris le rapport à la littérature grecque , hérotode etc ca ne te parle pas beaucoup visiblement ..

Bon allez je te laisse jeter un petit coup sur wikipédia , pour te donner une chance de me faire un semblant de réponse dans lequel un peu de culture ( autre que cinématographique parce que les références tout ça on voit que tu maitrises , tu nous l'étales comme du purin dans mon potager ) .

Passons sur le fait que tu transpires le gauchiste en sortant comme seul argument Blablabla Miller fachiiiisteeeeee blabla les heures les plus sombres de notre histoire blablabla discours nauséabonds blablabla

D'un point de vue de fond miller n'a absolument pas tort ( mais bon ca nous ne pourrons pas en discuter vu ton manque de connaissance sur la question ) concernant ses propos . La Forme oui ce n'est pas transmis avec beaucoup de légereté et ca ressemble à de l'humour texan .

Autant parfois j'aime te lire ( ta prose caca prout est plutot relaxante pour les méninges ) autant la ta critique est mauvaise .

Les 3 quart ne tourne pas autour du film mais de la pensée politique du réalisateur .
On a compris que tu étais un humano-bobo-gaucho-mondialo-tiersmondiste , pas la peine de nous le répéter dès qu'un film sort de ton schéma de pensée inculquée par la télévision et l'Educ'Naze ( patriote nationaliste méchannnntttt , communiste gennntttttttiiiilllll)

Allez vu comme tu as l 'air de bien aimé la dialectique de la défécation , je te dis salut le bouseux

junko a dit…

>Ha tiens j'avais oublié de commenter ton étron de critique .

Pauvre con…
>Mouais bof , tu n'as pas bien compris le rapport à la littérature grecque , hérotode etc ca ne te parle pas beaucoup visiblement ..

« Hérotode »… Uh uh, quand on veut se la péter gratos, on fait au moins gaffe de recopier le mot correctement…
>Bon allez je te laisse jeter un petit coup sur wikipédia , pour te donner une chance de me faire un semblant de réponse dans lequel un peu de culture ( autre que cinématographique parce que les références tout ça on voit que tu maitrises , tu nous l'étales comme du purin dans mon potager ) .
Non mais je ne te dois pas de réponse. C’est toi qui lit mon article et qui dit ce que tu en penses. Tu tentes d’être à mon blog ce que je suis pour les films de Snyder…

>Passons sur le fait que tu transpires le gauchiste en sortant comme seul argument Blablabla Miller fachiiiisteeeeee blabla les heures les plus sombres de notre histoire blablabla discours nauséabonds blablabla
D'un point de vue de fond miller n'a absolument pas tort ( mais bon ca nous ne pourrons pas en discuter vu ton manque de connaissance sur la question ) concernant ses propos . La Forme oui ce n'est pas transmis avec beaucoup de légereté et ca ressemble à de l'humour texan .

Je suis sûr que tu as lu ma note, alors pourquoi tentes tu misérablement de la résumer aux seules déclarations débiles de Miller ? Je suis sûr que tu peux faire mieux que cette mauvaise foi ridicule…

>Autant parfois j'aime te lire ( ta prose caca prout est plutot relaxante pour les méninges ) autant la ta critique est mauvaise .
Les 3 quart ne tourne pas autour du film mais de la pensée politique du réalisateur .
On a compris que tu étais un humano-bobo-gaucho-mondialo-tiersmondiste , pas la peine de nous le répéter dès qu'un film sort de ton schéma de pensée inculquée par la télévision et l'Educ'Naze ( patriote nationaliste méchannnntttt , communiste gennntttttttiiiilllll)

C’est pas en utilisant une typo rocambolesque que tu vas donner un quelconque poids à tes déclarations. Alors bon, tu kiffes mon blog, tu aimes me lire, mais tu ne tolères pas que je traite ton réalisateur préféré, celui qui t’a fait découvrir Zombie de Romero, celui qui t’a donné envie de lire Watchmen… Tu te sens un peu vexé ?
Sinon si t’as compris que j’étais un « humano-bobo-gaucho-mondialo-tiersmondiste », ça ne m’étonne pas que tu apprécies le cinéma de Snyder, c’est du cinéma pour les gens qui ont du mal à comprendre…

>Allez vu comme tu as l 'air de bien aimé la dialectique de la défécation , je te dis salut le bouseux

Tu reviendras, à bientôt alors…

Anonyme a dit…

salut je viens de découvrir ce blog. Moi je trouve que c'est un acte hautement indispensable que de démolir de cette façon les films de merde, et par "film de merde" j'entends "de l'avis du blogueur". C'est tout ce qu'on te demande. Ceux qui n'arrivent pas à intégrer ça je comprends pas ce qu'ils fabriquent par ici (je veux dire SUR TERRE).
Tu as descendu assez salement certains films que j'ai aimé, et j'ai trouvé ça très marrant. Tu mets de toute façon le doigt sur des défauts qui existent bel et bien. Et puis j'ai toujours eu l'impression qu'une critique négative apportait beaucoup plus qu'une critique positive.
Les "ouah s'été trop bien trop classe se film des effée spésiau terible jadore", ça c'est pas très constructif, ni même instructif !
Par contre, dans une critique négative j'arrive tjrs à voir en creux si le film pourrait me plaire quand même. Et puis surtout ça me fait beaucoup plus marrer.

Concernant 300, c'est effectivement une infâme merde. Mais j'ai bien ri quand même en regardant au 1000ème degré cette fade pub réac prétentieuse et sans humour involontairement comique et gay.

Anonyme a dit…

D'abord bravo pour ce blog qui n'est certes pas un robinet d'eau tiede :-)
J'ai detesté 300, pas forcement pour les mémes raisons que toi, mais il a été tellement encensé que j'ai apprécié ta critique négative. Je vais de ce pas lire ta chronique d'Avatar qui fut pour moi une IMMENSE deception ! Seule petite critique : c'est ton site et tu fais ce que tu veux, mais c'est parfois un peu dommage que tu repondes aussi hargneusement aux commentaires ... Enfin cela dit c'est ton droit le plus strict - Pas taper ;-)

junko a dit…

T'inquiètes pas, c'est pas "hargneux", c'est "passionné" :)

(mais parfois c'est assez drôle de voir des gens qui déboulent ici pour t'insulter s'offusquer de se faire traiter)

Anonyme a dit…

Superbe critique, pertinente sur un film de merde. Critique qui fait rager la merde, la vraie, celle qui a le mot "bobo" et "gaucho" fixée au neurone. A Son Neurone. Son Unique neurone. Son pauvre neurone.

Anonyme a dit…

Si ton blog pourri était de qualité ça se saurai, tu dois juste être un frustré de la vie qui n'a aucun talent et de ce fait tu dénigres des films. Si ton blog avais la moitié du quart des graphismes sa serai déjà une merveille pour toi et nous sa nous changerai de ton fond a chier que même un enfant de 8 ans qui ne c'est jamais servi d'un pc ferai mieux. Pas la peine de répondre je ne reviendrai jamais son ton "blog"

Anonyme a dit…

D’ailleurs tu devrai retiré "des films" de ton arrière plan ça ne ferai plus "le blog des films de merde" mais "le blog de merde" et cela correspond plus a ce que tu écris (juste un petit conseil de présentation ;)pour aider les lecteur a savoir ou ils se trouvent)

junko a dit…

mais si tu vas revenir, les chiens reviennent toujours renifler ce qu'ils viennent de chier.

Mon cher Trou De Balle, je te cite :

"Si ton blog avais la moitié du quart des graphismes sa serai déjà une merveille pour toi et nous sa nous changerai de ton fond a chier que même un enfant de 8 ans qui ne c'est jamais servi d'un pc ferai mieux."

Je n'ai qu'un conseil, au lieu de passer ta vie sur le net ou de mater des films de merde comme 300, va t'acheter un cahier de vacance et bosse un peu ta grammaire, ta syntaxe, ton orthographe et ta conjugaison !

Parce que là, en l'état, tu dépasses pas l’illettré qui meugle des phrases sans queue ni tête. Le parfait fan de Snyder me souffle t'on à l'oreille ?!